En 1999, le Bureau de Construction de l’Université de Lausanne-Dorigny (BUD) lance un projet de construction pour un futur bâtiment aux abords du Collège propédeutique 1 (actuel Amphipôle), proche du centre du campus. Il mandate le groupement d’architectes Architram HS et Arcature dont le projet soumis est retenu au terme d’une procédure sélective. Leur mission est de créer un édifice qui puisse abriter des auditoires spacieux pour remédier à la saturation constante des auditoires et salles de classe, conséquence logique de l’accroissement continu de l’effectif estudiantin sur le campus de Dorigny. Le futur bâtiment doit également comporter des locaux pour le Centre informatique et le Centre audiovisuel (Unicom, actuel Service de communication et d’audiovisuel) de l’Université, ainsi que des salles d’enseignement et une grande cafétéria. Il est inauguré le 27 avril 2004.

Afin de parvenir à réunir de manière harmonieuse ces différentes composantes sous un seul toit, les architectes décident d’utiliser un système qui consiste à placer des boîtes dans un grand espace principal. Ils conçoivent alors une extension du Collège propédeutique 1 à quatre niveaux dont le plan s’organise principalement autour d’un grand auditoire de 800 places divisible en deux espaces de 300 et 500 places. Ces auditoires et la grande cafétéria qui les précède au sud, sont de plain-pied et se situent au niveau 3. Le niveau 4 comporte cinq salles de cours. Les locaux destinés au Centre Informatique et au Service de communication et d’audiovisuel de l’Université se trouvent aux niveaux 1 et 2 et sont orientés plein nord. Ainsi, ils peuvent jouir d’une lumière diffuse et douce qui est mieux adaptée aux activités liées à l’informatique et à l’audiovisuel.

Les services polyvalents et les activités variables du Centre informatique et du Service de communication et d’audiovisuel de l’Université imposent une organisation souple et modulable de leurs locaux de travail. Les architectes vont donc opter pour une solution qui privilégie les grands espaces ouverts et un éclairage optimal : le bureau paysager. Ce concept a pour but de créer une aire de travail dépourvue de cloisons qui favorise les échanges et la communication et qui facilite la restructuration des postes de travail tout en permettant à la lumière de mieux pénétrer. La question de l’éclairage va également conditionner leur choix d’une construction en mezzanine.

Bien que d’une architecture plus contemporaine et plus transparente que celle de l’Amphipôle, l’Amphimax s’apparente à son prédécesseur en optant également pour une construction très légère en métal qui privilégie les grandes parois vitrées. Ainsi, la transition entre le plus ancien édifice du campus et la construction nouvelle se réalise sans heurts grâce à un langage architectural similaire.

L’Amphimax se caractérise par son enveloppe vitrée et fait preuve d’une grande transparence et lisibilité. En tant que porte d’entrée nord du campus, ce bâtiment qui exhibe clairement ses espaces intérieurs, le visiteur s’y déplace aisément grâce à un système de couleurs qui définit chaque élément de la construction et aux ouvertures sur l’extérieur qui offrent de nombreux repères.

Maya Birke Von Graevenitz
Etudiante
Section d’histoire de l’art – Faculté des lettres


Cours public

Télécharger le film:MP4,WebM,Ogg

L ‘Université de Lausanne invite régulièrement le grand public à s’interroger sur des thèmes de société.
Durée : 2 min.

Retour à la visite >

Retour au sommaire >


Sources

Exposé des Motifs et Projet de Décret accordant un crédit d’ouvrage pour une extension du Collège Propédeutique à l’Université de Lausanne-Dorigny, n°280, juin 2001.

HUMAIR, Jean-Damien, « La construction du bâtiment », in Journal en ligne du Centre Informatique, n°3, octobre 2003.

Uniscope 337 (1998) – De BUD en bancs

Uniscope 502 (2004) – Dans les coulisses des auditoires Hamburger