Que sont devenues les anciennes bornes InternetUNIL?

par Vincent Demaurex, services informatiques aux étudiants, Ci-UNIL

Une partie des bornes InternetUNIL sont changées chaque année. CiNN a retrouvé un groupe de 16 iMac retirés depuis 2010 et donnés à l’établissement primaire de Lausanne – La Sallaz : une retraite active.


© seeni vasagam – Fotolia.com

A la retraite à l’approche de la borne des 5 ans

Les bornes InternetUNIL ont une vie mouvementée dans les couloirs de l’UNIL. Des milliers d’utilisateurs différents les utilisent chaque jour pendant les 12 heures où elles restent en permanence allumées. Sans compter les contraintes liées à la gestion centralisée d’un parc de machines. C’est pourquoi après 5 ans, pour ces machines bientôt en fin de maintenance, l’heure de la reconversion sonne. Si ces iMac ne sont plus assez résistants pour les couloirs, ceux-ci peuvent encore rendre de précieux services. Ces machines sont données en priorité aux associations de l’UNIL et aux écoles primaires vaudoises, après reconfiguration. Ce fut le destin de 16 iMac retirés pendant l’été 2010 et qui ont élu domicile à l’établissement primaire de la Sallaz à Lausanne dans les bâtiments de Coteau-Fleuri.


Coteau-Fleuri : 19 classes du cycle initial au cycle primaire

De la borne internet à la salle informatique

A l’école de Coteau-Fleuri, dont les classes vont de la 1ère enfantine à la 4ème primaire (CIN et CYP), l’informatique est déjà présente puisque l’on trouve dans toutes les classes 2 ou 3 iMac. Les élèves utilisent des logiciels éducatifs sur ces machines afin de compléter les sujets travaillés en classe.

Les iMac donnés par l’UNIL connaissent un autre usage puisqu’ils ont permis la création de la première salle informatique de l’établissement, comme nous l’explique Mme Lugon, enseignante à Coteau-Fleuri et animatrice informatique. C’est une salle de classe à double usage. Une moitié est une salle de classe traditionnelle faite de tables et d’un tableau noir, et l’autre est garnie d’iMac réparti le long du mur, branchés sur une imprimante couleur. Une moitié des élèves suit un enseignement classique pendant que les autres travaillent sur les ordinateurs.

L’intérêt de la salle informatique est de permettre aux élèves de mener des projets de plus grande envergure que les petits exercices pratiqués habituellement en classe. Mme Lugon nous donne l’exemple d’un travail ayant pour thème les mois de l’année, réalisé avec des élèves de 1ère primaire.


La salle informatique de Coteau-Fleuri

Les enfants ont tout d’abord utilisé le logiciel Coloriage afin de créer 12 images, une pour chacun des mois, qu’ils ont enregistrées et placées dans un dossier à leur nom. L’exercice consistait ensuite à insérer ces images dans un document contenant des pages avec le nom des différents mois. Les élèves procédaient ensuite à une mise en forme selon leur goût. C’est le logiciel Pages de la suite iWork d’Apple qui est utilisé pour cet exercice. Les élèves travaillent en mode mise en page avec des zones de texte qu’il est facile de déplacer et redimensionner, et dont ils modifient aussi la police, la taille, la couleur. L’élève peut ensuite imprimer son travail.

Chaque classe utilise au moins une fois dans l’année la salle informatique pour de tels projets. Les enseignants sont alors assistés par leurs collègues ayant la charge d’animateur informatique.

Le mercredi matin, la salle est utilisée par les élèves à haut potentiel, qui ont besoin d’activités plus variées. C’est ainsi qu’ils ont réalisés de bout en bout un roman photo à l’aide du logiciel Comic Life, où ils se sont mis en scène avec leurs photos personnelles.


Comic Life : un logiciel pour la création de bandes dessinées

Les projets informatiques à l’école primaire

Dans les écoles primaires, les ordinateurs sont renouvelés après 7 ans. Si l’infrastructure électricité et réseau est à la charge des communes, le canton s’occupe de l’équipement informatique. Une équipe à la Direction générale de l’enseignement obligatoire est chargée de la création d’un master (un fichier qui sert à installer une série de machines rapidement et uniformément) contenant les applications éducatives destinées aux écoles avec une session adaptée à chaque cycle d’enseignement.

Coteau-Fleuri fait partie du projet-pilote pour la couverture Wi-Fi des bâtiments scolaire. Cet accès à internet, filtré bien entendu, permettra aux enseignants de proposer des sites éducatifs comme GoMaths pour les mathématiques ou l’apprentissage du clavier avec TapeTouche. De plus, avec Educanet , le serveur des établissements scolaires, les élèves pourront créer des sites pour présenter leurs travaux. Le système de maintenance sera lui aussi amélioré puisque la sauvegarde et la mise à jour des machines se fera dorénavant à distance.

Le but de ces projets est d’intégrer l’ordinateur comme un outil que les élèves utilisent aussi naturellement que les livres de la bibliothèque. Un objectif qui semble déjà atteint puisque comme le fait remarquer Mme Lugon, les enfants sont naturellement à l’aise avec les ordinateurs. Ils ne craignent pas de faire des erreurs, découvrent les logiciels par eux-mêmes et n’hésitent pas à redémarrer la machine en cas de problème. Pas de doutes, la génération numérique arrive !

Bookmark and Share