Archives de catégorie : Pointe sèche

La gravure dans tous ses états

La pratique de la gravure accompagne Catherine Bolle depuis ses premiers pas dans le monde de la création plastique.

L’intérêt de la jeune artiste pour ce moyen d’expression doit être replacé dans le contexte d’une époque que rêvait d’un art qui excède le groupe très fermés des collectionneurs.
En multipliant les exemplaires et en diminuant les prix,
la gravure offrait une alternative à l’oeuvre unique.

Pour l’étudiante qu’elle était, aux Beaux-Arts, à Sierre, l’investissement en matériel était par ailleurs assez modeste, au moins pour la lino et la xylogravure, techniques dans lesquelles elle fit ses premières armes, avant de se découvrir dans les années 90, au contact de Raymond Meyer, à Pully, une passion pour la gravure en taille-douce qui ne s’est plus démentie depuis. Peut-être la petite gravure de Pietro Sarto que son père, lui-même peintre de talent, lui offrit à l’occasion de la visite l’exposition « La gravure en creux des origines à nos jours » au Château de La Sarraz, en 1974, n’est-elle pas étrangère à ce choix.

Quoi qu’il en soit, la taille-douce, principalement la pointe sèche, mais aussi l’eau-forte et l’aquatinte, sont à la base de très nombreux livres, qu’ils soient entièrement gravés (texte et images) ou de les gravures soient associées à des textes typographiés ou incorporées à des interventions.

Les Cahiers du lac

La collection Cahiers du lac, publiée à l’enseigne des Editions Traces, à Genève, regroupe des livres d’un format identique (31 cm) réalisés à la pointe sèche et au crayon de couleur, imprimés par Raymond Meyer à Pully sur un papier spécifique teinté d’azur par l’artiste. Chaque cahier (le premier et le dernier exceptés) convoque un auteur à partir du texte duquel Catherine Bolle conçoit l’ensemble, dans un souci de cohérence et d’amicale complicité.
1 Catherine Bolle, Phosphène, 2008 (12 f. sous chemise)
- 5 ex. num. de 1/5 à 5/5
2 Olivier Thomann, Cohérence, 2008 (6 f. doubles sous chemise gravée)
- 5 ex. num. de 1/5 à 5/5 ; – 1 ex. marqué EA 1/1
3 Salah Stétié, L’air pur, 2009 (7 f. sous chemise teintée)
- 8 ex. justifiés et signés de I à VIII
4 Matthieu Messagier, L’autre lac, 2009 (4 f. doubles sous chemise de papier fort beige)
- 8 ex. num. de 1/8 à 8/8
5 Sylviane Dupuis, Ascèse de l’éclair, 2009 (10 f. non reliées dans un coffret)
- 6 ex. num. de 1 à 6
6 Olivier Thomann, Seconde main, [2010] (12 f. dans un coffret)
Le texte d’Olivier Thomann recouvre, à la manière d’un palimpseste,
un texte de   Catherine Bolle intitulé La chaîne humaine
Présenté comme le 5ème, ce cahier est en fait le 6ème, produit début 2010
- 7 ex. num. de 1/7 à 5/7
7 Catherine Bolle, Rompre le ciel comme s’il était de verre, 2010 (8 f. dans un coffret décoré)
- 5 ex. num. de 1/5 à 5/5

Le Temps cerné, suivi de Le Silence (2011)

Le Temps cerné, suivi de Le Silence
Deux poèmes inédits de Salah Stétié, pointe sèche, dessin et pigments de Catherine Bolle
Genève : Editions Traces, 2011 « Cahier des itinéraires »
Impression: Raymond Meyer, Pully
1 vol. dépliant dans un coffret rehaussé par l’artiste ; 31 cm
Coffret réalisé par Daniel Boulenaz, Vevey
- 7 ex. num. de 1/7 à 7/7, tous différents les uns des autres
Ex n° 2/7

Ce qui, noir, prend souffle (2007)

Ce qui, noir, prend souffle
Texte d’Antonio Rodriguez sur des estampages et dessins de Catherine Bolle choisis et mis en page par l’auteur, interventions originales de l’artiste
Genève : Editions Traces, 2007
Impression digitale sur Chine réalisée par Dip SA
1 dépliant (36 p.) dans un cartable ; 20 x 22 cm
- 25 ex. num. de 1 à 25
- 3 ex. d’artiste rehaussés à l’encre marqués EA I à EA III
- 3 ex. d’auteur lettrés A à C
- 3 ex. hors commerce HC I à HC III
- 6 ex. nominaux
Ex. n° 9

La BCU-Lausanne a pu acquérir le recueil unique regroupant, sous le titre Pierre et Montagne, les planches originales (estampage et pointe sèche), réalisées par Catherine Bolle en 1995.


Itaca n’est pas très loin d’ici (2003)

Itaca n’est pas très loin d’ici
Sept poèmes d’Israël Eliraz traduits de l’hébreu par l’auteur, intervention artistique (dessins, empreinte et encre) de Catherine Bolle
Genève : Editions Traces, 2003
9 doubles f. + une carte repliée sous couverture imprimée, dans un étui rehaussé par l’artiste ; 24 cm
- 4 ex. spéciaux, dont un poème manuscrit de l’auteur et un objet réalisé par l’artiste, justifiés I à IV
- 5 ex. d’artiste rehaussés à l’encre, marqués EA I à EA V
- 5 ex. réservés à l’auteur lettré A à E
- 1 ex. réservé à PM
- 17 ex. numérotés de 1 à 17
Ex. marqué « EA IV » rehaussé à l’encre

La BCU-Lausanne conserve en outre un exemplaire unique de de la première intervention de Catherine Bolle sur ce texte, sous forme d’un leporello (42 cm) constitué de 12 pointes sèches et 7 empreintes originales sur papier Braille (2002).


Ta main aveugle (2002)

Ta main aveugle
Cinq poèmes de Jean Mambrino, estampes de Catherine Bolle
Pully : Editions Raymond Meyer, 2002
Typo : Presses centrales, Lausanne
Lithos : Nik Hausmann, Séprais
8 doubles p. + 1 pl. dans un coffret ; 34 cm
4 lithographies et pointes sèches plus une pointe sèche hors texte sur Chine, le tout sous jaquette gravée.
- 2 ex. de tête lettrés A et B accompagnés de la 1ère version de l’ouvrage réalisée en 2000 en taille-douce
- 10 ex. justifiés de I à X enrichis d’un des poèmes manuscrit et signé par l’auteur
- 37 ex. num. de 1 à 37
Ex. de tête « A », enrichi d’un ensemble de 8 dessins originaux de Catherine Bolle sur papier calque (graphite, mine de plomb, crayon blanc) ; ces dessins se répartissent de la sorte: 5 dessins de format 295×210 mm constituant la 1ère version de ce travail, réalisés en octobre 2001 à Paris-Norvins (dont 2 écartés par Jean Mambrino, les 3 restant ayant servi de base à l’illustration publiée), 3 dessins utilisés pour les planches du livre, de format 305 x 255 mm

Jean Mambrino (1923-2008) est une voie originale dans la poésie française contemporaine.
« Soutenu par Jules Supervielle, son premier recueil, Le Veilleur aveugle, paraît au Mercure de France en 1965 suivi de Clairière en 1974, lequel inaugure un temps de grande abondance poétique et éditoriale. Jean Mambrino vit à Paris depuis 1968, où il assure la critique littéraire de la revue Etudes jusqu’en 2008. Auteur de vingt-et-un recueils de poésie, cet orfèvre du langage a aussi publié quatre ouvrages de critique littéraire qui se présentent comme de magnifiques exercices d’admiration servis par un style d’une exceptionnelle musicalité. Il a édité aussi chez Seghers une Anthologie de la poésie mystique française (1973) ; en 1981, l’un de ses recueils les plus significatifs, L’oiseau-coeur, obtient le prix Guillaume Apollinaire, et il a reçu en 2005 le Prix de Littérature Francophone Jean Arp pour l’ensemble de son oeuvre. » (Claude Tuduri, La poésie de Jean Mambrino)

C’est Raymond Meyer qui a fait découvrir cette voix originale de la poésie contemporaine à Catherine Bolle. Devenus amis, Catherine Bolle, Raymond Meyer et Jean Mambrino ont effectué, après la publication de « Ta main aveugle », un pèlerinage sur les traces des plus grands auteurs ayant vécu en Suisse, par exemple Rilke.

« La poésie est un langage silencieux qui efface ses propres traces, pour qu’on entende ce que les mots ne disent pas. » (Jean Mambrino)


Douze haïku (1998)

Douze haïku
Texte de Silvio Corsini, gravures de Catherine Bolle
Pully : Raymond Meyer, 1998
Deux éditions distinctes, l’une sous forme de livre (leporello, 18 cm, en noir et blanc), l’autre sous forme de planche (100 cm, avec des à-plats en couleurs)
- 12 leporellos, num. de 1/12 à 12/12
Ex. n° 4/12
- 12 planches, num. de 1 à 12
Ex. n° 4

Comme de nombreux génies méconnus, Silvio Corsini a noirci plusieurs carnets et feuillets à l’aide de crayons de fortune. De ce fatras impubliable demeurent quelques instantanés écrits sans autre prétention que celle d’essayer de coucher sur le papier, comme le photographe fixe une image, les (trop) rares instants de grâce offerts par la vie à un homme ordinaire. Moments ténus, où l’émotion vient à la rencontre de l’âme, euphorie fugace, que l’art subtil du haiku permet si bien de traduire.
La relation professionnelle entretenue avec Catherine Bolle dès 1987 s’est transformée petit à petit en une amitié complice dont ce recueil est une manifestation tangible.
Dans sa version sous forme d’une planche de grand format, cet ouvrage constitue une première tentative d’exorciser – ou plutôt apprivoiser! – la gravure en couleur, un champ resté jusqu’ici inexploré.


Enclaves envisagées (1997)

Enclaves envisagées
Texte original de Jean-Louis Giovannoni, 9 photo­gravures de collages originaux de Catherine Bolle
[Lausanne] : chez P[ierre] M[agnenat] ; [Pully] : Ed. Raymond Meyer, 1997
Typo : François Roubin, Genève
9 pl. et 3 f. de texte sous chemise gravée, sous étui ; 29 cm
Etui réalisé par Jacques Menétrey à Lausanne
- 20 ex. numérotés de 1 à 20 comprenant une suite de neuf collages gravés, un collage original de Catherine Bolle et les trois pages du texte de Jean-Louis Giovannoni manuscrit reporté dans le cuivre
- 6 ex. lettrés de A à F enrichis de 3 états signés
- un exemplaire marqué « PM » comprenant les collages originaux
- 4 ex. hors commerce, marqués EA I à IV
Ex. « B », avec dédicace manuscrite de l’artiste à la BCU

C’est à l’initiative de Pierre Magnenat que s’est produite la rencontre entre Catherine Bolle et Jean-Louis Giovannoni qui, en parallèle à son travail d’assistant social dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne, s’adonne à une intense activité d’écriture. Il a fondé en 1977 la revue Les Cahiers du double avec Raphaële George et fait partie depuis 2005 du comité de rédaction de la revue Le Nouveau Recueil. Enclaves envisagées a été écrit en écho aux collages (fragments d’aquatinte, photographies) réalisés par Catherine Bolle pour Pierre Magnenat. Pour animer la convalescence de ce dernier après une opération assez lourde, Catherine Bolle lui a proposé de lui tenir compagnie en dessinant et gravant son portrait. Les collages reproduits en photogravure au grain dans ce livre par Raymond Meyer intègrent à des paysages personnels (la rue des Deux-Ponts, à Pully, l’Ecole d’architecture à Genève, etc.) des portraits réalisés lors de ces séances de pause avec Pierre Magnenat, dont le regard « habite » littéralement le livre.
Le titre Enclaves envisagées a été préféré à celui donné par l’artiste à son travail : Anatomie-paysage

Poèmes de Catherine Pozzi (2005)

Catherine Pozzi, Poèmes
Six dessins sur papier calque de Catherine Bolle, avant-propos de José-Flore Tappy
Lausanne : La Délie (Bibliothèque cantonale et cantonale de Lausanne), 2005
Impression : Jean Genoud S.A., Le Mont-sur-Lausanne
Tirage de la gravure: Raymond Meyer, Pully
1 vol. en feuilles, dans un coffret ; 31 cm
- 1 ex. unique avec les six dessins originaux de Catherine Bolle marqué « 0″
- 3 ex. enrichis chacun d’un dessin original écarté, marqués « A », « B » et « C »
- 15 ex. enrichis d’une pointe sèche originale de Catherine Bolle, dont trois réservés à l’artiste, num. de I/XII à XII/XII et EA I/III à EA III/III
- 80 ex. dont 10 réservés à l’artiste, num. de 1 à 70, EA 1 à EA 10
Ex. « 0 », comprenant les 6 dessins originaux de Catherine Bolle sur papier calque

Livre de bibliophilie publié à l’initiative de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne dans le cadre de la mise en valeur de la correspondance échangée par Annemarie Schwarzenbach et Claude Bourdet, dans laquelle la poétesse, mère ce dernier, est très présente. Les dessins de Catherine Bolle sont inspirés des six poèmes qui constituent l’essentiel de l’oeuvre conservée de Catherine Pozzi. Cette dernière entretint avec Paul Valéry une relation tumultueuse durant plus de huit ans et fut l’amie de nombreuses figures littéraires de l’entre-deux-guerres, comme Jean Paulhan, Rainer Maria Rilke, Anna de Noailles, Colette, Henri de Régnier ou encore Pierre Jean Jouve.
Cette édition reprend le texte paru dans la collection Métamorphoses chez Gallimard en 1959, établie d’après l’originale de 1935 publiée par Jean Paulhan aux éditions de la revue Mesures.

Filtrer les mondes (1998)

Filtrer les mondes
Pully, 1998
9 planches dans un étui ; 19 cm
1 poème et 8 pointes-sèches, le tout gravé sur verre acrylique
- 20 ex. num. de 1 à 20
Ex. n° 3

Cette première incursion « littéraire » sur support en verre acrylique se prolongera dans divers travaux ultérieurs uniques ainsi que dans les exemplaires de tête de La Lumière est dans les choses, d’Israël Eliraz.

Demi-mot (1991)

Demi-mot
Pully: Editions Raymond Meyer, 1991
Typo : Handsatz Fässler, Zurich
4 f. doubles et 9 pl. sous couverture gravée ; 4 cm
Etui réalisé par Jacques Menétrey, Lausanne
9 pointes sèches originales et un texte de Catherine Bolle sous couverture gravée
- 30 ex. num. 1 à 30
- 5 ex. justifiés EA I à EA V
- 5 ex. marqués de A à E, enrichis d’une gravure rehaussée en couleur par l’artiste
Ex. n° 2/30, enrichi pour la BCU de Lausanne d’une gravure rehaussée en couleur et de divers documents préparatoires (épreuves, correspondance avec l’imprimeur, etc.)

Anodin, anodine (1990)

Anodin, anodine
Genève : Editions Traces, 1990
[16] p. ; 14 cm
Petit album constitué de pointes sèches gravées au cours d’un voyage en train de Nyon à Samedan (texte et images).
Page de titre et achevé d’imprimer manuscrits.
- 11 ex. num. 1 à 11
- 3 ex. hors commerce marqués HC
- 2 ex. de dépôt légal marqués 0 et 00
- 1 exemplaire d’artiste marqué EA
Ex. « 00 »

Cet album de voyage dénote l’intérêt de Catherine Bolle pour une pratique nomade de la gravure, qui prendra une forme plus monumentale et régulière avec le projet du « Journal gravé », qui l’a accompagné pendant de nombreuses années. Voyager, contempler, rêver, graver les lieux, les paysages, les états d’âme. Le voyage comme représentation mentale: dépaysement et dépassement.

Quatre planches de ta mère (1988)

Quatre planches de ta mère
Genève : Editions Traces, 1988
Impression des gravures : Raymond Meyer, Pully
4 pl. et 2 f. dans un cartable ; 28 cm
4 pointes sèches originales de Catherine Bolle
- 26 ex. lettrés A à Z plus un lettré « zéro », les ex. O et « zéro » réservés à Olivier-Vincent Thomann
Ex. « A »

Réflexion sur le thème de l’autoportrait, dédiée par l’artiste à son fils, Olivier, né en 1985.
Le cartable est recouvert d’un papier de chine estampé par l’artiste dans le jardin des mûriers, à Bex, où elle a grandi, en appuyant directement les feuilles de papier sur les pierres recouvertes d’encre.

Traces (1985)

Traces
Genève : Editions Traces, 1985
Typo : Christian Braillard, Genève
4 f. pliés sous couverture gravée, dans un cartable ; 20×28 cm
Texte et pointes sèches originales de Catherine Bolle ; reliure réalisée par Voir  le livre, Genève
- 15 ex. num. de 1/15 à 15/15
- 3 ex. hors commerce, HC I à HC III
- 2 ex. de dépôt légal, 0 et 00
Ex. n° 9/15

Second livre publié par Catherine Bolle, en octobre 1985, à l’enseigne des éditions éponymes. Il a été précédé d’un portfolio mariant des photographies de Matthias Thomann et des textes et gravures originales de l’artiste, Voyage à Fleur de Terre.