Qu’est-ce que la transformation sociale ? Vers une socio-histoire des perspectives de l’action féministe.

Intervenantes:

Pauline Delage est doctorante en sociologie, Iris/Ehess. Sa thèse s’intitule : « Violences envers les femmes : la construction d’un problème politique en France et aux Etats-Unis depuis les années 1970″.

Fanny Gallot, est doctorante en histoire contemporaine. Sa thèse porte sur « Les ouvrières : quotidien et représentations (des années 1968 au très contemporain) », à Lyon 2 (LARHRA). Elle participe à l’animation du séminaire « Genre et classes populaires » à l’université Paris 1 (http://gcp.hypotheses.org/).

Exposé:
Libération des femmes année 0 : le féminisme français dit de la deuxième vague débute en 1970 avec le numéro spécial de la revue Partisans dont le titre constitue en fait une double affirmation, celle d’une visée émancipatrice et celle d’une rupture historique avec un ordre social inégalitaire. Dans un espace politique féministe hétérogène, qui alimente une production théorique très fructueuse, la perspective principale est alors celle de la libération de toutes les femmes. Dans les années 1980, l’affaiblissement des mouvements sociaux et l’essor du néo-libéralisme bouleversent profondément le féminisme ; certaines se rapprochent des instances étatiques, d’autres se spécialisent et se professionnalisent en se concentrant sur des thèmes particuliers – contraception, égalité professionnelle, violences – voire s’inscrivent dans le champ académique. S’ensuit cependant dès la fin des années 1990 un renouvellement des perspectives féministes, à la faveur d’apports théoriques nourris des échanges transnationaux et de la remise en cause du sujet du féminisme et du « nous » des femmes. Les concepts de subversion des normes de genre et d’empowerment ou encore de puissance d’agir tendent alors à supplanter, à interroger ou à enrichir l’approche émancipatrice initiale. Ces concepts ne sont pourtant pas détachés de l’action politique, dont ils peuvent être les supports ou dont ils puisent leurs sources analytiques.

Cette communication à deux voix, afin de croiser les regards sociologiques et historiques, propose un retour critique sur les différentes étapes, et les différents paradigmes, de l’action politique et du corpus théorique du féminisme contemporain en France. Il s’agira donc d’interroger son évolution, en s’appuyant sur l’analyse des concepts politiques mobilisés pour les mettre en regard, les confronter et penser les projets de transformation sociale qu’offrent les féminismes.

Horaire
Samedi 27 octobre
13h15 – 15h
Anthropôle, salle 2024
Panel – Quel agenda féministe ?: Le féminisme au défi du néolibéralisme

Ce contenu a été publié dans VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.