Et l’informatique devint (ultra)mobile…

par Patrice Fumasoli, rédacteur en chef, Ci-UNIL

Editorial : L’internaute est en passe de couper le cordon. Câble réseau, d’alimentation, de souris, de clavier, rien ne résiste à cette lame de fond.


© Bobboz – Fotolia.com

Aujourd’hui plus de 8’000 personnes utilisent tous les jours le réseau Wi-Fi de l’UNIL :

  • 30% iOS (iPhone, iPad)
  • 30% Mac (laptop)
  • 20% PC Windows (laptop)
  • 20% Android (smartphone, tablette).

Avant 2007 et l’iPhone qui a lancé la mode des smartphones (et par extension des tablettes puisqu’une tablette n’est qu’un gros smartphone qui ne peut pas téléphoner), l’étudiant branché avait un laptop. Aujourd’hui plus de 90% des étudiants ont un laptop et un smartphone, ce qu’illustre la statistique ci-dessus, qui montre que nous sommes à parité. Si 4’000 personnes ont pris la peine de configurer le Wi-Fi UNIL sur leur téléphone c’est pour surfer plus vite, libérées du quota étriqué et de la vitesse d’escargot imposés par leur opérateur. Ce sont les usages qui déterminent le choix de l’outil. Pour suivre un cours un laptop est confortable : clavier, grand écran, logiciels spécifiques. Mais pour surfer à la cafétéria entre deux cours, se renseigner sur l’heure de départ du prochain train, consulter un résultat sportif… le téléphone s’impose. La tablette commence à débarquer à l’UNIL, en raison de son excellente autonomie, de son poids plume ou de sa capacité à se muer en liseuse. Quel étudiant n’a pas rêvé de remplacer la bibliothèque qu’il trimballe tous les jours par un appareil de 600 grammes ? Cette révolution-là est encore à faire. Mais le mouvement est lancé. Et force est de constater que ces périphériques ne se remplacent pas, mais s’additionnent.

C’est exactement le constat qu’a fait Microsoft pour concevoir Windows 8, fraîchement lancé. Ce nouveau système d’exploitation est un pari risqué pour son éditeur : présenter le même écran d’accueil partout, au nom du principe de convergence. Le but ? Apprendre au milliard d’utilisateurs de PC que Microsoft propose désormais des téléphones et des tablettes qui fonctionnent comme leur ordinateur. Mais est-ce qu’imposer un nouvel écran d’accueil pertinent sur les appareils tactiles mais handicapant sur un PC traditionnel constituera une innovation suffisante pour vendre des smartphones et des tablettes Windows 8 par millions ? A un peu plus de 3% de parts de marché sur le segment des smartphones Microsoft devait réagir… ou renoncer à ce nouvel eldorado et risquer de devenir, à long terme, marginal. 82% des 14-29 ans utilisent régulièrement leurs mobiles pour surfer, il y a donc péril en la demeure. L’avenir nous dira si le calcul sera payant, ou si Apple (iOS) et Google (Android) continueront à se partager ce marché en forte croissance.

Internet se consulte désormais n’importe où, n’importe quand, sur des écrans de toutes tailles. Ce numéro met en lumière plusieurs réalisations du Ci qui visent à s’adapter à cette nouvelle donne :

  • Comment configurer en 2 clics les services UNIL sur son iBidule (Wi-Fi, email, agenda) ?
  • Comment imprimer sur PrintUNIL depuis son téléphone ?
  • Pourquoi concevoir un site web qui s’affiche différemment en fonction de la taille de l’écran, comme CiNN depuis ce numéro (devenu un site « responsive » pour l’occasion) ?

A l’heure où les données deviennent également mobiles (les ALUMNIL sont dans le cloud), à l’instar d’une partie importante du personnel UNIL qui vient de migrer vers le flamboyant Géopolis, le Ci vous souhaite la bienvenue dans l’ère de l’internet omniprésent et polymorphe, qui se clique, se tapote, ou s’écoute en podcast, un sourire banane aux lèvres.

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone