Démocratie représentative et construction du mouvement ouvrier

Intervenant:

Samuel Hayat est post-doctorant en science politique au CRESPPA (Paris 8). Ses travaux portent sur la représentation politique, ainsi que sur le mouvement ouvrier et le socialisme au XIXe siècle.

Exposé:

Penser l’émancipation suppose de se confronter à un paradoxe : le sujet d’un processus d’émancipation est à la fois dominé, pris dans un système de contraintes qui l’empêche d’être libre, et potentiellement acteur, capable de reconnaître, d’analyser et de combattre ce système de contraintes. Si cette figure paradoxale est largement traitée par les approches philosophiques de l’émancipation, elle reste sous-utilisée lorsqu’il s’agit d’étudier des mouvements historiques d’émancipation.

Le but de cette intervention est de montrer que le paradoxe du sujet de l’émancipation peut servir à éclairer d’une façon nouvelle l’histoire de la construction du mouvement ouvrier français. L’apparition d’une volonté explicite et collective d’émancipation de la part des travailleurs, au début du XIXe siècle, reste encore aujourd’hui une énigme, alors que l’explication marxiste par la transformation du mode de production apparaît désormais insuffisante. J’essaierai de montrer que pour en saisir la chronologie et les caractéristiques, il est nécessaire de la mettre en rapport avec les transformations du mode de domination, et en particulier avec l’instauration d’une forme politique nouvelle : le gouvernement représentatif.

Pour cela, je rendrai compte du rapport dialectique entre, d’une part, les institutions et les discours du gouvernement représentatif sous les monarchies parlementaires, et, d’autre part, l’invention d’une « parole ouvrière », à travers cette idée : le sujet ouvrier se construit dans la réutilisation et le retournement des concepts et des dispositifs par lesquels le gouvernement représentatif dit et gouverne le peuple. C’est la représentation politique, comme moyen de gouverner inséré dans la gouvernementalité libérale, qui se trouve récupérée par ceux qui se font les porte-parole des ouvriers, pour construire une classe ouvrière à visée universaliste et un appareil de représentation, l’association ouvrière, alternatif à celui de l’Etat dont la masse est exclue.

Horaire
Jeudi 25 octobre
14h – 15h45
Château de Dorigny, salle 106
Panel – Histoire en lutte: L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-même

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.