Archive pour la catégorie ‘Outils’

Badges : un projet pilote expérimenté en Faculté des géosciences et de l’environnement (FGSE)

1. INTRODUCTION

Il n’est pas toujours aisé pour l’enseignant à ce que ses étudiants s’investissent dans les activités qui leur sont proposées. A cet effet, Viau (2009) nous signale justement que « (…) un élève accorde de la valeur à une activité pédagogique s’il en perçoit l’intérêt ou l’utilité. » Dès lors, le questionnement premier du présent projet a été : « Comment susciter la motivation chez les étudiants afin qu’ils s’engagent (davantage) dans les activités qui leur sont confiées ? ».

2. ANCRAGE PEDAGOGIQUE

Selon Viau (2009), les facteurs qui influent sur la dynamique motivationnelle de l’élève sont notamment liés à la classe. Parmi ces facteurs, on citera tout particulièrement les récompenses qui visent à motiver les étudiants « à travailler davantage lors des activités pédagogiques qui leur sont proposées » (Archambault et Chouinard, 1996).

Deci, Koestner et Ryan (2001) distinguent les récompenses dont le but est d’informer l’élève sur la qualité de ses apprentissages et les récompenses matérielles qui visent à augmenter l’effort qu’il consacre à une activité ou à augmenter sa performance. Tous les chercheurs s’entendent pour dire que les récompenses de type informatif favorisent la motivation intrinsèque de l’élève (Deci et al., 2001; Cameron, 2001; Lepper et Hodell, 1989). Ils expliquent ce phénomène par le fait que les récompenses informatives influent positivement sur la façon dont les élèves jugent leurs capacités de réussir (Viau, 2009).

3. CARACTERISTIQUES PRINCIPALES DU PROJET

De plus en plus, l’e-learning (apprentissage en ligne) va prendre une place importante au sein des cursus universitaires. A cet effet, la Faculté des géosciences et de l’environnement (FGSE) a décidé d’investir pleinement la plateforme Moodle (http://moodle2.unil.ch), d’ici à la prochaine rentrée académique, pour tout ce qui a trait à son enseignement.

Outre les fonctionnalités de base (dépôt de fichiers divers, forums…), Moodle possède une multitude de potentialités dont certaines guère exploitées jusqu’alors. Parmi celles-ci, la notion de badges a été retenue afin de développer un projet pilote préalable à un projet FIP au sein d’un cours de Bachelor intitulé « Ecotoxicologie » et dispensé par Madame Nathalie Chèvre.

Ndiaye et Benkacem (2014) distinguent trois modalités essentielles aux  badges :

  1. Acquisition par l’apprenant : Toute personne peut « gagner » un badge selon les compétences développées ou les connaissances acquises dans un cadre formel, informel, à distance ou en présentiel.
  2. Émission par une institution/organisation : Les badges sont émis par les institutions/organisations formatrices pour reconnaître les compétences ou les connaissances des apprenants. L’émetteur évalue si l’apprenant a acquis les connaissances ou développé les compétences permettant d’obtenir le badge.
  3. Exposition dans des environnements numériques : Les apprenants qui collectent des badges au fil de leurs formations peuvent les exposer (lors de candidatures pour un poste de travail par exemple) dans différents environnements tels que : réseaux sociaux (Twitter, LinkedIn, Facebook, etc.), espaces ePortfolio, Mozilla Backpack, etc. ou simplement sur un site Web personnel.

Ces badges représentent donc des aptitudes ou connaissances acquises et permettent de savoir qui les a émises, dans quelles circonstances, etc. Ce système permet de récompenser les efforts à plus petite échelle et de susciter voire maintenir la motivation (valorisation d’une habileté acquise plutôt que pour tout un cours ou un programme).

Très concrètement… Le cours d’Ecotoxicologie nécessite la maîtrise de concepts théoriques de base indispensables pour que les étudiants puissent aborder sereinement la partie pratique dudit cours. A cet effet :

  • deux questionnaires sont mis à la disposition des étudiants dans l’espace Moodle dédié au cours et qu’ils sont invités à tester.
  • chaque questionnaire présente 5 questions, mais qui sont différentes à chaque essai (choix aléatoire dans la banque de questions créées).
  • les étudiants ont droit à dix essais maximum par questionnaire, sans d’autre limite dans le temps que la fin du cours, pour tenter d’obtenir le badge lié au questionnaire.

B1

Illustration 1 : exemple de badge (ECOTOX 1)

  •  dès qu’un étudiant obtient une note de 100% de maîtrise (toutes les réponses correctes) à un essai pour un questionnaire, une option apparaît dans la section du cours où se trouvent les questionnaires et qui lui permet de collecter le badge attestant de sa maîtrise des concepts à ce moment.
  • ledit badge sera automatiquement inséré au sein du profil Moodle de l’étudiant qui l’aura obtenu pour une durée choisie (soit dans ce cadre limité au semestre en cours).

Chaque profil Moodle peut comprendre les badges acquis au sein du cours, mais aussi d’autres gagnés ailleurs et qui pourraient fort bien être importés, comme l’illustre fort bien la capture d’écran ci-dessous :

 Capture d’écran 2014-03-25 à 13.33.04

 Illustration 2 : exemple de « Mes Badges » au sein d’un profil Moodle. Retrieved from http://docs.moodle.org/25/en/Badges on March 25, 2014

En fin de semestre de printemps 2014, nous tirerons les enseignements de ce projet en interrogeant les étudiants sur la pertinence et l’intérêt de cette fonctionnalité « badges » dans leur engagement au sein de leur apprentissage. Gageons que leur retour nous permettra de poursuivre l’expérience en adaptant la méthodologie aux remarques récoltées.

SOURCES :

Archambault, J. et Chouinard, R. (1996). Vers une gestion éducative de la classe. Québec : Gaëtan Morin.

Cameron, J. (2001). Negative effects of rewards on intrinsic motivation – a limited phenomenon: comment on Deci, Koestner, and Ryan (2001). Review of Educational Research, 71, 29-42.

Deci, E.L., Koestner, R. et Ryan, R.M. (2001). Extrinsic rewards and intrinsic motivation in education: reconsidered once again. Review of Educational Research, 71, 1-27.

Lepper, M.R. et Hodell, M. (1989). Intrinsic Motivation in the Classroom. Dans R.E. Ames, et C. Ames (dir.), Research on motivation in education, Goals ans cognition, vol. 3 (p. 73-106). Toronto: Academic Press.

Ndiaye, B. et Benkace, O. (2014).  Badges ouverts ou pins numériques ? Consulté le 21/03/2014 à l’adresse https://ciel.unige.ch/2014/01/badges-ouverts-ou-pins-numeriques/

Viau, R. (2009). La motivation en contexte scolaire. Bruxelles : De Boeck.


Personnes de contact :

Nathalie ChèvreMaître-assistante/PD FGSE (IDYST)

Yves DemoulinIngénieur pédagogique FGSE

 

Outil-voc

Un exercice fastidieux
L’apprentissage du vocabulaire, quelle que soit la langue travaillée, peut être une opération longue et fastidieuse. De plus, il est souvent difficile de rester concentré et motivé lors d’une telle tâche, l’enchaînement d’opérations similaires et de répétitions en étant la cause principale.

Outil-voc, une manière différente d’apprendre
Pour rendre l’apprentissage d’un vocabulaire plus aisé et motivant, le programme Outil-voc a été développé. Celui-ci a pour objectif de faire travailler l’étudiant de manière plus décontractée et motivante. Lire la suite de cette entrée »

Des outils pour l’enseignement: une liste non exhaustive

Les technologies de la formation mettent à disposition des enseignants une large palette d’outils plus ou moins sophistiqués, qui ont pour but d’enrichir et de varier les pratiques d’enseignement et d’apprentissage. Chaque outil doit cependant être choisi en fonction du but recherché et de sa facilité d’utilisation, tout en restant subordonné aux choix pédagogiques de l’enseignant.

Au niveau institutionnel, deux outils sont particulièrement utilisés dans le cadre de l’enseignement depuis quelques années: MyUniL et Moodle. Lire la suite de cette entrée »

Apprendre à communiquer des compétences: un usage intégré du portfolio en ligne

Définir et communiquer ses compétences

Financé par deux fois par le FIP (Fonds d’Innovation Pédagogique) en 2010 et 2011, ce projet de portfolio en ligne (ou e-portfolio) s’inscrit dans le cadre d’un programme de spécialisation du Master ès Lettres intitulé « Analyse des discours et de la communication publics » dirigé par Monsieur Marcel Burger. Ce projet cherche à répondre à trois besoins principaux:

  1. Fournir un outil de réflexion et de lisibilité des compétences, c’est-à-dire permettre aux étudiants d’apprendre à mieux cerner l’ensemble, la diversité et la spécificité des compétences en jeu dans la formation académique pour envisager un transfert de ces compétences dans un autre cadre
  2. Apprendre à communiquer à propos de ces compétences. Ce second aspect est essentiel: il s’agit de sensibiliser les étudiants aux choix individuels qui président aux manières de communiquer leurs compétences. Le transfert des compétences d’un contexte académique à un contexte extra-académique requiert en effet non seulement de savoir nommer et spécifier des compétences, mais aussi de savoir comment on communique (à propos de) celles-ci. Le projet se concentre particulièrement sur cette dernière dimension de la transférabilité des compétences.
  3. Permettre une construction collective du savoir par l’appartenance à une communauté d’apprentissage favorisant l’interaction à propos des objets de connaissance spécifique au programme de spécialisation.

Eportfolio: un espace de documentation et d’exposition

Le projet souhaite faire une utilisation accrue du portfolio en ligne (outil utilisé : Mahara), et cela tout au long du cursus: chaque étudiant a ainsi à sa disposition un espace personnel de documentation et d’exposition permettant de communiquer globalement son trajet d’apprentissage et ses compétences. Concernant cet aspect, l’attention n’est plus alors portée uniquement sur des compétences développées dans des modules d’enseignement, mais sur les compétences en tant qu’elles sont «montrées» par un trajet d’apprentissage individualisé, en l’occurrence un stage pré-professionnalisant ou une recherche pré-doctorale. Une auto-évaluation ponctuelle (sous forme d’un protocole verbal) permet de mettre au jour et d’expliciter les choix opérés pour communiquer des compétences. Le scénario pédagogique de l’utilisation du ePortfolio pour documenter ses compétences en menant des activités réflexives sur une année de spécialisation se déroule selon le schéma ci-dessous.

Le ePortfolio comprend également une dimension communautaire. En effet, un processus ePortfolio permet la mise en réseau des contenus enseignés et participe, de ce fait, à la création d’un espace de travail en commun ; il favorise le partage des expériences d’apprentissage et constitue un lieu de discussion critique entre les participants du programme (enseignants et étudiants compris); il est un espace de réflexivité, un lieu favorisant une considération globale de tous les contenus d’enseignements de la formation et permet par là un positionnement identitaire de l’étudiant.

Une dimension réflexive

La plus-value pédagogique de l’utilisation d’un ePortfolio repose sur sa dimension « réflexive » que l’on peut considérer à deux niveaux :

  1. Le projet oblige l’enseignant responsable à réfléchir aux compétences que l’enseignement requiert et qu’il permet de développer. Ainsi, l’enseignant est amené à définir avec précision des attentes spécifiques et à délimiter des objectifs à atteindre tout comme les moyens d’y parvenir.
  2. Le projet permet à l’étudiant de réfléchir aux activités académiques dans lesquels il est engagé. En deçà et au-delà des savoirs académiques, l’étudiant est amené à considérer sa participation en termes de compétences requises et développées. La dimension réflexive impliquée par le projet facilite la considération raisonnée de compétences et, partant, la possibilité d’envisager le transfert des compétences ainsi repérées, nommées et définies.

Un potentiel de déploiement à l’échelle de l’institution

Le projet s’ancre dans un cursus caractérisé par une articulation des cadres académique et post-académique. Dans ce sens, on peut envisager que le projet soit transférable à des cursus de même type (en Lettres), et alimente aussi la réflexion sur la communicabilité des compétences dans d’autres facultés. De fait, l’encadrement pédagogique spécifique développé à l’occasion de ce projet pourrait être exploité au plan général de l’institution pour former des étudiants davantage conscients de la transférabilité et de la communicabilité des compétences développées au cours de leurs études. Au plan technique, le projet pourrait également permettre aux membres du RISET de préciser les besoins de l’institution et les spécifications techniques de l’outil pressenti pour un déploiement à l’échelle de toute l’institution.

Personnes de contact

Marcel Burger

Gilles Merminod

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Créer du contenu interactif via Xerte: le projet « Ça joue! »

Réaliser un site pour l’apprentissage du français au travers d’exercices interactifs basés sur des séquences vidéos, de l’audio et du texte devient à la portée de tous grâce à Xerte Online Toolkit, un outil spécialement conçu pour l’élaboration de contenu didactique.

Le projet « Ça joue », réalisé par des enseignants de français du Centre de langues, a été pionnier à l’UNIL dans l’utilisation de cet outil pour la création de leur cours en ligne. Construit autour de 10 situations de la vie en milieu académique à Lausanne, il intègre plusieurs types de médias, dont des images, des vidéos, des fichiers audio et des exercices interactifs. Son objectif est de donner la possibilité aux nouveaux arrivants non-francophones qui viennent étudier à Lausanne de:

  • se familiariser avec les structures du français (niveau A1 du CECR)
  • découvrir divers aspects socioculturels suisse-romands
  • appréhender les us et coutumes de l’Unil et de l’EPFL

cajoue_xerte

 

L’utilisation de Xerte Online Toolkit pour la production des séquences didactiques a permis aux enseignants de langue de concevoir leur cours en-ligne eux-même. En effet, Xerte met à disposition une soixantaine de modèles d’exercices pré-définis (synchronisation d’images avec de la vidéo ou de l’audio, exercices de textes à trous, drag & drop, défilement de texte, etc) générant du code HTML5, compatible avec tous types de systèmes d’exploitation. En outre, la simplicité d’utilisation et d’accès au logiciel (adresse web) rend le contenu des séquences modifiable à tout moment par les enseignants sans aide extérieure.

xerte_notice

 

Cet outil est à disposition de tous membres de la communauté universitaire. N’hésitez pas à contacter votre ingénieur pédagogique pour de plus amples renseignements.

Screencasts et cours-bloc de latin

S’adapter aux exigences du nouveau plan d’étude

Dans le nouveau plan d’études de Bachelor en Faculté des lettres entrant en vigueur dès la rentrée 2013, certains étudiants astreints au Complément de latin (dorénavant : le latin) auront besoin d’une alternative à l’enseignement semestriel. En effet, le plan d’étude prévoit de dissocier le latin de l’année propédeutique. Les étudiants resteront astreints à ce cours de latin, qui dure 4 semestres avec 2 heures hebdomadaires, mais ils seront libres de le répartir à leur guise durant leur Bachelor. Avec un Bachelor de 3 ans, des étudiants pourront ainsi commencer le latin en 2e année, par exemple s’ils désirent se consacrer en première année à leurs branches de propédeutique. Ces étudiants devraient alors réussir les 2 ans de latin dans les 2 dernières années de Bachelor. Mais comme les étudiants débutants ne pourront pas d’emblée prévoir le déroulement de leurs études, par exemple pour les séjours à l’étranger ou s’ils doivent travailler pour financer leurs études ou à cause d’autres contraintes, ils risquent d’être empêchés matériellement de finir le cours de latin avant la fin du Bachelor. Il faut donc leur offrir la possibilité de remplacer un ou plusieurs enseignements semestriels par un enseignement alternatif. Le problème se posera aussi pour les étudiants qui commencent en cours d’études une branche demandant le latin.


Cours-bloc et cours en ligne sous forme de screencasts

Pour remédier à cette situation problématique, deux solutions sont déployées en parallèle. Il s’agit tout d’abord d’offrir des cours-bloc hors semestre comme alternative supplémentaire aux cours semestriels. Mais comme ces cours de latin peuvent aussi servir pour toute personne devant ou voulant apprendre cette langue, et que c’est un projet compatible avec des cours de vacances, il est prévu de développer ces cours-bloc hors semestre pour en faire des cours de vacances en latin. Cette intégration des cours de latin dans les cours de vacances permettra de les financer en augmentant du même coup l’offre des cours de latin.
Parallèlement aux cours-bloc, un cours en ligne est proposé sur Moodle en libre accès à tous les étudiants inscrits à l’UNIL. Sous forme de vidéo commentée, ce cours en ligne permet en principe de préparer seul le complément de latin, mais il permet aussi à tout étudiant de réviser la grammaire (mais avec d’autres textes que ceux qu’il aura vus durant le semestre, puisque les textes du cours en semestre varient d’année en année alors que ceux du cours en ligne vont rester).

 

Une plus grande flexibilité

L’offre cours-bloc et cours en ligne répond aux besoins de ceux qui n’ont pas matériellement le temps de suivre les 4 semestres de latin avant la fin de leur Bachelor. Mais cette offre supplémentaire permet aux étudiants qui vont commencer des études de Lettres d’anticiper, s’ils le désirent, l’apprentissage du latin ; elle permet aussi aux étudiants en difficulté dans cette matière de répéter un semestre ou de se préparer pour un nouveau contrôle en cas d’échec. Des cours de latin sur cette base souple pourraient aussi intéresser d’autres étudiants que ceux de la Faculté des lettres, par exemple les juristes. On pourrait aussi le proposer aux étudiants de l’EPFL parmi les cours en sciences humaines (SHS) qu’ils doivent suivre.

 

Personnes de contact
François Spaltenstein (responsable du projet)

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Un outil d’annotation de vidéos pour enseigner la radiologie

Afin de répondre à des besoins initialement identifiés en médecine dans l’enseignement de la radiologie, nous avons développé récemment un dispositif qui permet aux enseignants de mettre à disposition des étudiants des vidéos dans lesquelles des structures sélectionnées ont été annotées. Les vidéos annotées peuvent être déposées sur une page web, ou intégrées directement dans Moodle sous forme d’une question quizz. Cet outil générique s’adapte facilement à d’autres matières enseignées.

Les étudiants en médecine sont confrontés très tôt à l’imagerie radiologique en coupe. Par contre, ils sont souvent exposés uniquement à une sélection d’images représentatives sur lesquelles l’enseignant a choisi de mettre en évidence un élément particulier et non pas au volume 3D complet (comme c’est le cas en clinique). Le dispositif décrit ci-dessous permet d’une part à l’enseignant de définir et annoter les éléments qu’il souhaite montrer dans un tel volume, et d’autre part à l’étudiant de naviguer au sein du volume des images pour retrouver ces éléments et obtenir un feedback automatique sur ses choix. A noter que cet outil peut être utilisé pour annoter une vidéo quelconque.

Actuellement, ces vidéos annotées sont intégrés dans les travaux pratiques et les séminaires de radiologie. Elles pourront également intervenir comme exercices préalables en introduction d’un cours ex cathedra, avec un retour en préambule du cours centré sur les exercices qui ont posé problème aux étudiants.

Les vidéos sont annotées à l’aide de l’outil auteur Adobe Flash et ensuite exportées sous forme d’un fichier SWF. Ce fichier Flash peut être importé dans Moodle et mis à disposition des étudiants sous forme de 4 modes d’utilisation différents:

  • « visionner »: visionner la vidéo « brute », sans aucune annotation;
  • « naviguer »:  sélectionner et visualiser une (ou plusieurs) structures de son choix, à l’aide du menu déroulant disponible en-dessous de la vidéo annotée (voir image);
  • « pratiquer »: s’entraîner à la reconnaissance des structures annotées (une sorte de drill-and-practice);
  • « quizz »: intégrer une vidéo annotée sous forme d’une question quizz (les étudiants doivent identifier une structure particulière).

L’image ci-dessous montre la capture-écran d’un volume radiologique annoté, en mode « navigation »:

imagemed2

 

Vous pouvez accéder à un exemple concret, qui présente les 4 modes d’utilisation, dans l’espace Moodle « Démo » à l’adresse suivante: http://moodle2.unil.ch/course/view.php?id=864 (l’inscription dans cet espace Moodle ne nécessite pas de clé d’accès).

La mise en place d’un dispositif d’enseignement basé sur cet outil nécessite un certain travail de préparation et de prise en main. Si vous êtes intéressé à en savoir plus, ou de vous lancer dans la création de vos propres annotations, n’hésitez pas à contacter l’ingénieur pédagogique de votre Faculté qui vous indiquera comment procéder.

Marc Sohrmann

Nouveautés de Moodle 2 : les activités conditionnelles.

Le scénario pédagogique d’un cours permet de définir de manière général d’un coté les ressources ainsi que les différents types d’activités sur lesquelles vont s’appuyer l’apprentissage et de l’autre les aspects plus « organisationnels »: quand ? A qui ? Dans quelle séquence ces ressources et activités sont dispensées ?

Ce sont principalement ces « aspects organisationnels » qui sont concernés par cette nouvelle fonctionnalité d’activité conditionnelle dans Moodle 2.

Par le passé, l’organisation d’un réel scénario pédagogique dans un cours Moodle se limitait plus ou moins à rendre ou non disponible une ressource ou une activité à un moment donné à un groupe d’utilisateur le plus souvent par une intervention de l’enseignant sur la plateforme. Il est désormais possible, en ajoutant des conditions, aux différentes activités ou sections de préparer à l’avance et de manière automatique des scénarios pédagogiques plus complexes.

Pour activer cette nouvelle fonctionnalité, il faut tout d’abord s’assurer que le suivi des activités des participants soit bien activé dans les paramètres du cours.

Capture d'écran 07.05.13 21:45-3

Une fois activé dans les paramètres du cours, chaque section et chaque ressource possèdent désormais dans leurs paramètres propres une partie nommée « restreindre la disponibilité ».

Capture d'écran 07.05.13 21:54

 

Dans cette rubrique, il est possible de définir un ensemble de paramètres qui doivent être remplis pour accéder à la section ou à la ressource concernée.

Ces paramètres peuvent consister simplement en une appartenance à un groupement (voir notice sur les groupements) ou à une date de début et de fin. Ils peuvent aussi porter sur des conditions de résultats ou d’avancement individuels obtenus par l’utilisateur lors d’activités précédentes. Il est par exemple possible de limiter l’accès à une ressource uniquement aux personnes qui auraient obtenu une note de 60% au quiz ou au questionnaire précédent. Les conditions à remplir peuvent être cumulées en fonction de la complexité du scénario désiré.

Enfin, le dernier élément concerne l’affichage avant de pouvoir accéder à la ressource. Il est préférable dans la majorité des cas d’utiliser ici le paramètre « Griser la section, en indiquant les informations sur la restriction » qui permet à l’utilisateur de voir en tout temps les conditions requises pour accéder à la ressource.

Exemple d’utilisation : Progression autonome dans le cours en fonction de l’avancement et des résultats obtenus

Dans ce scénario, on peut imaginer par exemple que l’accès à chaque section dépend du résultat d’un test de récapitulation de la section précédente. Ainsi, le concepteur du cours pourra définir dans les paramètres de chaque section la condition voulue : par exemple d’avoir obtenu une note suffisante au questionnaire de fin de section précédente. Cela permettra aux utilisateurs répondant aux critères d’accès d’avancer dans le cours à leur rythme indépendamment des autres.

Capture d'écran 07.05.13 21:56

Autres informations et tutoriaux sur les activités conditionnelles dans Moodle :

http://moodle2.unil.ch/course/view.php?id=444

http://www.youtube.com/watch?v=eRgRF1DkuJU

IPSE

Interrogation de corpus de textes littéraires numérisés

Outil accessible aux utilisateurs UNIL: http://jabba.unil.ch/ipse/

Une nouvelle perception du texte littéraire
La disponibilité croissante de textes littéraires numérisés (projets Gutenberg.org, LiberLiber.it, BibliotecaItaliana.it) offre aujourd’hui des opportunités d’utilisation didactique encore sous-estimées. Il existe aujourd’hui un véritable besoin de prendre conscience d’un changement de perception du texte littéraire, de moins en moins identifié à son support en papier et de plus en plus codifié et transmis par le moyen électronique. En prenant en compte ce besoin, le projet se fixe plusieurs objectifs:

  • Enrichir l’apprentissage de notions rhétoriques et stylistiques à travers l’approfondissement de la réflexion sur les nouveaux horizons ouverts par le codage des textes littéraires
  • Avoir des informations plus complètes et mieux structurées par rapport aux outils précédemment disponibles
  • Développer une réflexion critique sur les potentialités offertes par l’accès électronique à différents types de textes

IPSE, un outil puissant au service de l’analyse
Le projet consiste à proposer, dans le cadre d’un séminaire, l’encadrement pédagogique d’outils informatiques, en particulier l’outil développé dans le cadre de ce projet : l’IPSE (Interrogation Programme & Supersenses Extraction). Ce programme permet de lancer une recherche de mots liés à des champs sémantiques spécifiques, comme les notions liées à la communication verbale, à la psychologie, à l’amour, etc., dans un roman ou dans un ensemble de romans. Dans le cadre d’un travail en groupe et en sous-groupes, la tâche de l’étudiant consiste essentiellement à interpréter les données disponibles, critiquées et évaluées collectivement par les participants au séminaire dans le but d’acquérir des critères de sélection à long terme.

À partir d’un corpus donné, l’IPSE permet de rechercher des éléments textuels propres à une ou à plusieurs œuvres ainsi que des relations intertextuelles. La puissance d’un tel outil peut permettre à des étudiants qui ont des bonnes intuitions d’en vérifier immédiatement la pertinence à travers l’interrogation électronique et donc de développer de compétences d’autoévaluation. À partir des résultats de chaque analyse concrètement effectuée, la discussion accompagnée par l’enseignant-chercheur et le questionnement libre favorisent un haut niveau d’interaction.

Une application à d’autres langues
L’outil est appliqué à des textes de langue italienne et il en existe déjà des versions applicables à des textes en anglais. Il pourrait être élargi à d’autres langues. Du point de vue des contenus, grâce à la possibilité de mettre en relation simultanée des corpus de textes très volumineux, cet outil pourrait trouver aussi une grande utilité dans d’autres disciplines. L’IPSE est actuellement disponible en libre-accès pour la communauté Unil à l’adresse suivante : http://jabba.unil.ch/ipse/. Son développement, d’intérêt interdisciplinaire, pourrait favoriser le rayonnement national et international de l’Unil.

Personne de contact
Alberto Roncaccia (Chef de projet)

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912.html#p_98

AMI – Appui Mathématique Interactif

Plateforme accessible aux utilisateurs UNIL via Moodle : http://moodle.unil.ch/course/view.php?id=766 (il faut s’inscrire au cours sur Moodle pour accéder à AMI)

Lacunes en mathématiques chez les étudiants de SSP
Souvent, les étudiants débutant des études en sciences sociales ne se sentent pas très à l’aise, à tort ou à raison, avec les mathématiques. Or celles-ci interviennent dans divers enseignements méthodologiques, la statistique en particulier. Les raisons à ces lacunes mathématiques sont multiples, mais il faut notamment citer des études antérieures plus axées vers les branches littéraires que scientifiques et, pour un certain nombre d’étudiants, un délai de plusieurs années s’étant écoulé entre la fin des études secondaires et l’entrée à l’université. Afin d’éviter que ces étudiants ne se sentent paniqués par le cours de statistique et ne perdent leur motivation, il est essentiel de leur apporter un soutien mathématique. Lire la suite de cette entrée »