La création collective : une pratique émancipatrice pour qui ?

Intervenante:
Léa Valette est doctorante et ATER en arts du spectacle, Université Paris Ouest Nanterre, Laboratoire Histoire des arts et des représentations.

Exposé:
Dans les années soixante-dix, les pratiques théâtrales se réclamant de la création collective se développent. Elles s’entendent par la remise en cause de la division du travail au sein de la création théâtrale. Pensées à la fois comme une « mise en crise des pratiques machinales qui agissent en machines idéologiques » et comme une préfiguration de la société post-révolutionnaire, les pratiques de création collective sont ainsi définies en tant que lieu d’émancipation pour l’acteur. Mais qu’en est-il du spectateur ?

A travers l’exemple d’un spectacle, La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit entre ses bras, par la troupe du théâtre de l’Aquarium nous nous interrogerons sur le rapport qu’entretient ce type de création entre humilité vis-à-vis de la parole ouvrière et didactisme militant.

Horaire
Vendredi 26 octobre
16h15 – 18h
Amphipôle, salle 315.1
Panel – Revanche des superstructures: L’intelligence du spectateur

Ce contenu a été publié dans VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.