Géopolis à grands pas !

Mardi, 1 mai 2012

Responsable du projet chez baumag, Christophe Perraudin annonce que le niveau cinq, constitué essentiellement de bureaux, est «terminé» sur le plan architectural. Les niveaux trois et quatre le sont à 80% et on hésite en effet à marcher sur ces parquets qui semblent déjà prêts à accueillir votre mobilier de bureau. Je dis vous, amis des sciences sociales et politiques et des géosciences et environnement, car c’est bientôt là qu’il faudra passer vous voir.

Nous donnerez-vous rendez-vous dans l’un des quatre atriums, ces lieux d’échange qui amènent la lumière naturelle au cœur du bâtiment ? Ce dispositif est impressionnant, même si on peine encore à en saisir toutes les potentialités d’utilisation alors que les travaux continuent. La lumière, elle, saute aux yeux ! Pour la tamiser en cas d’ensoleillement, un ensemble de panneaux orientables posés sur le toit se déclenchera automatiquement. Le toit, vous ne pourrez pas y aller mais on vous le dit ici : il sera végétalisé et du plus bel effet vu d’avion ! Après tout, on dit que c’est la cinquième façade…

Au niveau deux (premier étage), accueillant trois atriums, il reste à poser les sols et à terminer l’aménagement des salles de cours et de la bibliothèque. Au rez (niveau un), trois grands auditoires sont en cours de travaux, mais les laboratoires sont prêts pour accueillir notamment les deux sondes ioniques du Centre de compétence en analyse de surface des matériaux CASA, l’un des trois seuls sites d’analyse des solides du monde à combiner ces deux machines.

Au rez, les sous-traitants de baumag et des autres entreprises travaillant en parallèle pour installer les équipements techniques s’activent également en vue de terminer le bel espace dévolu au futur restaurant et à l’espace autogéré.

Au sous-sol, les travaux sur la ventilation et les raccordements pour les sanitaires avancent aussi ; on dirait la salle des machines d’un grand bateau. C’est une ventilation dite à double flux, qui renouvellera complètement l’air des locaux toutes les une à trois heures. Selon la saison, l’air sera chauffé ou rafraîchi via une pompe à chaleur utilisant l’eau du lac.

On regarde encore avec une certaine méfiance le grand escalier central, récemment arrivé en plusieurs pièces entrées par la toiture, et conservant ces jours un aspect fantomatique. Bientôt, ses marches vont bruisser sous le poids de milliers de pas. Ce sera le seul accès aux étages, à part les ascenseurs bien entendu.

Géopolis, ce sont de vastes espaces, un immense quadrillage vitré délimitant de superbes atriums, de longs couloirs aussi ; il faudra marcher, mais on verra à l’usage. Pour l’instant, on peut seulement imaginer la vie intellectuelle, professionnelle, sociale et amicale qui va s’emparer de ces lieux qui seront remis à l’UNIL à partir de fin août 2012.

Nadine Richon | Unicom

Laisser un commentaire

Archives