Variations dans l’écologie syndicale : les stratégies climatiques des organisations syndicales internationale.

Intervenant:
Romain Felli est docteur en science politique, chercheur FNS senior à l’Université de Bâle et chargé de cours à l’Université de Lausanne.  Ses travaux portent sur la gouvernance de l’environnement, les syndicats et la théorie politique dans une perspective matérialiste historique.

Exposé:
La crise des rapports socio-écologiques nous semble absolument centrale dans la dynamique sociale actuelle. La manière dont elle peut faire l’objet d’une politisation est au centre de cette communication, qui repose sur deux prémisses.

Premièrement, si l’on accepte l’analyse montrant que la crise écologique, et en particulier la crise climatique, en cours découlent de la dynamique des rapports de propriété capitalistes, la remise en cause de ces rapports est la condition nécessaire d’une résolution de ces crises, et la fondation de nouveaux rapports socio-naturels. Deuxièmement, même si la gauche, en particulier dans ses périodes de relative faiblesse, aime à chercher de nouveaux « sujets » révolutionnaires, ce papier s’en tient à l’analyse qui pense que le rapport social capitaliste demeure fondamental pour comprendre la dynamique de la société actuelle, ses contradictions et donc la possibilité de sa transformation. Dès lors, les perspectives des organisations traditionnelles de la classe ouvrière, en premier lieu les syndicats, demeurent fondamentales pour comprendre les possibilités d’émancipation sociale (ce qui ne signifie évidemment pas qu’elles soient exclusives d’autres dynamiques).

Ainsi, les perspectives, ou mieux les stratégies, syndicales en matière écologique (en l’occurrence liées au problème climatique) prennent une importance encore peu reconnue dans la littérature scientifique et largement ignorée dans les stratégies politiques. En se basant sur une analyse empirique originale des stratégies des organisations syndicales internationales en matière climatique, et en adoptant le cadre de l’analyse marxiste des formes de la valeur, cette communication se propose d’en décrire les contours et d’en donner une évaluation raisonnée. En particulier, elle identifie trois types principaux de stratégies, dont un seulement peut être associé avec une perspective proprement émancipatoire, dans une dynamique socialiste.

Horaire
Jeudi 25 octobre
14h – 15h45
Internef, salle 123
Panel – Critique du productivisme: Stratégies écologistes et transformation sociale.

This entry was posted in VOIR TOUTES LES COMMUNICATIONS and tagged . Bookmark the permalink.