Rimouski, et pourquoi pas vous?


Les stages terrain, les rapports à rendre et les présentations orale se sont enchainées à un rythme si rapide que nous sommes déjà arrivés à la mi-session !

Je vais profiter de cet article pour vous convaincre et vous encourager à partir en échange et plus particulièrement à Rimouski !! Vu que le programme de géographie de l’UQAR est particulièrement orienté en géographie physique, je m’adresse particulièrement aux étudiants de la FGSE étant dans cette orientation.

Au mois d’octobre de l’année passée, j’ai commencé à faire les démarches afin de partir en échange. Quand on pense au Québec, on pense prioritairement aux grosses Universités de Montréal ou Laval mais n’ayez pas peur de franchir le pas et de partir plus loin dans des universités plus petites qui ont tant à apporter !

En arrivant à l’UQAR, vous serez accueillis dans une toute petite faculté où le nombre d’étudiants avoisine les 50 au niveau Bachelor.

Les cours sont très axés sur des stages terrains. Au début du semestre d’automne, nous sommes partis une semaine sur le terrain dans la région du lac Témiscouata à faire de la stratigraphie de dépôts meubles afin de reconstituer l’histoire glaciaire de cette région. Ce cours qui comprend une semaine de terrain et des analyses en laboratoire se continue jusqu’au mois de décembre et se termine par la présentation de nos recherches et analyses à un colloque de géographie devant toute l’université ! C’est vraiment génial de se dire que c’est la première fois que nous faisons des recherches sur un thème qui est très peu documenté dans les articles.

Ensuite, chaque cours a un certain nombre de sorties terrain inclus dans le cours. Par exemple, dans un cours de géomorphologie glaciaire, nous avons été répertoriés des marques d’érosion glaciaire dans la région du Kamouraska pour faire des analyses concernant les paléo-écoulements glaciaires.

En terme de travail, il ne faut pas venir au Québec dans le but de chômer. En effet, vous travaillerez comme vous ne l’avez jamais fait ! Le niveau est très haut et les profs sont vraiment exigeants ! Par contre, le travail fourni est très valorisant. Comme je l’expliquais avant, nos recherches dans le cadre du stage de terrain dans le Témiscouata seront directement exposées dans le cadre d’un colloque de géographie. En plus de cela, un travail de semestre que nous réalisons dans le cadre d’un cours d’hydrologie et de gestion de l’eau sera publié dans un périodique d’un organisme de bassin versant !!

La dernière semaine de cours avant les vacances de la mi-session vient de commencer. Ces vacances seront pour moi sous le signe du début de mon travail de Bachelor qui traitera de la valorisation de géomorphosites dans le Nord de la Gaspésie et de l’élaboration d’un Géorparc ! Et c’est reparti pour du terrain et pour un projet qui s’annonce vraiment passionnant !

Sorry, comments are closed for this post.