Archives cantonales vaudoises

Nos ressources

A l’échelle nationale, les Archives cantonales vaudoises relèvent de la 3e plus importante administration en termes d’effectifs, après celle de la Confédération suisse et du canton de Zurich. Elles occupent la deuxième place en quantité d’archives conservées (plus de 31’000 mètres linéaires) et sont, selon les chiffres avancés, la première ou la deuxième institution la plus sollicitée par les chercheurs et l’administration. Par leurs effectifs (12,85 ETP), elles n’arrivent en revanche qu’en 7e position, loin derrière les Archives fédérales suisses (56,3 ETP) et les Archives cantonales de Zurich (50 ETP), mais dépassées aussi par les Archives des cantons de Lucerne, de Bâle-Ville, de Genève et de Berne. Pour compenser la modestie de leur personnel régulier, elles sont obligées de recourir en nombre à du personnel stagiaire, mandataire,temporaire et auxiliaire.

Nos prestations

Ouvertes aux lecteurs 5 jours par semaine pendant 37 heures au total, les Archives cantonales vaudoises s’emploient à offrir le plus grand nombre de fonds d’archives d’origine officielle et de provenance privée, par la rédaction d’inventaires consultables directement en ligne. Elles servent l’ensemble des publics, tout en s’affichant comme un des pôles de la recherche scientifique dans le canton, en raison de leur implantation dans le quartier de la Mouline sur le campus universitaire de Lausanne. L’usager dispose d’une salle de lecture de 40 places, bénéficie des conseils avisés du personnel et d’une bibliothèque constamment mise à jour. Mise à disposition de salle de conférences ou de salle de séminaire, réception de groupes et visite des locaux complètent le dispositif d’accueil de l’institution. Depuis 2002, une exposition thématique est organisée, chaque année, dans le hall d’entrée du bâtiment. Des cours de formation sont mis sur pied, depuis 1997, à l’intention du personnel de l’administration cantonale vaudoise et des milieux professionnels.

Nos approches

Nous fondons nos pratiques sur les derniers développements professionnels, en particulier dans le domaine de la description archivistique, de la conservation et de la diffusion. L’évaluation est le cœur de nos interventions ; elle implique que l’élimination soit affichées comme faisant obligatoirement partie du tri, et nous pousse à confirmer nos choix par le déploiement systématique du calendrier de conservation. Solidaire des filières de formation, notre institution offre plusieurs places de stage et s’investit directement au sein des communautés professionnelles.

Nos défis

Si depuis le 1er janvier 2012, le Canton de Vaud est doté d’une loi sur l’archivage (la première de son histoire) et d’un règlement d’application, il n’a pour l’heure pas encore mis en place une politique globale et concrète en matière d’archivage électronique. La question est cruciale, car elle concerne directement le fonctionnement de l’Etat et les fondements des droits démocratiques.

Nos attentes

Il y a urgence à trouver des réponses aux politiques conservatoires et de diffusion des archives. Les modes opératoires en matière de consignation de l’information, tout comme les attentes nouvelles dans le domaine de la consultation, exigent que l’on rompe avec des pratiques obsolètes et des comportements devenus des traditions de l’administration. Au cours de cette démarche, il faudra tenir compte de l’héritage de dix siècles de documents analogiques, appelés aujourd’hui à être complétés par ceux du patrimoine numérique.