Avancées et limites des gouvernements de gauche latino-américains

Intervenant:
Thomas Posado est diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence ainsi que titulaire d’un Master 2 Recherche de Sciences Po. Il prépare une thèse à Paris-VIII à propos du champ syndical dans le Venezuela d’Hugo Chávez.

Exposé:
Après deux décennies d’appauvrissement continu des classes populaires, des contestations ont surgi en Amérique latine : révoltes spontanées (Venezuela), renversement de gouvernements d’inspiration néo-libérale (Bolivie, Equateur, Argentine), luttes victorieuses contre des tentatives de privatisations (Bolivie, Pérou) … Portés par ces mouvements sociaux puissants, de nouveaux gouvernants de gauche aux trajectoires atypiques s’installent au pouvoir : un militaire putschiste au Venezuela, un militant ouvrier au Brésil, un syndicaliste cocalero en Bolivie, un économiste hostile à la dollarisation en Equateur… Après le temps des contestations, à partir de 2002, avec l’échec du coup d’Etat contre Hugo Chávez et l’élection de Lula au Brésil, l’Amérique latine connaît le temps des changements. A la fin de la décennie 2000, la quasi-totalité des pays d’Amérique latine est gouvernée à gauche, à l’exception du Mexique et de la Colombie. Si les indicateurs de pauvreté montrent une nette amélioration, si les projets de libre-échange hémisphérique des Etats-Unis ont été mis en échec, ces nouveaux gouvernements semblent cependant échouer à mettre en œuvre un projet de société alternatif. L’effritement du coussin électoral au Venezuela, la vague de mouvements sociaux contre le gouvernement en Bolivie et l’incapacité à conjurer le coup d’Etat contre Manuel Zelaya au Honduras semblent marquer un nouveau temps, celui de l’institutionnalisation et de l’affaiblissement de ces gouvernements. La dynamique des mouvements sociaux semblent pourtant se poursuivre comme en atteste l’ « hiver étudiant chilien ». Ces mouvements sociaux augurent-ils le début d’un nouveau cycle ? Nous nous intéresserons, dans cette communication, aux avancées et aux limites de ces gouvernements. Comment et pourquoi passe-t-on d’un temps à l’autre ? Quelles ont été les dynamiques de l’évolution des rapports de forces dans l’Amérique latine contemporaine ?

Horaire
Jeudi 25 octobre
14h00 – 15h45
Amphimax, salle 415
Panel – Combats actuels pour l’émancipation: Amérique Latine, un continent en ébullition.

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.