Psychologie

La diversité des domaines de recherche, allant de l’enregistrement de l’activité des cellules nerveuses à l’étude des effets des psychothérapies, rend difficile une définition simple de « la » psychologie. Au fur à mesure de ses progrès, sa définition a évolué au cours du temps. Elle est passée de la « science de la vie mentale », il y a plus d’un siècle, à la « science du comportement observable », dans les années 1920 jusqu’aux années 1960, pour devenir la science du comportement et des processus mentaux, qu’ils concernent les individus ou les groupes en situation, en prenant en compte les différents déterminants (biologiques, contextuels, sociaux, culturels, etc.). La psychologie constitue donc à la fois un champ disciplinaire scientifique et un domaine de pratiques. Parmi ses différentes branches, on peut citer, entre autres, celles enseignées à l’Université de Lausanne :

  • la psychologie du développement des processus mentaux et comportementaux du début à la fin de la vie ;
  • la psychologie générale, étude des grandes fonctions cognitives : mémoire, raisonnement, apprentissage, émotion et action ;
  • la psychopathologie et psychologie clinique, étude des troubles mentaux et de leur prise en charge ;
  • la psychologie de la santé, s’intéressant aux conséquences psychologiques des maladies somatiques ;
  • la psychosociologie clinique et psychologie sociale, étude des interactions entre individus et institutions et étude des représentations sociales ;
  • la psychologie de l’orientation scolaire et professionnelle ;
  • la gérontologie psychosociale, étude des processus psychosociaux liés au vieillissement ;
  • la psychophysiologie, confrontation des unités fonctionnelles de la psychologie générale avec des modules physiologiques
    (nerveux et somatiques) spécifiques.