Les discours pro-censure sur le rap français : dénier l’intelligence d’un public populaire.

Intervenante:
Marie Sonnette est doctorante en sociologie au laboratoire CERLIS de l’Université Paris 3 – La Sorbonne Nouvelle sous la direction de Bruno Péquignot et la co-direction de Laurent Fleury (Laboratoire CSPRP – Université Paris 7 – Denis Diderot). Ses recherches portent sur le genre rap francophone et l’engagement politique de ses acteurs.

Exposé:
Si, ceux qui portent plainte contre les rappeurs et leurs œuvres s’en prennent de manière ouverte aux rappeurs et à leurs œuvres, ces derniers ne sont pas les seuls à être mis à mal par ces accusations : le public du rap ou de ces rappeurs est également visé. Le problème pointé est celui du public supposé du rap (des jeunes, non-blancs, des quartiers populaires, voire musulmans ou émeutiers en puissance) perçus comme détenant moins de capacité à l’intelligence que la moyenne des autres publics, incapables de produire des effets de montage, de ré-agencer les informations qu’ils reçoivent par la médiation d’une œuvre et inaptes à l’interprétation des usages littéraires de paroles poétique et chansonnières. Ostensiblement, il s’agit de déqualifier un public décrit publiquement et majoritairement comme issu de la « jeunesse des quartiers populaires ».

Horaire
Vendredi 26 octobre
16h15 – 18h
Amphipôle, salle 315.1
Panel – Revanche des superstructures: L’intelligence du spectateur

Ce contenu a été publié dans VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.