Le Centre informatique au service de l’ensemble de la communauté universitaire

par Dominique Arlettaz, Recteur de l’UNIL

Le Ci doit bâtir une informatique fiable au service de la stratégie de développement de l’UNIL.


© Joseppi – Fotolia.com

L’histoire de l’Université de Lausanne, aujourd’hui vieille de 465 ans, s’est indiscutablement accélérée au cours des deux dernières décennies. L’UNIL a changé de taille grâce à une remarquable croissance (par exemple, le nombre de ses étudiants a augmenté de plus de 50%), elle a modifié son offre de formation à l’occasion de l’introduction du processus de Bologne, elle a affiné son profil depuis la mise en œuvre du projet triangulaire de collaboration entre les Universités de Lausanne, de Genève et l’EPFL, elle a créé deux facultés, la FBM et la FGSE, elle a profondément transformé ses relations avec son autorité de tutelle et son mode de gouvernance grâce à la Loi sur l’Université de 2004 qui lui a offert une large autonomie, elle s’est ouverte vers la collaboration avec d’autres hautes écoles, vers la société et vers le monde.

Cette incroyable mutation d’une université ancrée dans une tradition locale en une université moderne et jouant son rôle sur le plan international s’est accompagnée d’une extraordinaire amélioration de ses infrastructures: six nouveaux bâtiments ont été mis à sa disposition au cours des vingt dernières années (le Génopode, la salle omnisports 2, le Batochime, l’Amphimax, l’Extranef et tout prochainement Géopolis), un équipement scientifique de premier plan, mais surtout, ce qui a radicalement transformé le fonctionnement de l’Université et ses interactions avec le monde extérieur, ce qui a contribué de manière majeure à son rayonnement, c’est l’informatisation de l’UNIL. Les premiers ordinateurs personnels sont arrivés sur le campus en 1984 et le réseau s’est mis en place petit à petit depuis 1990.

Aujourd’hui, plus personne ne peut imaginer son travail à l’UNIL sans avoir recours à une informatique optimale: les étudiants n’auraient pas accès à l’information dont ils ont besoin pour suivre leurs enseignements, les chercheurs ne pourraient plus contacter leurs collègues et échanger leurs résultats, l’administration serait paralysée et aucun collaborateur de l’UNIL ne pourrait accomplir son travail dans les délais qui lui sont imposés. L’informatique joue bien un rôle déterminant afin que l’UNIL soit véritablement ce qu’elle est aujourd’hui.

Si la première mission du Centre informatique (Ci) a consisté à offrir un centre de calcul à une poignée de chercheurs, puis à construire l’infrastructure informatique nécessaire, sa mission d’aujourd’hui doit évoluer. En effet, tout en ayant la responsabilité de maintenir cette infrastructure au plus haut niveau, le Ci doit et veut avant tout se mettre au service de l’ensemble de la communauté universitaire et faciliter le développement de la stratégie de l’institution.

Il est pourtant bien difficile d’être au service de tous les membres de l’UNIL tant leurs attentes sont nombreuses et variées. Comment faire pour apporter les solutions tant espérées ? La première réponse est bien sûr la volonté du Ci d’adapter sans cesse ses compétences aux besoins nouveaux : cela demande beaucoup de dynamisme et une certaine dose d’humilité. Mais je crois que la clé réside principalement dans l’état d’esprit de service : service à la stratégie de l’institution et service aux besoins des usagers. C’est ce que la Direction attend du Ci. Elle est prête à l’aider en lui précisant ses priorités et en lui allouant des ressources. Et elle est convaincue que le Ci s’appropriera cette nouvelle définition de sa mission avec détermination et avec générosité.

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone