Vote sur les bourses d’études à Lucerne

Suite aux votations de dimanche, le canton de Lucerne a décidé d’approuver une réforme de son système d’octroi des bourses d’études. Les modifications prévoient de réduire le nombre de bénéficiaires d’une aide cantonale tout en ouvrant la porte à un possible financement par des sociétés privées sous forme de prêts des étudiant-e-s ne remplissant pas les critères d’octroi classiques d’une bourse. Cette modification est regrettable d’autant plus que le canton de Lucerne est déjà un des moins généreux en la matière (cf.OFS – Bourses et prêts d’études cantonaux). Nous regrettons fortement ce choix de faire dépendre l’octroi d’une aide dans certains cas de la volonté d’investisseurs privés. Cela constitue une risque de voir certains cursus privilégiés parce que plus rentables tout en créant un problème d’indépendance. D’autres part, nous rejoignons l’organisation des étudiante-s de l’université de Lucerne qui dénonce le mécanisme même du prêt qui encouragerait les étudiant-e-s à emprunter et à contracter des dettes.

Cette attaque contre les bourses d’études n’est qu’un autre exemple des différences qui peuvent exister d’un canton à l’autre et de la volonté de diminuer toujours plus les aides octroyées. Dans ce contexte, nous ne pouvons donc que nous réjouir une fois encore de la votation prochaine sur l’initiative de l’UNES sur les bourse d’études.

Prise de position contre le cumul des taxes de retard

Concernant les taxes de retard, la Loi sur l’Université de Lausanne (LUL) charge le Conseil d’Etat de fixer, entre autres, la taxe. Ce que ce dernier fait à l’article 8 de son Règlement sur les taxes d’immatriculation, d’inscription aux cours et aux examens perçues par l’Université de Lausanne (RTI-UL). Un changement du montant de la taxe devrait donc passer par une décision du Conseil d’Etat. Récemment, le député Jean-Michel Dolivo a interpellé le Conseil d’Etat dans le but d’une modification de l’article 8 de la RTI-UL. Le 7 janvier 2014, le CE a clairement répondu que les délais fixés pour payer cette taxes étaient donnés sur le sites de l’UNIL très en avance et qu’il s’agit de maintenir le but dissuasif de cette taxe afin d’avoir une prise en charge administrative gérable. De son côté, le Grand Conseil discute de cette interpellation aujourd’hui (mardi 1 avril).

PP_taxes d’inscription tardive

Hausse des taxes d’études pour les ressortissant-e-s étrangers/ères dans les EPF

Le Conseil national a adopté, hier, la motion de Parti socialiste intitulée « EPF. Taxes d’études équitables ». Si elle n’est pas directement concernée, la FAE se joint solidairement aux étudiant-e-s des EPF de Lausanne et Zurich dans leur dénonciation d’une décision injuste et contre-productive.

Le Communiqué de presse co-signé par l’UNES, l’AGEPoly et le VSETH

La page du site de l’AGEPoly qui traite du sujet