À propos

Les suites d’un colloque inaugural

Le colloque « AGIR FACE A LA CRISE PSYCHIATRIQUE : POLICIERS, PROCHES, SOIGNANTS » (7-8 février 2011) s’est intéressé aux situations spécifiques et aux pratiques d’interventions croisées des parents, des policiers et du personnel soignant dans le cas de patients psychiatriques.

Le succès rencontré par ce colloque et les retours positifs des partenaires ont incité les organisateurs à poursuivre les réflexions engagées à cette occasion. Plusieurs projets sont actuellement en cours d’élaboration, dont un livre scientifique sur le thème « police et santé mentale », ainsi qu’une offre de formation continue à destination des professionnels de l’intervention d’urgence.

Dans un objectif de dialogue entre les savoirs, les deux journées du colloque ont visé à réunir des intervenants de terrain et des chercheurs dans un espace de travail en commun. La démarche participative des journées a souhaité ainsi un rapprochement égalitaire des savoirs et rend envisageable la complémentarité de ceux-ci dans la définition de nouveaux modes d’intervention (par exemple la participation des malades comme dans les formations offertes aux policiers en Angleterre), ou tout au moins dans l’information sur les modes d’intervention existants. En effet, une réflexion croisée entre acteurs de terrain, catalysée par les apports analytiques des chercheurs en sciences sociales, permet une meilleure compréhension des logiques d’action de chacun.

Dans un contexte d’évolution rapide des formations dispensées aux professionnels de la santé et de la police en charge de la gestion des crises psychiatriques, il paraît important de mieux cerner les collaborations et les échanges qui s’accomplissent entre ces différents acteurs. Pour cela, les suites qui seront données au colloque proposeront d’explorer la multiplicité des situations de contact entre les professionnels de l’urgence (policiers, ambulanciers, pompiers, etc.), les patients psychiatriques et leurs proches, avec ou sans la médiation des soignants, ainsi que la place de ces situations par rapport aux services de soin et à l’institution policière.

Les professionnels de l’urgence se posent fréquemment la question « comment réagir ? » face à des personnes fortement décompensées ou simplement face à une personne souffrant de troubles psychiatriques. Partant de leurs observations de terrains, les chercheurs en sciences sociales proposeront des clés de lecture et des analyses des phénomènes constitutifs de la prise en charge institutionnelle de la « crise psychiatrique ». Ils essaieront, par la même occasion, de réintroduire à un discours trop souvent absent de la place publique, en l’occurrence le discours des usagers (patients eux-mêmes ou leurs proches).

Laisser un commentaire