Les conférenciers

Alain Bourdin

Alain Bourdin est Professeur à l’institut français d’urbanisme (IFU) dont il est  également le directeur. Il participe à la rédaction de plusieurs revues, dont le Lab’Urba et la Revue « Espaces et Sociétés » où il occupe la fonction de co-directeur. Il est en outre Secrétaire Général des Cahiers Internationaux de sociologie.

Ses thématiques de recherche sont la ville et la théorie de l’action, les modes d’organisation de la gestion de l’habitat, la maitrise d’ouvrage en Europe et la représentation de la marche chez les non-piétons.

Dans son dernier ouvrage, « L’urbanisme d’après crise », Alain Bourdin fait la critique de l’urbanisme actuel en soulignant notamment ses difficultés à concevoir la ville d’après crise. Il offre des pistes de réflexion sur de nouvelles manières de faire la ville.

Bibliographie sélective

Bourdin,  A., (2010). « L’urbanisme d’après crise », Édition : L’Aube, Collection : Monde en cours

Bourdin,  A., (200):, « Du bon usage de la ville », éd. Descartes & Cie

Bourdin,  A., et Prost, R. ed, 2009, « Projets et stratégies urbaines, regards comparatifs »,

Editions Parenthèses , Collection La ville en train de se faire
Bourdin,  A., ed., 2007, « Mobilité et écologie urbaine », Éditions Descartes & Cie.

Bourdin,  A., (2005). « La métropole des individus, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube

________________________________________________________________

Bernardo Secchi

Bernardo Secchi est professeur d’urbanisme à l’Istituto Universitario di Architettura di Venezia (IUAV). De 1976 à 1982, il a été doyen de la Facoltà di Architettura de Milan. Régulièrement, il participe à des séminaires dans des écoles d’architectures européennes. En tant qu’architecte-urbaniste, il a participé à l’élaboration de plusieurs plans régulateurs de grandes villes et au réaménagement de centres-villes historiques.

Avec Paola Viganò, Bernardo Secchi a fondé Studio, un bureau qui a été sélectionné pour travailler, parallèlement à 9 autres équipes, sur le Grand Paris entre 2008 et 2009. Depuis 1990, date de sa création, Studio a travaillé à l’aménagement de nombreuses villes italiennes telles que Bergame, Pesaro, Brescia, Prato. Il a en outre réalisé divers projets dans les villes d’Anvers, Malines, Courtrai et Rennes.

Bibliographie sélective

Secchi, B. (2006). Première leçon d’urbanisme. Marseille, Éditions Parenthèse.

Secchi, B. (2009). La ville du vingtième siècle. Editions recherches.

Secchi, B., Viganò P. (2011). La Ville poreuse. Un projet pour le Grand Paris et la métropole de l’après-Kyoto. Genève, MétisPresses.

________________________________________________________________

Franck Scherrer

Franck Scherrer est un géographe et urbaniste français. Il a été professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et directeur de l’institut d’urbanisme de Lyon avant de rejoindre l’Université de Montréal pour y occuper les mêmes fonctions. Il a également été président de l’association APERAU.
Ses recherches portent principalement sur les thèmes des services urbains en réseau, des nouvelles modalités de l’action collective métropolitaine et les temporalités de l’urbanisme et politique urbaine.

Bibliographie sélective

Fere, C. et Scherrer, F., (2010). L’eau urbaine après le réseau? L’injonction contradictoire d’une gestion durable des services urbains de l’eau, in Schneider-Madanes, G. (Dir.) : L’eau mondialisée. La gouvernance en question, Éd. La Découverte.

Verdeil, E., Fere C., Scherrer, F., De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais, Flux nº 75, janvier-mars 2009, pp. 27-41.

Paulhiac, F. et Scherrer, F., Gouverner les interstices de la métropole : l’exemple de Lyon/Saint-Étienne, in BACHELET, F., MENERAULT, P., PARIS, D., Action publique et espace métropolitain l’Harmattan, 2006, pp.69-80

Scherrer, F., Planification métropolitaine et débat public urbain en France, in Gauthier. M. Gariepy, M., Trepanier, M.-O. (Dir.), Renouveler l’aménagement et l’urbanisme : Planification territoriale, débat public et développement durable, Presse de l’Université de Montréal, 2008, pp. 83-108.