Piero Gobetti et Antonio Gramsci : regards croisés sur les conseils d’usine à Turin.

Intervenante:
Stéfanie Prezioso est professeure d’histoire contemporaine à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Ses travaux portent principalement sur la génération de 1914, la question de l’exil politique, et sur les problèmes historiographiques relatifs à l’appropriation de la mémoire historique.

Exposé:
Le libéral révolutionnaire Piero Gobetti et Antonio Gramsci appartiennent à la même génération politique, même si dix ans les séparent; une génération nourrie à l’idéalisme de Benedetto Croce qui tend à poser le sens éthique de la politique et le volontarisme au coeur de son action, tendue vers une révision et/ou une relecture du marxisme. Piero Gobetti est fasciné par la révolution d’Octobre tant et si bien qu’il se met au russe. Au cours de sa courte existence, il n’aura de cesse d’affirmer que son libéralisme prend racine précisément dans l’expérience concrète des luttes de ceux d’en bas, dont les Conseils d’usine à Turin et les soviets en Russie sont selon lui, à ce moment, l’expression la plus achevée. La jonction entre Gramsci et Gobetti se produit précisément autour de l’expérience turinoise. C’est à leur regard respectif sur les événements qui ébranlent l’Italie au cour du biennio rosso que cette contribution va s’attacher.

Horaire:
Vendredi 26 octobre
11h – 12h45
Chateau de Dorigny, salle 106
Panel – Histoire en lutte: Les conseils ouvriers dans la vague révolutionnaire de 1917-1920

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.