Sur le chemin de Géopolis

Mardi, 15 mai 2012

Trois jours pour soulever les rails du métro, placer un nouveau pont et reconstuire au même endroit la ligne du M1 ; ce défi sera relevé dès le 26 mai 2012 par l’entreprise de construction Marti SA et les Transports publics lausannois, entre le vendredi minuit et le mardi matin suivant le lundi de Pentecôte.

Cette importante opération de génie civil s’inscrit dans la réalisation du cheminement piétonnier de deux cents mètres de long qui permettra de gagner le bâtiment Géopolis depuis la Grange de Dorigny. Ce passage en direction du lac forme un ensemble de liaisons destinées aux piétons, aux usagers du métro et aux cyclistes se dirigeant vers le nouveau bâtiment et les autres parties du campus. Reliant Chavannes au lac, il offrira également une liaison importante en matière de mobilité douce pour l’Ouest lausannois. Le projet conçu par le bureau Richter – Dahl Rocha § Associés architectes SA répond à un défi topographique important, puisqu’il s’agit de creuser le terrain en profondeur afin d’unifier un espace qui varie de 14 mètres d’altitude entre Géopolis et la Grange.

«Il s’agit d’intégrer cette construction d’une manière sensible dans l’environnement paysager existant, en évitant l’effet tunnel», explique l’architecte Antoine Barc, chef du projet. Son idée ? Un cheminement souligné par un mur à la géométrie subtile dont l’inclinaison et la hauteur variables diminuent l’effet d’enfoncement dans le terrain. La texture rugueuse de ce mur, qui réfléchira doucement la lumière du soleil ou l’éclairage nocture, fera écho au terrain. L’ouvrage d’art supportant la route de la Sorge ainsi que les voies du métro fonctionnera comme un pont surplombant le cheminement piétonnier. Sa coupe affinée à l’entrée et à la sortie du passage laissera entrer la lumière et permettra au regard de filer de part et d’autre.

Les personnes à mobilité réduite accéderont au passage et au métro via un ascenseur et des cheminements aux pentes inférieures à 6%.

Enfin, une intervention fine assurée par L’Atelier du Paysage de Jean-Yves Le Baron viendra ponctuer et compléter ce projet d’aménagement par des arbres d’essence indigène et une prairie naturelle.

Nadine Richon | Unicom

Laisser un commentaire

Archives