De l’émancipation comme exigence de restructuration de l’ordre du monde hors de la prolifération de la marchandise : une perspective négro-africaine.

Intervenant:

Charles Romain M’Belé a fait des études de philosophie et de sciences humaines à l’Université de Yaoundé, où il a obtenu une Maîtrise sur la pensée d’Amilcar Cabral et un DEA de philosophie. Il a rejoint le Département de Pensée Africaine de l’Institut des Sciences Humaines, comme chercheur, avant de poursuivre des études à l’Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne avec un DEA sur les systèmes de pensée modernes et une thèse de Doctorat sur la question du monothéisme dans la philosophie négro-africaine moderne au miroir du dernier Schelling. Il est titulaire d’une habilitation à diriger des recherches de l’Université de Strasbourg. Membre fondateur du Club de philosophie Kwame Nkrumah en 1988, il enseigne actuellement la philosophie à l’Ecole normale supérieure de l’Université de Yaoundé 1. Il a publié en 2010: Essai sur le postcolonialisme en tant que code de l’inégalité (Yaoundé, Clé)

Exposé:

La double aliénation de l’esclave et du colonisé participe en dernière instance de la déshumanisation constitutive du mode de production capitaliste. Aussi la quête multiséculaire de la conscience négro-africaine pour la liberté, l’égalité, la souveraineté réelle est-elle in fine une revendication contre ce que David Harvey appelle l’accumulation par dépossession – trafic des esclaves, colonialisme, néocolonialisme, contrainte de la dette. Les impulsions essentielles des slave narratives, avec Ottobah Cugoano (1750-1801) et Olaudah Equiano (1745-1797), esquissent déjà le rêve d’une restructuration de l’ordre du monde. L’utopie d’un nouvel ordre économique mondial déconnecté du capitalisme oriente encore les réflexions de quelques philosophes négro-africains contemporains.

Un questionnement taraude leur pensée : peut-on penser la pratique de l’émancipation hors de la prolifération de la marchandise ? Par quelles médiations – dans la configuration actuelle de l’économie-monde – concevoir une lutte qui cumule anticapitalisme et anti-impérialisme ? Contre la thèse affirmant le besoin de faire avec le triomphe du marché universel, la problématique philosophique qu’inaugure Frederick Douglass (1818-1895) – suivi de Frantz Fanon (1925-1961), Amilcar Cabral (1924-1973), Marcien Towa, Angela Davis – énonce que par la médiation de l’éducation, de la résistance morale, intellectuelle et physique, de l’organisation, l’émancipation et l’auto-émancipation sont une étape dans la lutte finale contre le système mondial d’exploitation, de domination qui se manifeste aujourd’hui comme marginalisation destructrice de « superflus » transformés en déchets humains.

Horaire
Vendredi 26 octobre
14h15 – 16h
Château de Dorigny, salle 106
Panel – Philosophie et libération: Pratiques historiques et philosophiques

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.