eICAR | Etude Interdisciplinaire de Cas par Annotation de Rapport

Un type d’enseignement très peu utilisé

L’étude de casus (ou méthode des cas) est une méthode d’enseignement très répandue dans le domaine du droit. Cependant, ce type d’enseignement est actuellement très peu utilisé en sciences forensiques où l’apprentissage par résolution de problème (résolution de cas fictifs) prédomine largement.

Ainsi, durant leurs études à l’Ecole des Sciences Criminelles (Bachelor et Master), les apprenant-e-s sont amené-e-s à produire un certain nombre de « rapports d’expertise » écrits dans le cadre de ces activités de résolution de cas fictifs. Une version papier de ces rapports est évaluée et notée par l’encadrement et une version électronique est stockée sur un espace serveur dédié. Tous ces travaux, même s’ils représentent une très grande source potentielle d’exemples variés (différents types d’expertises: empreintes digitales, ADN, arme à feu, rapport d’état des lieux, etc.), écrits pour différents acteurs judiciaires (magistrats, pairs, polices), sont actuellement très peu réutilisés dans un contexte pédagogique défini.

 

Une étude individuelle ou collaborative

Dans le cadre de ce projet, nous avons mis en place plusieurs activités pédagogiques basées sur l’étude de casus en s’appuyant sur une bibliothèque de rapports d’expertises forensiques (conçue spécialement pour les besoins de ce projet). Ces activités reposent sur un outil informatique permettant une étude individuelle et collaborative de ces documents (expertises forensiques). L’outil offre à chaque étudiant-e la possibilité d’écrire et de stocker des annotations spécifiques sur un document étudié de manière individuelle ou collaborative. La capitalisation de ces annotations permet, en fonction du scénario de l’activité proposée, une discussion en présentiel autour des problématiques identifiées.

CAPTURE 2

 

Différents objectifs pédagogiques 

Les études de casus proposés dans ce projet peuvent porter sur différents aspects et ainsi avoir différents objectifs pédagogiques, visant soit à l’amélioration de la qualité des rapports (par exemple en termes de communication des résultats), soit à l’amélioration du travail d’expertise proprement dit.

 

Personnes de contact
Biedermann, Alex

 

Vous pouvez consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

E Bib-Alpin

L’importance du terrain

Une des principales difficultés rencontrées durant la première année d’un cursus « Bachelors » d’un enseignement de géosciences et de sciences de l’environnement consiste dans l’impossibilité, au vu du nombre d’étudiant-e-s, d’utiliser le terrain pour enseigner. Or, l’étude des géosciences est fortement liée à l’étude du territoire et ce dernier devrait faire partie intégrante de ce type d’études. Non seulement la capacité de travailler sur le terrain est un important objectif de formation mais il est également, d’un point de vue pédagogique, un important moyen pour amener les étudiant-e-s à dépasser l’apparente simplicité des savoirs théoriques des manuels. Ainsi l’objectif est de passer d’un enseignement factuel à un enseignement problématisé auquel correspond un mode d’évaluation spécifique. De nombreux étudiant-e-s de première année de Bachelor ont encore de la peine à répondre à ce type d’évaluation, tellement elles et ils semblent « formatés » par un enseignement de type factuel. Malheureusement, comme il est presque impossible d’organiser des travaux de terrain avec plus de 200 étudiant-e-s, nous perdons ainsi un très intéressant moyen pour motiver et amener les étudiant-e-s à développer leur compréhension de la complexité des objets naturels: par l’association du terrain à des lectures d’articles scientifiques dans lesquels, à la différence des manuels, les savoirs sont mis en perspective et critiqués. Ainsi, le terrain devient un moyen de développer auprès des étudiant-e-s de Bachelor la capacité de consulter la littérature scientifique, ce qui pour l’instant reste un objectif largement non atteint.

Un terrain virtuel

L’objectif de ce projet est de développer un nouveau type de « terrain virtuel » en utilisant les technologies de visualisation (surtout Google Earth) et de gestion des données. Il est ainsi possible d’engager les étudiant-e-s dans un espace où se trouvent des données virtuelles (par exemple des cartes géomorphologiques), des liens vers la littérature scientifique, ainsi que des méthodes permettant de rechercher ces données et des liens permettant de créer les ressources nécessaires pour traiter un thème ou une question proposée par l’enseignant-e.

E-Bib-Alpin permet aux étudiants d’effectuer une recherche à partir de mots-clés dans un nuage de mots (la taille de chaque mot est proportionnelle aux nombre de ressources disponibles). Lorsque les étudiants effectuent une recherche sur un mot ou une expression, une nouvelle fenêtre s’ouvre montrant les ressources disponibles. La recherche peut ensuite être affinée pour rechercher spécifiquement des publications scientifiques, une thèse de doctorat ou de master, un fichier de données, des cartes ou des photos.

Ces ressources sont présentées de deux manières:

(1) à travers Google Earth, sur la gauche de l’interface, en montrant les parties du paysage auxquelles les ressources sont liées. Selon le type de ressource, il peut y avoir des données ou des photos à télécharger, ou les liens vers les publications si elles sont disponibles en ligne.

(2) à travers une liste, à droite de l’interface, qui permet de dérouler l’ensemble des publications.

Vitrine image

Un lien vers la littérature scientifique

Ce projet devrait:

- établir un meilleur lien entre les publications scientifiques et le contexte réel du problème étudié.

- permettre aux étudiants de trouver de la littérature pertinente relative aux processus de surface et d’autres domaines à caractère géographique.

 

 

Personne de contact

Lane, Stuart

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912.html

Créer du contenu interactif via Xerte: le projet « Ça joue! »

Réaliser un site pour l’apprentissage du français au travers d’exercices interactifs basés sur des séquences vidéos, de l’audio et du texte devient à la portée de tous grâce à Xerte Online Toolkit, un outil spécialement conçu pour l’élaboration de contenu didactique.

Le projet « Ça joue », réalisé par des enseignants de français du Centre de langues, a été pionnier à l’UNIL dans l’utilisation de cet outil pour la création de leur cours en ligne. Construit autour de 10 situations de la vie en milieu académique à Lausanne, il intègre plusieurs types de médias, dont des images, des vidéos, des fichiers audio et des exercices interactifs. Son objectif est de donner la possibilité aux nouveaux arrivants non-francophones qui viennent étudier à Lausanne de:

  • se familiariser avec les structures du français (niveau A1 du CECR)
  • découvrir divers aspects socioculturels suisse-romands
  • appréhender les us et coutumes de l’Unil et de l’EPFL

cajoue_xerte

 

L’utilisation de Xerte Online Toolkit pour la production des séquences didactiques a permis aux enseignants de langue de concevoir leur cours en-ligne eux-même. En effet, Xerte met à disposition une soixantaine de modèles d’exercices pré-définis (synchronisation d’images avec de la vidéo ou de l’audio, exercices de textes à trous, drag & drop, défilement de texte, etc) générant du code HTML5, compatible avec tous types de systèmes d’exploitation. En outre, la simplicité d’utilisation et d’accès au logiciel (adresse web) rend le contenu des séquences modifiable à tout moment par les enseignants sans aide extérieure.

xerte_notice

 

Cet outil est à disposition de tous membres de la communauté universitaire. N’hésitez pas à contacter votre ingénieur pédagogique pour de plus amples renseignements.

Screencasts et cours-bloc de latin

S’adapter aux exigences du nouveau plan d’étude

Dans le nouveau plan d’études de Bachelor en Faculté des lettres entrant en vigueur dès la rentrée 2013, certains étudiants astreints au Complément de latin (dorénavant : le latin) auront besoin d’une alternative à l’enseignement semestriel. En effet, le plan d’étude prévoit de dissocier le latin de l’année propédeutique. Les étudiants resteront astreints à ce cours de latin, qui dure 4 semestres avec 2 heures hebdomadaires, mais ils seront libres de le répartir à leur guise durant leur Bachelor. Avec un Bachelor de 3 ans, des étudiants pourront ainsi commencer le latin en 2e année, par exemple s’ils désirent se consacrer en première année à leurs branches de propédeutique. Ces étudiants devraient alors réussir les 2 ans de latin dans les 2 dernières années de Bachelor. Mais comme les étudiants débutants ne pourront pas d’emblée prévoir le déroulement de leurs études, par exemple pour les séjours à l’étranger ou s’ils doivent travailler pour financer leurs études ou à cause d’autres contraintes, ils risquent d’être empêchés matériellement de finir le cours de latin avant la fin du Bachelor. Il faut donc leur offrir la possibilité de remplacer un ou plusieurs enseignements semestriels par un enseignement alternatif. Le problème se posera aussi pour les étudiants qui commencent en cours d’études une branche demandant le latin.


Cours-bloc et cours en ligne sous forme de screencasts

Pour remédier à cette situation problématique, deux solutions sont déployées en parallèle. Il s’agit tout d’abord d’offrir des cours-bloc hors semestre comme alternative supplémentaire aux cours semestriels. Mais comme ces cours de latin peuvent aussi servir pour toute personne devant ou voulant apprendre cette langue, et que c’est un projet compatible avec des cours de vacances, il est prévu de développer ces cours-bloc hors semestre pour en faire des cours de vacances en latin. Cette intégration des cours de latin dans les cours de vacances permettra de les financer en augmentant du même coup l’offre des cours de latin.
Parallèlement aux cours-bloc, un cours en ligne est proposé sur Moodle en libre accès à tous les étudiants inscrits à l’UNIL. Sous forme de vidéo commentée, ce cours en ligne permet en principe de préparer seul le complément de latin, mais il permet aussi à tout étudiant de réviser la grammaire (mais avec d’autres textes que ceux qu’il aura vus durant le semestre, puisque les textes du cours en semestre varient d’année en année alors que ceux du cours en ligne vont rester).

 

Une plus grande flexibilité

L’offre cours-bloc et cours en ligne répond aux besoins de ceux qui n’ont pas matériellement le temps de suivre les 4 semestres de latin avant la fin de leur Bachelor. Mais cette offre supplémentaire permet aux étudiants qui vont commencer des études de Lettres d’anticiper, s’ils le désirent, l’apprentissage du latin ; elle permet aussi aux étudiants en difficulté dans cette matière de répéter un semestre ou de se préparer pour un nouveau contrôle en cas d’échec. Des cours de latin sur cette base souple pourraient aussi intéresser d’autres étudiants que ceux de la Faculté des lettres, par exemple les juristes. On pourrait aussi le proposer aux étudiants de l’EPFL parmi les cours en sciences humaines (SHS) qu’ils doivent suivre.

 

Personnes de contact
François Spaltenstein (responsable du projet)

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Support au développement professionnel des enseignants – le modèle de l’Université de Lausanne

 

 

Nous avons participé aux  Troisièmes journées scientifiques JS-PUN 2013 « LA PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE À L’HEURE DU NUMÉRIQUE : Questionnements et éclairages de la recherche » organisé par l’Institut Français de l’éducation.
Dans ce cadre, avec Nicolas Kramar, nous avons animé un atelier sur les structures de soutiens mises en place pour assurer le développement professionnel des enseignants universitaires en terme d’utilisation des technologies pour l’enseignement. Nous avons présenté le modèle qui a été déployé à l’Unil.

Partant de ce modèle , l’objectif de cet atelier était de discuter sur la structure, d’établir une comparaison avec les organisations ou structures  existantes dans d’autres institutions, de déterminer les forces et faiblesses de chacune d’entre elle, et d’envisager des améliorations.

Soutien au developpement professionnel des enseignants

Soutien au développement professionnel des enseignants

Notre modèle à été fort apprécié par les participants et quelques pistes d’améliorations ont été proposées.

De cet atelier résulte un site  » WordPress » intégrant les contributions et avis des participants : voir le site.

Emmanuel Fernandes

Guidelines ePortfolio

Guidelines ePortfolio

En 2012, SWITCH a financé, dans le cadre du projet national AAA « PLE-UNIGE.9, Personal Learning Environnment, phase 3 », la réalisation de guidelines ePortfolio par le SIG ePortfolio.

L’objectif visé par ces guidelines est de fournir un soutien et des conseils aux divers acteurs impliqués par la mise en place d’une démarche ePortfolio dans une haute école. Ainsi enjeux institutionnels, démarche réflexive, didactisation et informatisation d’un tel outil sont traités de manière à mettre en avant les questions que décideurs, étudiants, enseignants et services informatiques devraient être amenés à se poser.

 

Documents:

Capture

 

Screencasts d’autoformation à SPSS

Une enquête de type sociolinguistique
Depuis sa création, le cours d’introduction à la sociolinguistique vise à familiariser les étudiant-e-s aux enjeux d’une recherche de terrain. A cette fin, il invite ses étudiant-e-s à mener l’espace d’un semestre une enquête de type sociolinguistique en n’omettant aucune étape, de la formulation des hypothèses à leur vérification en passant par la production des données. Tout au long de cette démarche expérimentale, les étudiant-e-s sont sensibilisés à l’incidence de leurs choix méthodologiques spécifiques sur l’ensemble de l’enquête.
Ce projet est né de la nécessité de combler une lacune: l’impossibilité pour les étudiants d’effectuer l’analyse statistique des données produites et de les restituer sous une forme synthétique. L’objectif du projet est donc de combler cette lacune en proposant du matériel didactique, sans augmenter le nombre de périodes de cours.

L’autoformation par le screencast
Afin d’atteindre l’objectif fixé, le projet met à disposition des tutoriels vidéo de 5 à 10 minutes (screencasts) sur les plateformes Moodle et Itunes U. Pensées pour l’autoformation, ces leçons en ligne traitent de l’utilisation du logiciel SPSS pour constituer des jeux de données et mener des analyses quantitatives à leur endroit.

Screencast relatif à la statistique inférentielle (théorie)

Le matériel en question peut tout à fait être mobilisé par un-e autodidacte. Dans le cadre du cours de sociolinguistique, cet apprentissage est guidé. Si les étudiant-e-s doivent suivre la quinzaine de leçons prévue parallèlement à l’enseignement dispensé, l’enseignant soutient cet apprentissage en signalant, à la fin de chaque séance de cours, la leçon à consulter durant la semaine à venir. Un temps est alloué durant la séance suivante pour répondre aux éventuelles questions portant sur le matériel abordé en autonomie.

Screencast relatif à l’édition de diagramme

Les compétences acquises sont exercées et éprouvées lors de l’analyse globale des résultats de l’enquête menée par les étudiant-e-s. Ils doivent en effet être en mesure de décrire les notions acquises, discuter les résultats statistiques apparaissant dans des enquêtes, coder un jeu de données, mener des analyses sur un jeu de données et restituer les résultats obtenus sous une forme compréhensible.

Un public cible amené à s’élargir
Si le projet en question vise à transmettre essentiellement des connaissances relatives à l’analyse statistique en sociolinguistique, les tests présentés ne sont pas l’apanage de ce seul champ scientifique. Le matériel est d’ores et déjà intégré aux enseignements de deux facultés (Lettres et FBM). Il peut également s’avérer formateur pour des doctorant-e-s, ainsi que pour toute personne désireuse de se former en analyse quantitative.

Personne de contact
Isaac Pante

 

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Apprendre avec un jeu de rôles: le projet IguL Conseil S.A.

« Faire pour comprendre »

Le projet IguL Conseil S.A. , financé en 2008 par les Fonds d’Innovation Pédagogique (FIP), est né dans la Faculté des Géosciences et Environnement (FGSE). Il s’adresse aux étudiants de Master en Études urbaines (intégré dans le cursus depuis 2009) qui manifestaient par le passé un besoin d’ancrage dans la pratique. Le projet cherche à répondre à ce besoin (« faire pour comprendre ») en atteignant plusieurs objectifs d’apprentissage:

  • Concevoir et planifier une recherche d’une certaine ampleur ;
  • Identifier les sources d’informations pertinentes et construire des indicateurs ;
  • Synthétiser et traduire graphiquement les matériaux obtenus ;
  • Produire une analyse du territoire qui en relève les forces et les faiblesses (diagnostic territorial)
  • Valoriser et communiquer les résultats

Le projet cherche en outre à développer les compétences suivantes :

  • Aptitude à gérer un projet au long cours ;
  • Capacité à respecter les contraintes inhérentes au monde professionnel (respect des délais, adéquation du rendu — forme et fond — en fonction des caractéristiques du mandat) ;
  • Disposition au travail en équipe (distribution des rôles et des fonctions)

Simuler un bureau d’aménagement du territoire

Sous forme de jeu de rôles mobilisant des stratégies d’apprentissage par problème, le projet IguL-Conseil S.A. repose sur la simulation d’un bureau d’aménagement du territoire en situation de réponse à un mandat. Ce mandat (« situation problème ») consiste, dans le cadre d’une problématique qui est celle du diagnostic territorial, en la réalisation d’un système public de visualisation du territoire susceptible d’être librement consulté sur Internet. Chaque unité morphologique et fonctionnelle de l’agglomération y fait l’objet d’une description : les formes urbaines appréhendées sont associées à leurs caractéristiques socio-économiques, démographiques ; l’étude de ces formes est enrichie de variables plus qualitatives : fragments d’entretien, cartographie mentale, films et photographies, ambiances sonores, etc. Les étudiants doivent s’organiser de manière à répondre au cahier des charges annexé à l’appel d’offre fictif. Plus précisément, le mandat implique une organisation en sous-groupes de travail. Chacun de ces groupes est en charge d’une partie de la requête. Les enseignants, dans cet exercice, jouent un rôle de facilitation. Ils conseillent et orientent les étudiants, et assurent un travail de médiation entre les différents participants. En outre, ils favorisent les prises de contact avec les représentants des instances administratives et politiques. Les assistants sont impliqués à titre de mandant. Ils formulent leur demande et s’assurent que la réponse du mandataire est concordante.

Fonctionnement de IguL Concept S.A.

 

Des terrains d’étude variés

  • 2009: Les quartiers (secteurs) de Lausanne; les sous-quartiers de Lausanne situés sur le parcours du M2
  • 2010: Les communes de l’agglomération de Lausanne; les communes de l’agglomération situées sur le parcours du M1
  • 2011: Les communes de l’agglomération de Neuchâtel; la commune de Corcelles
  • 2012 (études urbaines): Les communes du canton de Genève; les zones « villas » des communes genevoises
  • 2012 (études en développement): au choix des étudiants: en Bolivie, au Maroc, en Inde, au Vietnam, en Namibie, au Sénégal

Une démarche professionnalisante à encourager

De par sa vocation d’accompagner les étudiants dans la mise en œuvre d’un corpus de connaissance dans un contexte professionnalisant, le projet IguL S.A. est susceptible d’être transféré à d’autres Facultés et/ou École de l’Université de Lausanne. De même, la démarche proposée par ce projet pourrait être élargie par l’intégration d’étudiants provenant d’autres formations (environnementalistes FGSE, mais aussi étudiants en sociologie ou en sciences politiques, voire en économie et en droit). Une telle ouverture offrirait pour les étudiants une opportunité de découvrir, dans une démarche concrète, les apports de l’interdisciplinarité. Ce prolongement semble particulièrement pertinent en regard du marché du travail qui, bien souvent, implique de collaborer avec des partenaires d’horizons professionnels hétérogènes.

Personnes de contact

Antonio da Cunha

Christophe Mager

 

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Un outil d’annotation de vidéos pour enseigner la radiologie

Afin de répondre à des besoins initialement identifiés en médecine dans l’enseignement de la radiologie, nous avons développé récemment un dispositif qui permet aux enseignants de mettre à disposition des étudiants des vidéos dans lesquelles des structures sélectionnées ont été annotées. Les vidéos annotées peuvent être déposées sur une page web, ou intégrées directement dans Moodle sous forme d’une question quizz. Cet outil générique s’adapte facilement à d’autres matières enseignées.

Les étudiants en médecine sont confrontés très tôt à l’imagerie radiologique en coupe. Par contre, ils sont souvent exposés uniquement à une sélection d’images représentatives sur lesquelles l’enseignant a choisi de mettre en évidence un élément particulier et non pas au volume 3D complet (comme c’est le cas en clinique). Le dispositif décrit ci-dessous permet d’une part à l’enseignant de définir et annoter les éléments qu’il souhaite montrer dans un tel volume, et d’autre part à l’étudiant de naviguer au sein du volume des images pour retrouver ces éléments et obtenir un feedback automatique sur ses choix. A noter que cet outil peut être utilisé pour annoter une vidéo quelconque.

Actuellement, ces vidéos annotées sont intégrés dans les travaux pratiques et les séminaires de radiologie. Elles pourront également intervenir comme exercices préalables en introduction d’un cours ex cathedra, avec un retour en préambule du cours centré sur les exercices qui ont posé problème aux étudiants.

Les vidéos sont annotées à l’aide de l’outil auteur Adobe Flash et ensuite exportées sous forme d’un fichier SWF. Ce fichier Flash peut être importé dans Moodle et mis à disposition des étudiants sous forme de 4 modes d’utilisation différents:

  • « visionner »: visionner la vidéo « brute », sans aucune annotation;
  • « naviguer »:  sélectionner et visualiser une (ou plusieurs) structures de son choix, à l’aide du menu déroulant disponible en-dessous de la vidéo annotée (voir image);
  • « pratiquer »: s’entraîner à la reconnaissance des structures annotées (une sorte de drill-and-practice);
  • « quizz »: intégrer une vidéo annotée sous forme d’une question quizz (les étudiants doivent identifier une structure particulière).

L’image ci-dessous montre la capture-écran d’un volume radiologique annoté, en mode « navigation »:

imagemed2

 

Vous pouvez accéder à un exemple concret, qui présente les 4 modes d’utilisation, dans l’espace Moodle « Démo » à l’adresse suivante: http://moodle2.unil.ch/course/view.php?id=864 (l’inscription dans cet espace Moodle ne nécessite pas de clé d’accès).

La mise en place d’un dispositif d’enseignement basé sur cet outil nécessite un certain travail de préparation et de prise en main. Si vous êtes intéressé à en savoir plus, ou de vous lancer dans la création de vos propres annotations, n’hésitez pas à contacter l’ingénieur pédagogique de votre Faculté qui vous indiquera comment procéder.

Marc Sohrmann

Nouveautés de Moodle 2 : les activités conditionnelles.

Le scénario pédagogique d’un cours permet de définir de manière général d’un coté les ressources ainsi que les différents types d’activités sur lesquelles vont s’appuyer l’apprentissage et de l’autre les aspects plus « organisationnels »: quand ? A qui ? Dans quelle séquence ces ressources et activités sont dispensées ?

Ce sont principalement ces « aspects organisationnels » qui sont concernés par cette nouvelle fonctionnalité d’activité conditionnelle dans Moodle 2.

Par le passé, l’organisation d’un réel scénario pédagogique dans un cours Moodle se limitait plus ou moins à rendre ou non disponible une ressource ou une activité à un moment donné à un groupe d’utilisateur le plus souvent par une intervention de l’enseignant sur la plateforme. Il est désormais possible, en ajoutant des conditions, aux différentes activités ou sections de préparer à l’avance et de manière automatique des scénarios pédagogiques plus complexes.

Pour activer cette nouvelle fonctionnalité, il faut tout d’abord s’assurer que le suivi des activités des participants soit bien activé dans les paramètres du cours.

Capture d'écran 07.05.13 21:45-3

Une fois activé dans les paramètres du cours, chaque section et chaque ressource possèdent désormais dans leurs paramètres propres une partie nommée « restreindre la disponibilité ».

Capture d'écran 07.05.13 21:54

 

Dans cette rubrique, il est possible de définir un ensemble de paramètres qui doivent être remplis pour accéder à la section ou à la ressource concernée.

Ces paramètres peuvent consister simplement en une appartenance à un groupement (voir notice sur les groupements) ou à une date de début et de fin. Ils peuvent aussi porter sur des conditions de résultats ou d’avancement individuels obtenus par l’utilisateur lors d’activités précédentes. Il est par exemple possible de limiter l’accès à une ressource uniquement aux personnes qui auraient obtenu une note de 60% au quiz ou au questionnaire précédent. Les conditions à remplir peuvent être cumulées en fonction de la complexité du scénario désiré.

Enfin, le dernier élément concerne l’affichage avant de pouvoir accéder à la ressource. Il est préférable dans la majorité des cas d’utiliser ici le paramètre « Griser la section, en indiquant les informations sur la restriction » qui permet à l’utilisateur de voir en tout temps les conditions requises pour accéder à la ressource.

Exemple d’utilisation : Progression autonome dans le cours en fonction de l’avancement et des résultats obtenus

Dans ce scénario, on peut imaginer par exemple que l’accès à chaque section dépend du résultat d’un test de récapitulation de la section précédente. Ainsi, le concepteur du cours pourra définir dans les paramètres de chaque section la condition voulue : par exemple d’avoir obtenu une note suffisante au questionnaire de fin de section précédente. Cela permettra aux utilisateurs répondant aux critères d’accès d’avancer dans le cours à leur rythme indépendamment des autres.

Capture d'écran 07.05.13 21:56

Autres informations et tutoriaux sur les activités conditionnelles dans Moodle :

http://moodle2.unil.ch/course/view.php?id=444

http://www.youtube.com/watch?v=eRgRF1DkuJU