Projet Law-sanne, disponible dès maintenant !

 

 Représente ta faculté !

Clique sur l'image pour accéder à la galerie photos.

Tarifs :

  • Polo : 25 CHF, tailles S à XL. Le polo pour filles est plus cintré.

  • Sweatshirt : 45 CHF, tailles S à XXL.

Couleurs :

  • Bleu marine

  • Blanc

Conditions de paiement :

  • Polo : 10 CHF à la précommande et 15 CHF à la livraison.

  • Sweatshirt : 20 CHF à la précommande et 25 CHF à la livraison.

Délai pour commander : vendredi 30 avril 2010

Livraison : 1 à 2 semaines.

(Un e-mail vous sera envoyé à la réception de votre marchandise.)

Publié dans Vie étudiante | Marqué avec , , , , | 2 commentaires
Aside

 

Hello Law-sanne!!! 

Ton journal préféré

"Tout Droit"

te propose de pouvoir t'exprimer lors de sa prochaine édition. Si tu te sens inspiré par n'importe quel sujet en rapport avec notre merveilleuse faculté de droit, l'ambiance à l'Unil ou tout autre sujet d'actualité qui te tient à coeur, laisse libre cours à ton inspiration. Nous voulons te laisser la possibilité de pouvoir t'exprimer, donc si tu te sens l'âme d'un journaliste d'un jour, n'hésite pas à nous contacter.

Il s'agit du journal de la faculté de droit et nous voulons que chacun puisse y prendre part.

Ecris nous un e-mail en décrivant en quelques mots ton idée maitresse et nous reprendrons contact avec toi!!

Ton comité

AedL

Qui es-tu ?

Je ne sais pas comment était l'université et l'ambiance des études il y a quelques dizaines d'années. Le but de cette humeur n'est pas de faire un comparatif temporel : il serait inutile et dénué de sens, tant la société a changé depuis. Toutefois, j'aimerais donner mon avis au sujet d'un thème qui te concerne autant que moi. 

 

Depuis que je suis à l'université – qui a dit depuis des temps immémoriaux ? –, j'ai remarqué que l'étudiant en droit lambda (c'est-à-dire dire toi, puisque je suis encore en version bêta) se consacrait beaucoup à ses études. Quoi de plus normal ! Nous ne sommes pas à l'université pour nous pavaner dans les couloirs en faisant des déhanchées vulgaires, vêtus d'un débardeur et d'un maillot de bain à fleurs. Le "problème" est que l'étudiant gamma irradie (!) les salles de cours et les bibliothèques par sa présence. Mais il brille aussi par son absence dans d'autres endroits où il pourrait se rendre utile, apprendre encore plus de choses, apporter sa pierre à l'édifice… C'est ainsi que l'étudiant consommateur se distingue de l'étudiant investisseur. 

 

Le premier paie ses taxes d'immatriculation, vient en cours et en séminaires, passe ses examens, ramasse son Bachelor et son Master, puis s'en va. Ne lui en demandons pas trop, il semblerait que la vie des étudiants d'aujourd'hui soit moins facile que celle d'antan. Et puis, de nos jours, avec Internet et Facebook notamment, moins on laisse de traces derrière nous, mieux c'est. S'intéresser et participer à la vie de l'établissement dans lequel nous passons environ (voire au moins) cinq années est vraiment chose pénible. Quel temps perdu… Et après, on s'étonne de rater ses examens ou d'avoir moins de temps pour travailler. Vraiment, non merci. Raisonnement fort dommage, car c'est une expérience qui ne se représentera plus !

 

Le second type d'étudiant, l'investisseur, est tout le contraire, ou presque. Il n'a pas peur de se mouiller, de retrousser ses manches et de contribuer en apportant ses idées et opinions. Evidemment, la priorité reste les études, qui prennent suffisamment (trop ?) de temps comme cela. Mais dans la vie, on ne fera pas toujours ce que l'on voudra, aussi est-il important de profiter des choix qui s'offrent à nous maintenant, de tirer parti des possibilités que l'université nous propose. On n'imagine pas à quel point ce petit à côté – que représente par exemple la vie associative – est enrichissant et épanouissant.

 

L'université n'est pas pauvre à ce niveau. Tout d'abord, et dans l'ordre hiérarchique, des étudiants de chaque faculté peuvent siéger au Conseil de l'université, le "parlement" universitaire. Ils peuvent évidemment faire de même au Conseil de faculté, le "parlement" de leur faculté. Il y a encore les nombreuses commissions (permanentes ou ad hoc). La FAE s'ouvre aussi à eux, ainsi que l'association d'étudiants de leur faculté. Il y a sûrement d'autres moyens de prendre part à l'amélioration et à l'évolution de cette énorme institution qu'est l'université, par exemple en y travaillant pour obtenir un pécule qu'on dilapidera lors des (très) nombreuses soirées arrosées.

 

Mon cas est peut-être un peu extrême pour servir d'exemple. Je suis rentré à l'AedL au milieu de ma "seconde première" année – personne n'est parfait –, en même temps que je signais un contrat de travail au centre informatique de l'université pour y donner des cours aux étudiants. Un an et demi plus tard, je postulais au Conseil de faculté, et six mois après (Noël 2009), je démissionnais de l'AedL. Quand j'écrivais cet article, aucun étudiant en droit n'était au Conseil de l'université, j'envisageais peut-être d'y aller, mais une personne a pris l'une des deux places (merci à elle). Comment puis-je avoir tout ce temps à disposition à côté des études et de ma vie privée pour faire tout cela ? Je ne sais pas, je le trouve. Je fais en sorte de le trouver.

 

Le Conseil de faculté est une institution vraiment intéressante. Ses décisions et propositions touchent directement la faculté de droit dans son ensemble. Les étudiants sont les premiers à râler quand il décide de quelque chose, mais ils sont aussi les derniers à remuer quand il s'agit d'aller prendre part au processus décisionnel. Consommer, oui, mais être "actionnaire", non. C'est tellement mieux de se laisser guider et de protester quand ça ne va pas, plutôt que de prendre la barre et de tenter de naviguer dans des eaux parfois houleuses. Le Conseil de faculté permet notamment de voir les problèmes sous un autre angle, d'entendre l'avis de personnes d'expérience, d'exprimer le sien. Ni les professeurs, ni le doyen ne mordent, au contraire. Et non, ils ne font pas que plaisanter sur le dernier ATF, comme on peut se l'imaginer quand on a assisté à sa toute première semaine de cours. Alors, qu'est-ce qui te fait peur ? Qu'est-ce qui te retient ? Pour autant que tu sois un tant soit peu curieux du microcosme dans lequel tu vis, tu as certainement déjà été piqué par l'envie de siéger dans cette institution. Pourquoi ne pas la concrétiser ?

 

L'AedL, comme le Conseil de faculté, n'attire pas les foules. Question de réputation peut-être ? L'AedL est-elle si mal vue au quatrième étage de l'Internef ? Je ne crois pas… Evidemment, la mission de l'AedL a évolué, pour ne pas dire qu'elle a changé de direction. Moins intéressée à défendre les intérêts universitaires des étudiants, elle s'engage plutôt dans le confort et le divertissement de ces derniers. Noble cause. Il ne tient pourtant qu'à toi d'adhérer à son comité et de participer à la vie associative pour redresser la barre ! Tu pourras perfectionner non seulement ton sens du travail de groupe, mais aussi l'efficacité du travail individuel. Tu as peur de parler devant 200 à 300 personnes ? Evite simplement de faire comme moi et de rougir à chaque fois. Les membres du comité te semblent complètement siphonnés ? Il y a du vrai, mais à la longue ils sont plutôt commodes.

 

Je pourrais encore écrire des pages et des pages, puisque Tout Droit ne sort plus qu'en version électronique (bientôt sur l'iPad, qui sait ?) et que le prix de la page est nul, mais je vais m'arrêter là. Si tu n'es pas convaincu sur le fait que l'université a besoin de toi pour fonctionner tout comme tu as besoin d'elle pour pouvoir trouver un emploi plus tard, dis toi que lui rendre service t'aidera autant qu'elle. De l'expérience, un alourdissement du bagage personnel ainsi que de ton curriculum vitae ne sont pas négligeables de nos jours. Si ton intérêt est purement égoïste, passe ton chemin. Dans le cas où tu serais animé par l'envie d'agir pour les générations futures (voire pour la tienne), je n'ai pas besoin de te dire quoi faire. 

 

En toute franchise, je ressors heureux de toutes ces expériences. Tant l'AedL qui s'est terminée que le Conseil de faculté et le Centre informatique qui se poursuivent m'ont apporté et m'apportent beaucoup. Profites-en aussi ! C'est pour ton bien et celui des autres. 

 

N.B. Cet article aurait dû paraître dans l'édition d'avril du journal Tout Droit. Ce dernier n'étant pas paru, je le publie à même le site.

Publié dans Vie étudiante | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Permanences

Les heures de permanence du bureau ont été mises à jour aujourd'hui (regarde sur la droite de la page d'accueil) et sont valables jusqu'au 1er juin 2013. Passée cette date, le bureau sera fermé jusqu'à la rentrée de septembre où de nouvelles heures de permanence devront être faites..

Publié dans News | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Nouveaux venus au comité

L'assemblée générale de l'AedL a pris acte des démissions de Alexandra Tharin et a élu Marc Toriel au poste de responsable des Médias.

Les membres actuels du comité leurs souhaitent bonne chance et tout le courage et la force nécessaires pour leurs tâches.

Publié dans News | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire