Droit au congé maternité à l’Unil

La Commission femmes du SSP Vaud (Syndicat suisse des services publics) est sollicitée de manière récurrente et depuis plusieurs années par des assistantes, doctorantes et chercheuses de l’UNIL qui rencontrent des problèmes d’accès au congé maternité. Elle a donc pris contact avec la Conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon afin de mettre en place des mesures.

Les difficultés surviennent dans le cas où les femmes concernées ne remplissent pas les conditions posées par les lois et règlements : avoir été soumise à l’AVS pendant les 9 mois de grossesse, avoir exercé une activité lucrative pendant 5 mois durant la grossesse, être sous contrat de travail au moment de l’accouchement.

Or, il n’est pas rare que des chercheuses de l’UNIL se trouvent en porte à faux avec ces condition, notamment en raison de contrats de courte durée ou de séjours à l’étranger.

Le SSP demande que l’UNIL garantisse à toutes le droit au congé maternité prévu par la Lpers, indépendamment du type de contrat et de la date d’entrée en fonction, ainsi que la prolongation du droit à un tel congé tant qu’elles sont engagées dans une carrière académique. ACIDUL soutient évidemment ces demandes, la situation actuelle entravant les carrières féminines en empêchant une seine articulation entre vie familiale et vie professionnelle. Nous resterons attentifs et attentifs aux suites données à cette requête et vous en tiendrons informé·e·s.

Subsides de mobilité pour les doctorant·e·s actives et actifs dans des projets soutenus par le FNS

Pour accroître l’attractivité de la carrière scientifique, le  FNS va encourager de façon plus marquée les jeunes doctorant·e·s à entreprendre tôt dans leur parcours des séjours de recherche à l’étranger. A partir de juin 2012, celles et ceux qui sont actives ou actifs au sein d’un projet soutenu par le FNS pourront demander des « Subsides de mobilité dans le cadre de projets ».

A partir de 2013, grâce aux nouvelles bourses de mobilité « Doc.Mobility » (l’un des instruments succédant aux bourses FNS pour chercheur·e·s débutant·e·s), les doctorant·e·s affilié·e·s à l’encouragement de carrières bénéficieront d’un soutien pour financer leur séjour à l’étranger. Les doctorant·e·s employé·e·s dans des projets de recherche FNS ne disposaient d’aucune offre comparable jusqu’ici dans le cadre du financement de projets. L’introduction des « subsides de mobilité dans le cadre de projets » va remédier à cette situation dès le 1er juin.

Un subside de mobilité est accordé sur une période de six à douze mois. Le ou la bénéficiaire doit déposer la requête  au plus tard trois mois avant le début de son séjour à l’étranger. Tou·te·s les doctorant·e·s affilié·e·s à un projet de recherche du FNS et qui souhaitent y rédiger leur doctorat peuvent solliciter un subside complémentaire à tout moment via mySNF. Le principe first come first served s’applique, le FNS disposant d’un budget annuel restreint pour les subsides de mobilité. Le montant maximal par requête s’élève à 20’000 francs. Les séjours à l’étranger ne sont pas limités sur le plan géographique (à l’exception des programmes de la Division Coopération internationale). Le règlement correspondant et le « Guide de demande d’un subside de mobilité » se trouvent sur le site Internet du FNS ainsi que dans mySNF sous « Subsides complémentaires ».