Politiques antimilitaristes et anticoloniales de l’Internationale communiste, 1919-1926.

Intervenant:
Ian Birchall. un ancien enseignant à Middlesex University (Londres), est actuellement écrivain indépendant. Auteur de plusieurs livres, surtout sur l’histoire du mouvement socialiste : The Spectre of Babeuf, (1997) ;  Tony Cliff : A Marxist for his Time (2011) ;  Sartre et l’extrême gauche française (2011).

Exposé:
Le système qui nous opprime est international, et pour le détruire il nous faudra une organisation internationale. Il y a plusieurs exemples historiques de l’organisation des travailleurs et des opprimés du monde, mais peut-être le plus remarquable est l’Internationale Communiste, fondée en 1919 au lendemain de la révolution russe. Même si le monde a beaucoup changé depuis ces années-là, il y a un certain nombre de leçons, positives et négatives, que nous pouvons apprendre des expériences de cette époque.

L’Internationale imposait sur ses sections un internationalisme pratique, c’est-à-dire une politique antimilitariste et anticoloniale dans les faits et non seulement dans les paroles. Mais la politique de l’Internationale rejoignait les meilleures traditions d’avant-guerre, par exemple l’antimilitarisme cultivé dans le milieu syndicalistes [en France on pense au « sou du soldat » et au Nouveau manuel du soldat]. On voit l’expression de cet internationalisme véritable dans des événements comme le congrès de Bakou en 1920, qui essayait d’encourager la solidarité entre les travailleurs des pays impérialistes et les opprimés des pays colonisés en Afrique et en Asie ; dans l’activité conjointe des partis communistes allemand et français au moment de l’occupation française de la Ruhr en 1923 ; dans les actions du parti communiste français au moment de la guerre du Rif ; mais aussi dans l’activité quotidienne des sections de l’Internationale, par exemple la publication par le parti communiste français des journaux comme Le Paria et La Caserne.

L’on nous dit souvent que le nationalisme est plus fort que la conscience de classe. L’expérience de l’Internationale Communiste nous montre que l’internationalisme prolétarien a été possible, et nous donne l’espoir qu’un véritable internationalisme peut renaître.

Horaire
Samedi 27 octobre
13h15 – 15h
Anthropôle, salle 5081
Panel – Histoire en lutte: L’Union soviétique et l’Internationale communiste dans les années 20

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.