Articles avec le tag ‘autonomie’

Outil-voc

Un exercice fastidieux
L’apprentissage du vocabulaire, quelle que soit la langue travaillée, peut être une opération longue et fastidieuse. De plus, il est souvent difficile de rester concentré et motivé lors d’une telle tâche, l’enchaînement d’opérations similaires et de répétitions en étant la cause principale.

Outil-voc, une manière différente d’apprendre
Pour rendre l’apprentissage d’un vocabulaire plus aisé et motivant, le programme Outil-voc a été développé. Celui-ci a pour objectif de faire travailler l’étudiant de manière plus décontractée et motivante. Lire la suite de cette entrée »

Screencasts et cours-bloc de latin

S’adapter aux exigences du nouveau plan d’étude

Dans le nouveau plan d’études de Bachelor en Faculté des lettres entrant en vigueur dès la rentrée 2013, certains étudiants astreints au Complément de latin (dorénavant : le latin) auront besoin d’une alternative à l’enseignement semestriel. En effet, le plan d’étude prévoit de dissocier le latin de l’année propédeutique. Les étudiants resteront astreints à ce cours de latin, qui dure 4 semestres avec 2 heures hebdomadaires, mais ils seront libres de le répartir à leur guise durant leur Bachelor. Avec un Bachelor de 3 ans, des étudiants pourront ainsi commencer le latin en 2e année, par exemple s’ils désirent se consacrer en première année à leurs branches de propédeutique. Ces étudiants devraient alors réussir les 2 ans de latin dans les 2 dernières années de Bachelor. Mais comme les étudiants débutants ne pourront pas d’emblée prévoir le déroulement de leurs études, par exemple pour les séjours à l’étranger ou s’ils doivent travailler pour financer leurs études ou à cause d’autres contraintes, ils risquent d’être empêchés matériellement de finir le cours de latin avant la fin du Bachelor. Il faut donc leur offrir la possibilité de remplacer un ou plusieurs enseignements semestriels par un enseignement alternatif. Le problème se posera aussi pour les étudiants qui commencent en cours d’études une branche demandant le latin.


Cours-bloc et cours en ligne sous forme de screencasts

Pour remédier à cette situation problématique, deux solutions sont déployées en parallèle. Il s’agit tout d’abord d’offrir des cours-bloc hors semestre comme alternative supplémentaire aux cours semestriels. Mais comme ces cours de latin peuvent aussi servir pour toute personne devant ou voulant apprendre cette langue, et que c’est un projet compatible avec des cours de vacances, il est prévu de développer ces cours-bloc hors semestre pour en faire des cours de vacances en latin. Cette intégration des cours de latin dans les cours de vacances permettra de les financer en augmentant du même coup l’offre des cours de latin.
Parallèlement aux cours-bloc, un cours en ligne est proposé sur Moodle en libre accès à tous les étudiants inscrits à l’UNIL. Sous forme de vidéo commentée, ce cours en ligne permet en principe de préparer seul le complément de latin, mais il permet aussi à tout étudiant de réviser la grammaire (mais avec d’autres textes que ceux qu’il aura vus durant le semestre, puisque les textes du cours en semestre varient d’année en année alors que ceux du cours en ligne vont rester).

 

Une plus grande flexibilité

L’offre cours-bloc et cours en ligne répond aux besoins de ceux qui n’ont pas matériellement le temps de suivre les 4 semestres de latin avant la fin de leur Bachelor. Mais cette offre supplémentaire permet aux étudiants qui vont commencer des études de Lettres d’anticiper, s’ils le désirent, l’apprentissage du latin ; elle permet aussi aux étudiants en difficulté dans cette matière de répéter un semestre ou de se préparer pour un nouveau contrôle en cas d’échec. Des cours de latin sur cette base souple pourraient aussi intéresser d’autres étudiants que ceux de la Faculté des lettres, par exemple les juristes. On pourrait aussi le proposer aux étudiants de l’EPFL parmi les cours en sciences humaines (SHS) qu’ils doivent suivre.

 

Personnes de contact
François Spaltenstein (responsable du projet)

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Screencasts d’autoformation à SPSS

Une enquête de type sociolinguistique
Depuis sa création, le cours d’introduction à la sociolinguistique vise à familiariser les étudiant-e-s aux enjeux d’une recherche de terrain. A cette fin, il invite ses étudiant-e-s à mener l’espace d’un semestre une enquête de type sociolinguistique en n’omettant aucune étape, de la formulation des hypothèses à leur vérification en passant par la production des données. Tout au long de cette démarche expérimentale, les étudiant-e-s sont sensibilisés à l’incidence de leurs choix méthodologiques spécifiques sur l’ensemble de l’enquête.
Ce projet est né de la nécessité de combler une lacune: l’impossibilité pour les étudiants d’effectuer l’analyse statistique des données produites et de les restituer sous une forme synthétique. L’objectif du projet est donc de combler cette lacune en proposant du matériel didactique, sans augmenter le nombre de périodes de cours.

L’autoformation par le screencast
Afin d’atteindre l’objectif fixé, le projet met à disposition des tutoriels vidéo de 5 à 10 minutes (screencasts) sur les plateformes Moodle et Itunes U. Pensées pour l’autoformation, ces leçons en ligne traitent de l’utilisation du logiciel SPSS pour constituer des jeux de données et mener des analyses quantitatives à leur endroit.

Screencast relatif à la statistique inférentielle (théorie)

Le matériel en question peut tout à fait être mobilisé par un-e autodidacte. Dans le cadre du cours de sociolinguistique, cet apprentissage est guidé. Si les étudiant-e-s doivent suivre la quinzaine de leçons prévue parallèlement à l’enseignement dispensé, l’enseignant soutient cet apprentissage en signalant, à la fin de chaque séance de cours, la leçon à consulter durant la semaine à venir. Un temps est alloué durant la séance suivante pour répondre aux éventuelles questions portant sur le matériel abordé en autonomie.

Screencast relatif à l’édition de diagramme

Les compétences acquises sont exercées et éprouvées lors de l’analyse globale des résultats de l’enquête menée par les étudiant-e-s. Ils doivent en effet être en mesure de décrire les notions acquises, discuter les résultats statistiques apparaissant dans des enquêtes, coder un jeu de données, mener des analyses sur un jeu de données et restituer les résultats obtenus sous une forme compréhensible.

Un public cible amené à s’élargir
Si le projet en question vise à transmettre essentiellement des connaissances relatives à l’analyse statistique en sociolinguistique, les tests présentés ne sont pas l’apanage de ce seul champ scientifique. Le matériel est d’ores et déjà intégré aux enseignements de deux facultés (Lettres et FBM). Il peut également s’avérer formateur pour des doctorant-e-s, ainsi que pour toute personne désireuse de se former en analyse quantitative.

Personne de contact
Isaac Pante

 

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Nouveautés de Moodle 2 : les activités conditionnelles.

Le scénario pédagogique d’un cours permet de définir de manière général d’un coté les ressources ainsi que les différents types d’activités sur lesquelles vont s’appuyer l’apprentissage et de l’autre les aspects plus « organisationnels »: quand ? A qui ? Dans quelle séquence ces ressources et activités sont dispensées ?

Ce sont principalement ces « aspects organisationnels » qui sont concernés par cette nouvelle fonctionnalité d’activité conditionnelle dans Moodle 2.

Par le passé, l’organisation d’un réel scénario pédagogique dans un cours Moodle se limitait plus ou moins à rendre ou non disponible une ressource ou une activité à un moment donné à un groupe d’utilisateur le plus souvent par une intervention de l’enseignant sur la plateforme. Il est désormais possible, en ajoutant des conditions, aux différentes activités ou sections de préparer à l’avance et de manière automatique des scénarios pédagogiques plus complexes.

Pour activer cette nouvelle fonctionnalité, il faut tout d’abord s’assurer que le suivi des activités des participants soit bien activé dans les paramètres du cours.

Capture d'écran 07.05.13 21:45-3

Une fois activé dans les paramètres du cours, chaque section et chaque ressource possèdent désormais dans leurs paramètres propres une partie nommée « restreindre la disponibilité ».

Capture d'écran 07.05.13 21:54

 

Dans cette rubrique, il est possible de définir un ensemble de paramètres qui doivent être remplis pour accéder à la section ou à la ressource concernée.

Ces paramètres peuvent consister simplement en une appartenance à un groupement (voir notice sur les groupements) ou à une date de début et de fin. Ils peuvent aussi porter sur des conditions de résultats ou d’avancement individuels obtenus par l’utilisateur lors d’activités précédentes. Il est par exemple possible de limiter l’accès à une ressource uniquement aux personnes qui auraient obtenu une note de 60% au quiz ou au questionnaire précédent. Les conditions à remplir peuvent être cumulées en fonction de la complexité du scénario désiré.

Enfin, le dernier élément concerne l’affichage avant de pouvoir accéder à la ressource. Il est préférable dans la majorité des cas d’utiliser ici le paramètre « Griser la section, en indiquant les informations sur la restriction » qui permet à l’utilisateur de voir en tout temps les conditions requises pour accéder à la ressource.

Exemple d’utilisation : Progression autonome dans le cours en fonction de l’avancement et des résultats obtenus

Dans ce scénario, on peut imaginer par exemple que l’accès à chaque section dépend du résultat d’un test de récapitulation de la section précédente. Ainsi, le concepteur du cours pourra définir dans les paramètres de chaque section la condition voulue : par exemple d’avoir obtenu une note suffisante au questionnaire de fin de section précédente. Cela permettra aux utilisateurs répondant aux critères d’accès d’avancer dans le cours à leur rythme indépendamment des autres.

Capture d'écran 07.05.13 21:56

Autres informations et tutoriaux sur les activités conditionnelles dans Moodle :

http://moodle2.unil.ch/course/view.php?id=444

http://www.youtube.com/watch?v=eRgRF1DkuJU

AMI – Appui Mathématique Interactif

Plateforme accessible aux utilisateurs UNIL via Moodle : http://moodle.unil.ch/course/view.php?id=766 (il faut s’inscrire au cours sur Moodle pour accéder à AMI)

Lacunes en mathématiques chez les étudiants de SSP
Souvent, les étudiants débutant des études en sciences sociales ne se sentent pas très à l’aise, à tort ou à raison, avec les mathématiques. Or celles-ci interviennent dans divers enseignements méthodologiques, la statistique en particulier. Les raisons à ces lacunes mathématiques sont multiples, mais il faut notamment citer des études antérieures plus axées vers les branches littéraires que scientifiques et, pour un certain nombre d’étudiants, un délai de plusieurs années s’étant écoulé entre la fin des études secondaires et l’entrée à l’université. Afin d’éviter que ces étudiants ne se sentent paniqués par le cours de statistique et ne perdent leur motivation, il est essentiel de leur apporter un soutien mathématique. Lire la suite de cette entrée »

Magellan

Faire le point sur ses compétences numériques et informationnelles

Dans le désert des incertitudes, peut-on se contenter de ce que l’on croit savoir ?

Le projet Magellan est né de l’intention de l’UNIL de permettre aux étudiants d’acquérir des compétences transversales (tant numériques qu’informationnelles) utiles à leur cursus académique et à leur insertion professionnelle. Plusieurs enseignants relèvent depuis un certain nombre d’années que le niveau de compétences en recherche documentaire et en TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) de leurs étudiants en fin d’études universitaires s’avère très hétérogène, et même parfois lacunaire. Des conclusions similaires provenant d’université européennes et internationales viennent confirmer ce constat désormais généralisé. L’ensemble de ces compétences transversales constituent aujourd’hui la clé de voûte du « life long learning ». Or, jusqu’à ce jour, aucun dispositif ne permettait de certifier ni de valoriser cette acquisition.
Magellan répond à ce manque, en proposant d’une part une offre de formations complémentaires dans les deux domaines susmentionnés, ainsi que l’élaboration d’un Certificat, qui validera ces compétences acquises au bout d’un cursus de trois ans. Lire la suite de cette entrée »

UNImobiL

Carte TL. Le billet permet de visualiser le travail accompli.

Les étudiants de mobilité non francophones venant étudier à Lausanne sont de plus en plus nombreux. Ceux-ci sont très vite confrontés à l’apprentissage de la langue française, indispensable au bon déroulement du séjour. Le projet UNImobiL, financé par les Fonds d’Innovation Pédagogique (FIP) en 2012, consiste à proposer un outil ayant pour but d’optimiser le séjour de mobilité. Cet outil doit permettre à la fois:

  • aux candidat-e-s à un titre de l’UNIL de mesurer les obstacles langagiers à dépasser
  • aux étudiant-e-s de mobilité in d’évaluer leurs savoir-faire langagiers en français et de se préparer à leur séjour en Suisse romande
  • à l’UNIL d’orienter plus rapidement les étudiant-e-s vers les cursus qui leur conviennent.

Des activités basées sur des documents authentiques

Lire la suite de cette entrée »

DILPS et son outil «lecture d’œuvres»

«Assimiler» des œuvres

Les étudiant-e-s en histoire de l’art passent un examen oral de 30 min intitulé « lecture d’œuvres », généralement à la fin de la 3e année du Bachelor. Cet examen porte sur l’ensemble de l’art médiéval, moderne et contemporain, en majeure partie occidental. Afin d’obtenir les connaissances nécessaires à la réussite de cet examen, les étudiants se doivent d’ « assimiler » une grande quantité d’œuvres, c’est-à-dire être capable de les attribuer à un artiste (s’il y en a un), les dater, les placer dans leur contexte historico-artistique, fournir une analyse iconographique, stylistique, etc. Cette « assimilation » d’œuvres se fait par le biais de cours, de séminaires et surtout de lectures individuelles. Avant la réalisation de ce projet, les étudiant-e-s ne disposaient pas d’outils pour tester leurs connaissances en la matière. Ils étaient difficilement en mesure d’estimer si leur niveau était à la hauteur des exigences requises pour l’examen. Il s’agit donc de fournir un outil aux étudiant-e-s leur permettant d’évaluer leur degré de connaissances et par la même occasion exposer un ensemble d’œuvres qu’ils se doivent au moins de connaître pour prétendre à la réussite de l’examen.

«Lecture d’œuvres»

Intégré à la base de données DILPS, l’outil « lecture d’œuvres » permet de tester ses connaissances sur différents groupes d’œuvres :

  • « Des morceaux choisis », soit un ensemble d’œuvres jugées « majeures » par les enseignants et par la discipline (en général). Les œuvres sont divisées par période : médiéval, moderne, contemporain qui sont elles-mêmes subdivisées par technique (peinture, sculpture, etc.) en fonction de la période choisie
  • Un panier d’images constitué préalablement par l’utilisateur dans la base de données
  • L’entier de la base de données avec possibilité de filtre par technique

L’utilisateur peut ainsi tester ses connaissances dans un domaine précis (ex. : la mosaïque médiévale) ou dans un domaine plus large (ex. : toute la peinture). Lorsque l’utilisateur a choisi son groupe d’images et le nombre d’images à afficher (5, 10, 15, 20, 25 ou 50), le test peut commencer.
L’utilisateur possède un champ d’écriture libre où il doit saisir les éléments suivants :

  • Datation
  • Artiste(s)
  • Titre
  • Lieu

Lorsqu’un élément saisi est correct, il est validé par le programme en vert. A noter qu’il est possible à tout moment de consulter la notice complète de l’œuvre.


A l’issue du test, l’étudiant est en mesure d’identifier ses lacunes dans le domaine qu’il a choisi. L’outil « lecture d’œuvres » ne prévoit pas de renvoi direct vers des ouvrages de référence pour combler ses lacunes. En revanche la notice de chaque image, consultable à tout moment, mentionne la source de l’image, et généralement un lien direct vers sa fiche sur le site de la BCU.

Pratique et ludique

L’outil « lecture d’œuvres » permet de tester ses connaissances de manière ludique. Avec sa partie « morceaux choisis », elle permet aux étudiants d’acquérir une base de connaissance minimale sur les œuvres dites « majeures ». Un tel outil pourrait s’appliquer à toutes les disciplines qui nécessitent la compétence d’identification d’image. On pourrait ainsi transposer l’outil, par exemple, à « l’Histoire et Esthétique du cinéma ». Il s’agirait d’identifier, sur la  base de séquences de film, les éléments suivants : datation, réalisateur, acteurs-trices, titre, origine, etc.

Personnes de contact

Nathalie Blancardi & Adrien Bürki (responsables de la base de données)
Yannick Fuchs (chargé de mission informatique)

L’accès à la base de donnée DILPS est ouvert à tout membre de la communauté universitaire.

Rédaction: Guillaume Curchod

Exemple d’usage de cartes conceptuelles en lien avec un travail d’analyse bibliographique

D’un point de vue pédagogique, les cartes conceptuelles offrent le potentiel de favoriser une démarche réflexive par la mise en perspective de savoirs et de leurs relations. Ici nous en présentons un usage particulier: elles sont utilisées comme support pour la construction, à partir de diverses sources bibliographiques, d’un travail de synthèse sur des problèmes d’écotoxicologie complexes et par conséquent ouverts, sans solutions simples.

Les objectifs de l’enseignante étaient au départ de développer les compétences des étudiants dans le domaine de l’évaluation du risque des substances chimiques. Pour cela et afin d’améliorer également la participation des étudiants et leur autonomie, un important aménagement de l’enseignement a été effectué en convertissant la moitié des heures initialement consacrées à un enseignement ex cathedra en séances de travail par groupes pour traiter de problèmes d’écotoxicologie. Il s’agit alors pour les étudiants de travailler sur des problèmes ouverts pour lesquels il n’existe pas de solutions simple.

Pour démarrer l’analyse de sujets que les étudiants choisissent au préalable, sont fournis quelques références bibliographiques. Les étudiants sont alors invités à les reporter sur une carte conceptuelle, de compléter celle-ci par de nouvelles sources bibliographiques et d’en dégager, au fur et à mesure de leurs lectures, les concepts clefs nécessaires à la construction d’un argumentaire. Les références bibliographiques et les concepts sont alors distingués par des figurations différentes. Pour construire leurs cartes conceptuelles, sont proposés aux étudiants des programmes multiplateformes (Linux, Mac et Windows) et gratuits dans un cadre pédagogique : VUE et cmaptools.

Au milieu du semestre, chaque groupe présente le résultat de ses investigations lors d’une réunion avec l’enseignante. C’est alors que la carte conceptuelle sert à une présentation synthétique des pistes étudiées. Pour l’enseignante, la carte conceptuelle permet alors de saisir rapidement l’entier du parcours de recherche des étudiants et lui permet de leurs donner un retour constructif sur le travail accompli jusque là. A noter que durant ces rencontres sont abordés également des thèmes relevants de l’épistémologie; par exemple lorsque sont constatées des contradictions entre diverses publications, la notion de validité des observations ou leurs dimensions contextuelles peuvent être discutées. Ce type d’échanges, difficile à mettre en place dans un cours ex cathedra, est un facteur positif dans le développement de compétences d’analyse, d’évaluation et de synthèse.
A la fin du semestre, les groupes d’étudiants évalués sur la base d’un rapport et d’une présentation qu’ils font en présence des autres groupes.

Pour avoir plus d’informations sur ce scénario d’apprentissage ou sur les cartes conceptuelles, vous pouvez contacter l’ingénieur pédagogique de votre faculté.

Nicolas Kramar

 

p.s.

  • Il faut distinguer les cartes conceptuelles des cartes heuristiques. Ces dernières proposent de relier des concepts d’un façon hiérarchique, un concept amenant à un ou plusieurs autres, et se présentent sous une forme simple, arborescente (forme pyramidale ou en étoile) en présentant toujours un concept duquel les autres résultent. Les cartes conceptuelles permettent une organisation des concepts plus riche, complexe où par exemple peuvent être représentées des boucles de rétroaction.

PlurieL: environnement pour soutenir l’apprentissage des langues

L’espace PlurieL est un environnement virtuel pour l’apprentissage des langues mis à disposition de la communauté UNIL et EPFL par le Centre de langues de l’UNIL. Accessible via internet à l’adresse http://www.unil.ch/pluriel, il offre un accompagnement virtuel en mettant à disposition des ressources, outils et activités pour apprendre à bien gérer son apprentissage des langues. A cet égard, il propose notamment une version électronique du Portfolio européen des langues, version éducation supérieure.

Capture d'écran

Un exemple d'écran de travail dans PlurieL

Depuis, mais seulement depuis la salle multimédia du Centre de langues, il permet d’accéder à un matériel riche et varié. En effet, on dénombre plus de 10’000 activités langagières référencées faisant usage de supports tels que CD-ROMs, fichiers audio, livres et DVD.

Cet environnement a été conçu afin de vous soutenir et vous guider au mieux dans l’élargissement de votre profil plurilingue. Venez le découvrir à un clic de souris: http://www.unil.ch/pluriel

Celine.RestrepoZea@unil.ch