Modification des plans d’études

Bref historique

Dans sa séance du 10 septembre 2007, le décanat demanda à Olivier Bianchi, alors conseiller aux études, de mettre sur pied un groupe de travail réunissant quelques enseignants de la faculté.
Sa mission était de « mener une réflexion sur l’application de la réforme de Bologne en Faculté des Lettres, et son adéquation aux besoins des étudiants ». Pour ce faire, cette équipe commença par définir plusieurs thématiques concernant les plans d’études. Dans un second temps, ce groupe rencontra l’ensemble des sections ainsi que l’AEL. Il s’agissait, à l’aide du canevas préétabli, de comprendre les difficultés rencontrées avec les plans d’études actuels et d’enregistrer les demandes souhaitées lors de leur modification.

Ce groupe de travail, outre Olivier Bianchi, était composé de Martine Hennard Dutheil (MER en section d’anglais), Danielle van Mal-Maeder (prof. en section d’ASA), Agnieszka Soltysik (prof. en section d’anglais) et Patrick Seriot (prof. en section de russe).

En octobre 2008, le groupe de travail remit son rapport final au décanat qui en prit connaissance le 20 du même mois.

Sur la base de ce document, le décanat imagina deux projets pour le BA qu’il présenta successivement à la Direction (qui les refusa).
Le troisième, disponible ci-dessous, fut accepté et présenté à la commission de plans d’études le 26 février 2009.
Cette commission devait se réunir à nouveau pour discuter et approuver le projet le 12 mars, mais les membres l’ayant accepté par courriel, ladite réunion fut annulée.

Soumis à un « vote de principe » au Conseil de faculté du 2 avril 2009, le projet ne put être approuvé ce jour-là. Les débats, focalisés sur la « réintrodution » d’une troisième branche dès la première année et sur les « options transverses », étaient si intenses que la doyenne préféra reporter le vote au Conseil de faculté du 7 mai 2009.

Rôle de l’ACIL

Lors de la constitution du groupe de réflexion, Olivier Bianchi refusa toute participation de l’AEL ou de l’ACIL sous prétexte que le décanat souhaitait avant tout travailler avec des « bonnes volontés » qui ne représenteraient pas un corps particulier.

Certain que les principales orientations de la réforme pourraient déjà être choisies lors de la rédaction du rapport final, le comité continua à demander une place pour un membre du CI. Grâce à Martine Hennard Dutheil, vice-doyenne, ce fut chose faite en  mars 2008. Mais le canevas était déjà établi et la tournée des sections commencée. Le délégué, jusque-là interessé, préféra alors renoncer à siéger.

Malgré son absence, le comité de l’ACIL obtint l’accès aux principaux documents du groupe de réflexion et reçut le rapport final comme le projet de modification du BA.
Il comptait discuter avec ses deux déléguées à la commission des plans d’études (Brigitte Maire et Marta Caraion) avant la discussion finale, mais une mauvaise coordination avec le décanat l’empêcha.  En résumé, le comité prit contact avec ses déléguées alors que la séance prévue le 1 2 mars avait déjà été annulée.

Suite au déroulement du dernier conseil, le comité de l’ACIL a décidé de convoquer une assemblée générale pour connaître l’avis du plus grand nombre de membres du CI.

Projet_de_structure_du_BAmars2009.doc
Explications_du_Décanat