Portrait de Jean-Michel Potiron

Né en 1964, directeur d’une compagnie théâtrale indépendante, le Théâtre à tout Prix, metteur en scène associé à l’Espace Scène Nationale de Besançon de 1991 à 1999, de séjour au Théâtre de la Cité Internationale de Paris de janvier en septembre 1994, au Théâtre-Ecole d’Art Dramatique de Moscou (dirigé par Anatoli Vassiliev) en juin et juillet 1998, associé à l’Académie Expérimentale des Théâtres de Paris (dirigée par Michelle Kokosowski) à l’occasion du Laboratoire européen de mise en scène sur l’œuvre de Pier Paolo Pasolini à Paris et à Bruxelles en 1999, comédien, Jean-Michel Potiron a notamment mis en scène : Le monte-plats de Harold Pinter (1991), Kiki l’indien de Joël Jouanneau (1993-1994), Violences Corps et Tentations de Didier-Georges Gabily (1995), Andromaque de Jean Racine (1995), Aglavaine et Sélysette de Maurice Maeterlinck (1997), Hercule Furieux de Sénèque (1999). Ces différentes créations sont données dans tout le Grand-Est : Besançon, Montbéliard, Belfort, Lons-le-Saunier, Dole, Vesoul, Pontarlier, Bar-le-Duc, Chalon-sur-Saône, Strasbourg, Sarrebrück, Lausanne, etc.

En 2001, il opère un changement radical dans sa manière de fonctionner. Tout en persévérant dans son travail de création, il explore, dans tous les azimuts, une autre manière de rencontrer le public. En partenariat avec le Théâtre Alcyon de Besançon (2001-2002), puis deux saisons durant (2003-2004 ; 2004-2005), avec quatre théâtres de Rhône-Alpes, il inaugure l’orchestration et la mise en œuvre du Laboratoire d’Acteurs Public : Explorations La Mouette et autres œuvres d’Anton Tchekhov – avec la participation d’Anatoli Vassiliev le jour d’ouverture en Rhône-Alpes –, à l’occasion duquel, l’intégralité du processus de création ayant été ouvert, une cinquantaine d’opérations publiques ont été menées sur quatre villes différentes : Lyon, Saint-Priest, Pont-de-Claix et Portes-lès-Valence.

En 2004, il organise Les Orphéades à Besançon, un Marathon de lectures publiques sur l’Art par treize artistes de Franche-Comté. Du 1er au 31 décembre 2004, en plein air et en plein hiver, au bois d’Avanne-Aveney, aux environs de Besançon, il initie son projet : Protesto ! ou Solo Inutile (?) Pour une Culture qui Cultive !, qu’il joue ensuite partout où cela est possible (plus de 140 représentations à ce jour).

La même année, il s’associe avec Stéphane Keruel de la compagnie : Le Chant de la Carpe, de Niort (F). De cette collaboration, naît le spectacle : Et donc je m’acharne, paroles de poètes contemporains, un spectacle qui déparle (50 représentations à ce jour).

En 2008, en association avec Stéphane Keruel, Christian Denisart et Pierre Daviller, il crée: Le dernier des dériveurs à travers l’œuvre complète de Guy Debord.

De longue date, il collabore avec la Grange de Dorigny (Unil) de Lausanne : accueils Andromaque de Racine (1995), Protesto ! (2006) ; co-production : Le dernier des dériveurs (2008).