Les cosmétiques anti-UV et leurs effets sur l’environnement

Par Camille Perraudin et Titziana Egli

Résumé

Dans le but de protéger efficacement la peau contre le rayonnement solaire, certains cosmétiques contiennent des filtres anti UV. Ces filtres peuvent être soit de type minéral soit chimique. Une partie des filtres chimiques influe sur le système endocrinien de certaines espèces et les « féminise ». En Suisse ces effets ont été démontrés notamment sur des truites de rivière. De même, le Programme National de recherche «Perturbateurs endocriniens: Importance pour les êtres humains, les animaux et les écosystèmes» (PNR 50) a attesté de l’impact de certaines crèmes solaires sur le système hormonal. Certains filtres chimiques sont également en cause concernant le phénomène de blanchissement des coraux. Les filtres minéraux, quant à eux, sont généralement composés de nanoparticules dont les effets négatifs sur la santé humaine restent difficiles à évaluer mais sont avérés. Les effets négatifs des crèmes solaires sur l’homme sont dus à l’exposition dermatologique lors de l’application des crèmes, et à la transmission des molécules via la chaîne alimentaire. Ces effets sont particulièrement nocifs pour les femmes enceintes ou les bébés. Il existe donc un conflit d’intérêt entre une protection solaire permettant de limiter les risques de cancer de la peau et les impacts des crèmes sur l’environnement et la santé. Un bon compromis serait d’utiliser de manière parcimonieuse les crèmes solaires et de favoriser les protections actives. A une échelle globale, la législation permet d’obtenir des résultats visibles. Finalement, le problème des interactions existantes dans l’environnement complique l’étude de ces phénomènes. Par exemple, les systèmes endocriniens de certaines espèces sont également affectés par des médicaments ingérés par l’homme. Il est donc difficile d’estimer les réels impacts des crèmes solaires sur l’environnement. Continuer la lecture

Publié dans Autres substances chimiques | Laisser un commentaire

Nanotechnologies

Par Christopher Puglia et Jean Golay

1. Résumé

Les nanotechnologies et la manipulation de l’infiniment petit constituent une révolution scientifique extraordinaire. La multiplicité de leurs applications potentielles futures dépassent l’imagination et concurrencent la science-fiction. Néanmoins, des recherches récentes dont l’objectif était de comprendre et d’étudier les impacts des nanotechnologies ont globalement abouti à des conclusions contrastées. D’un côté, elles semblent mettre en évidence l’existence de liens entre des nanoparticules manufacturées et des troubles chroniques de la santé pouvant engendrer la mort et, d’un autre côté, lorsqu’elles ne sont pas contredites, ces recherches peinent à être catégoriques et à vérifier incontestablement les hypothèses qu’elles avancent. Ce travail a donc pour but de déterminer s’il est raisonnable de considérer que les nanoparticules manufacturées représentent un danger pour les êtres-humains et l’environnement. Une synthèse des connaissances actuelles est proposée et est illustrée par deux exemples : le nano dioxyde de titane (nano TiO2) et les nanotubes de carbones. Sur cette base, une réponse possible à la question posée est avancée. Continuer la lecture

Publié dans Autres substances chimiques | Laisser un commentaire

Risques liés à la gestion des déchets nucléaires

Par Emmanuel Wyser et Jérémie Voumard

1. Introduction

Dans le cadre du cours « Risques et impacts des polluants », il nous a été demandé de réaliser un dossier de recherche sur une thématique proposée par Nathalie Chèvre.

Nous avons décidé d’orienter notre curiosité vers la question générale de la gestion des déchets en Suisse. Par la suite, de manière plus précise, nous nous sommes orientés dans une thématique plus spécifique qui était la question des déchets nucléaires (déchets spéciaux ou lourds) en Suisse. Il semblait alors important de questionner d’une part, l’impact sur l’environnement humain et naturel que la gestion des déchets nucléaires sous-tend et d’autre part, de mettre en lumière certains mécanismes, ou du moins de les relever, qui permettent de mieux saisir les enjeux liés à la question de la gestion des déchets nucléaires. Continuer la lecture

Publié dans Autres substances chimiques | Laisser un commentaire

Implication des groupes mafieux dans le transport et l’élimination des déchets

Par P. Bugnon et C. Martignier

www.atalmi.it

1. Introduction

Qui n’a jamais entendu parler de la mafia ? Une organisation faisant parler d’elle à travers les films, des histoires de parrains, de richesse, de vengeance. Voici la définition précise d’une mafia donnée par Mediadico :
« Société secrète d’origine sicilienne. Elle sert des intérêts privés grâce à un puissant réseau d’influence qui s’exercent au niveau international dans les domaines économiques, politiques etc. par des moyens illicites et criminels. Toute organisation secrète plus ou moins licite. »
Cette définition nous montre à quel point le monde mafieux tel qu’on le « connaît » – encore faut-il en connaître quelques éléments – est mystérieux, flou et très peu connu du public et du monde scientifique. L’accès à des données chiffrées sur ces organisations est extrêmement ardu. Nous nous baserons donc partiellement sur les connaissances acquises par le désormais célèbre Roberto Saviano, écrivain et journaliste, auteur de l’œuvre Gomorra. A noter toutefois que depuis la publication de celle-ci, il vit désormais sous protection policière permanente…
Nous allons, dans ce travail, tenter d’analyser l’impact des groupes mafieux dans la gestion et le transport des déchets en Italie du Sud. Notre analyse se concentrera uniquement sur cette région mais nous tenterons d’éclaircir la situation au moyen d’une étude multidimensionnelle afin de comprendre de quelle manière la mafia, la société italienne, le monde politique, le marché économique, la sphère juridique et les milieux de protection de l’environnement interagissent entre eux. Au terme de cette analyse par secteurs, nous tenterons d’évoquer quelques pistes de réflexion et d’éventuelles solutions afin de sortir la région de la crise qu’elle vit actuellement. Continuer la lecture

Publié dans Polluants - effet sociaux | Laisser un commentaire

Effets de l’Atrazine sur l’environnement

Par Gabriel Salerno et Maël Bourquard

1 Introduction

1.1 Qu’est-ce que l’atrazine ?

L’atrazine est un herbicide de synthèse de la famille chimique des triazines (Figure 1). La solubilité de l’atrazine dans l’eau est d’environ 33 mg L à 20°C [Wikipedia]. Son adsorption dans le sol est faible, se traduisant par un potentiel important de contamination des eaux souterraines et de surface. Sa demi-vie dans les sols et dans l’eau étant de 40 à 200 jours [Quebec], la présence de cet herbicide dans les eaux souterraines et de surface est accentuée. Cet herbicide bloque la photosynthèse des végétaux par blocage de la protéine D1 du photosysteme II. Continuer la lecture

Publié dans Pesticides | Laisser un commentaire

Décharges comme sources de pollution par les PCBs

Par Barbara Monnier et Manuel Goumaz

Résumé

Les PCB sont une substance chimique constituant une famille de 209 congénères, dont les propriétés diffèrent selon le pourcentage de chlore qu’ils contiennent. Ils ont été utilisés en masse dans les années 30 en raison de leur stabilité thermique, de leur faible solubilité dans l’eau, de leur résistance à l’oxydation, de leur viscosité et de leur faible inflammabilité. Cependant ces mêmes qualités font des PCB des polluants très nocifs pour l’environnement, du fait qu’ils se dégradent très lentement et qu’ils s’accumulent dans les êtres vivants.
Les PCB ont largement été utilisés dans les appareils électriques et dans la construction. En 1972, leur application a toutefois été interdite du fait de leurs impacts directs sur l’environnement. Les mesures de réduction prises depuis cette date ont permis une baisse notable de la charge de PCB à laquelle est exposée la population. Il existe cependant encore une série d’activités diverses qui génèrent des déchets contenant des PCB.

Dans l’environnement, les PCB se retrouvent dans tous les compartiments (air, eau, sol, sédiments) et les mécanismes de diffusion sont nombreux, quoique d’une manière très générale, la contamination des eaux résulte du lessivage par les eaux de pluie des sols pollués. Suivre une molécule de PCB provenant d’une décharge et finissant sa course dans une rivière en est une bonne illustration.
La décharge de la Pila est soumise aux pressions des différents éléments évoqués. Située dans le canton de Fribourg, cette ancienne décharge contamine la Sarine et cause des perturbations environnementales notables. Le cas est inquiétant puisque la pêche en aval est compromise du fait des risques liés à l’absorption de PCB pour l’homme.
En effet, les PCB ont une capacité de bioconcentration importante chez les organismes aquatiques, d’où la répercussion sur la chaîne alimentaire. Ils s’accumulent dans les tissus graisseux, et sont à la source de complications chez l’homme (cutanées, reproductives, immunitaires, cancérigènes, etc.). Tout dépend cependant de l’exposition aux PCB : les effets des expositions aigues sont mieux connus car plus virulents que lors d’expositions continues.
En Suisse, les résultats montrent que la majorité des rivières ne présentent pas une contamination excessive. De même, la consommation quotidienne reste acceptable, et bien inférieure aux normes de l’OMS. Certains groupes de populations sont cependant plus touchés, d’où la nécessité d’assurer une élimination correcte des sources de pollution (déchets).
L’assainissement désigne l’ensemble des techniques et méthodes mises en place afin de décontaminer un site. Cependant, dans un effort de réduction du risque environnemental, il arrive qu’on aggrave la situation en mettant en suspension des contaminants (par dragage) qui seront dispersés sur une plus grande superficie.
Ce risque, bien connu, s’applique au cas de la Pila, dont les travaux d’assainissement débuteront durant l’été 2011. Continuer la lecture

Publié dans Polluants organiques persistants | Laisser un commentaire

La disparition des abeilles

Par Vincent Genicoud

La disparition des abeilles : Causes et effets du CCD

Les abeilles sont une espèce clé pour la pollinisation des végétaux. Les importantes pertes subies ces dernières années dans le monde suscitent des inquiétudes dans la communauté scientifique et dans le public. En effet, si les abeilles disparaissent, une extinction en chaîne des espèces animales et végétales pourrait se produire. Au vu des nombreux facteurs pouvant avoir un effet négatif sur les abeilles (climat, pesticides, parasites, champignons, bactéries, virus, mauvaise nutrition, mauvais traitements de l’apiculteur, etc.), il est très difficile de trouver une cause unique pour expliquer les récentes disparitions. On les nomme Colony Collapse Disorder (CCD). Des synergies de plusieurs de ces facteurs semblent en cause. De plus, les diverses études montrent qu’elles semblent être différentes à travers le monde, bien que les comparaisons soient difficiles à faire puisqu’il n’existe pas de cadre d’étude international. Cependant, des études ont montré, que la distribution des colonies touchées par le CCD n’était pas aléatoire (facteur(s) commun(s) qui peut se transmettre) et qu’elles étaient souvent infectées par plusieurs virus et bactéries comparés aux colonies saines qui souffraient de moins d’infections multiples. On pense que les abeilles trop malades (souvent les moins résistantes donc les plus âgées) quittent la ruche. C’est ce phénomène que l’on appelle CCD. Il reste encore à déterminer quels sont les facteurs des nombreuses infections ; soit elles ont une moins bonne immunité, soit elles sont exposées à plus d’infections. On pense que la première solution est la plus réaliste si on prend en compte les problèmes de nutrition, la pollution de l’air (pesticides et autres) qui peuvent avoir des effets sur le système immunitaire. Des études supplémentaires sont cependant nécessaires afin de mieux comprendre la façon d’agir des synergies entre les facteurs. Continuer la lecture

Publié dans Polluants - effet globaux | Laisser un commentaire