Prix Fernand Boulan

L’AICLF tient à souligner l’excellence et l’originalité des travaux de recherche de jeunes collègues criminologues.

Elle remet, lors de ses colloques, le Prix Fernand Boulan voulant souligner les capacités de recherche telles que démontrées dans une étude originale de niveau de troisième cycle (Ph.D. ou équivalent) écrite en français ou traitant d’un thème d’intérêt pour les criminologues de langue française. L’AICLF fait donc appel aux professeurs pour lui adresser des travaux de qualité exceptionnelle qui ont été soutenus depuis 2009.

Les dossiers soumis par les professeurs doivent comprendre :

  • trois exemplaires complets de l’étude
  • un document synthèse de 10 pages présentant les objectifs, la méthode, le cadre de référence et les principales conclusions
  • une lettre d’appréciation démontrant les qualités de l’étude.

Les critères qui serviront à déterminer l’excellence des travaux de recherche seront les suivants : la nouveauté, la méthode, l’approche et l’apport à la communauté francophone.

Les dossiers doivent être soumis AVANT LE 16 DÉCEMBRE 2013 à l’adresse suivante :

Monsieur André Lemaître
Président, Prix Fernand Boulan
Université de Liège
Institut des Sciences Humaines et Sociales
Criminologie
Boulevard du Rectorat, 7
Bât. B31
B-4000 Liège (Belgique)

 

RÉCIPIENDAIRES
2012 : Alice Jaspart, Université Libre de Bruxelles, pour l’excellence de sa thèse intitulée « L’enfermement des mineurs poursuivis par la justice. Ethnographie de trois institutions en Communauté française »

2010 : Véronique Jaquier, Université de Lausanne
pour l’excellence de sa thèse intitulée : « Multidimensionnalité des violences envers les femmes. La Suisse en regard des États-Unis : Pertinence et validité d’une comparaison »

2008 : Sybille Smeets, Université Libre de Bruxelles
pour l’excellence de sa thèse intitulée : « Nouveaux uniformes et État social actif : vers une recomposition du champ de la sécurité en Belgique »

2006 : Isabelle Parent, Université de Montréal
pour l’excellence de sa thèse intitulée: « Victimisation et cocaïne: une relation complexe »

2004 : Marie-Sophie Devresse, Université catholique de Louvain
pour l’excellence de sa thèse intitulée: « Usagers de drogues et nouvelles procédures pénales. Constructions institutionnelles et expériences singulières »

2002 : Marcelo F. Aebi, Université de Lausanne
pour l’excellence de sa thèse intitulée: « La validité des indicateurs de la criminalité»

1998 : Luis Fernandes, Université de Porto
pour son livre « O Sítio das Drogas »

1996 : Mylène Jaccoud, Université de Montréal
pour son livre « Justice blanche au Nunavik »