Le sentiment d’appartenance à l’UNIL

Etudier ou travailler quelque part . . .  Que signifie pour vous travailler ou étudier à l’UNIL? Cela pourrait-il être ailleurs, ou avez-vous le sens d’être dans un endroit particulier? Parlez-nous de votre sentiment d’appartenance à un lieu, une institution, une communauté, une ambiance, un esprit—ou peut-être de l’absence de ce sentiment. Dites ce qui vous plait et vous motive, ou ce qu’il faudrait changer pour améliorer votre bien être et votre être bien à l’UNIL.

Ce contenu a été publié dans Débat, Démocratie, Enseignement, Etudes, Facultés, Recherche. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le sentiment d’appartenance à l’UNIL

  1. Carine dit :

    Je travaille à l’UNIL et je suis consciente que tant le cadre que l’employeur sont exceptionnels. Nous jouissons de conditions de travail physiques (la nature, le paysage, mais aussi les outils informatiques et autres instruments de travail) et organisationnelles (horaires flexibles, accès à la formation continue, au centre de sport, etc) de qualité. Ce sont ces aspects qui me rendent fière de travailler ici.
    Par contre, il est vrai que le personnel a des fois l’impression d’être une entité floue, atomisé: est-ce que les secrétaires du décanat de telle ou telle faculté ont l’impression d’appartenir à la même institution que les technicien·ne·s d’UNIBAT ou les graphistes d’UNICOM?
    Nous sommes finalement bien plus proches de nos unités respectives et une réelle appartenance à l’UNIL est encore à construire à bien des égards.

  2. Jean dit :

    Ce qui est intéressant a l Unil a par les études en soi, ce sont les endroits de rencontre comme le zelig ou la cap ou l on peut avoir un endroit ou créer des liens se poser sur des canapés tout simplement. Mais des endroits ds le sens restreints car les cafétérias sont loin de permettre ces rencontres. Ça serait super de créer plus de petits endroits tranquilles soit pour des sections en particulier ou des facultés

  3. Félicie dit :

    Etudier à l’unil signifie la possibilité de travailler, jouer ou encore se reposer dans l’herbe face au lac et les montagnes. Je ne sais pas si ce cadre me serait offert ailleurs. Je me sens appartenir à cette faculté parce que je m’y sens bien, que j’aime les études que je fais. C’est un sentiment de reconnaissance personnel. L’entourage permet aussi de s’approprier le lieu.
    Ce qui me motive est de montrer que je peux réussir.
    Ce qui pourrait être bien serait des évènements de faculté plus présent (je me réfère au coaching de l’epfl). C’est super de développer le festival unilive (c’est notre petit balelec).
    Une faculté à laquelle j’ai envie d’appartenir est une faculté vivante où je peux faire de nouvelles connaissances tant sur le plan intellectuel qu’amical.

  4. Adrien dit :

    Le sentiment d’appartenance à une université est, je pense, principalement véhiculé par la fierté que l’on en a. C’est grâce au sport que cette fierté pourrait se voir grandir, regardez aux USA, le sport universitaire y est une religion. Représenter son université dans un sport est magique, imaginez que chaque sportif sélectionné dans l’équipe de l’université porte les mêmes couleurs, imaginez la publication de chaque victoire, imaginez enfin un couloir où les trophées seraient exposé !
    Ca, ça serait vraiment cool !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>