Articles avec le tag ‘consignes’

Apprendre avec un jeu de rôles: le projet IguL Conseil S.A.

mardi, 4 juin 2013

« Faire pour comprendre »

Le projet IguL Conseil S.A. , financé en 2008 par les Fonds d’Innovation Pédagogique (FIP), est né dans la Faculté des Géosciences et Environnement (FGSE). Il s’adresse aux étudiants de Master en Études urbaines (intégré dans le cursus depuis 2009) qui manifestaient par le passé un besoin d’ancrage dans la pratique. Le projet cherche à répondre à ce besoin (« faire pour comprendre ») en atteignant plusieurs objectifs d’apprentissage:

  • Concevoir et planifier une recherche d’une certaine ampleur ;
  • Identifier les sources d’informations pertinentes et construire des indicateurs ;
  • Synthétiser et traduire graphiquement les matériaux obtenus ;
  • Produire une analyse du territoire qui en relève les forces et les faiblesses (diagnostic territorial)
  • Valoriser et communiquer les résultats

Le projet cherche en outre à développer les compétences suivantes :

  • Aptitude à gérer un projet au long cours ;
  • Capacité à respecter les contraintes inhérentes au monde professionnel (respect des délais, adéquation du rendu — forme et fond — en fonction des caractéristiques du mandat) ;
  • Disposition au travail en équipe (distribution des rôles et des fonctions)

Simuler un bureau d’aménagement du territoire

Sous forme de jeu de rôles mobilisant des stratégies d’apprentissage par problème, le projet IguL-Conseil S.A. repose sur la simulation d’un bureau d’aménagement du territoire en situation de réponse à un mandat. Ce mandat (« situation problème ») consiste, dans le cadre d’une problématique qui est celle du diagnostic territorial, en la réalisation d’un système public de visualisation du territoire susceptible d’être librement consulté sur Internet. Chaque unité morphologique et fonctionnelle de l’agglomération y fait l’objet d’une description : les formes urbaines appréhendées sont associées à leurs caractéristiques socio-économiques, démographiques ; l’étude de ces formes est enrichie de variables plus qualitatives : fragments d’entretien, cartographie mentale, films et photographies, ambiances sonores, etc. Les étudiants doivent s’organiser de manière à répondre au cahier des charges annexé à l’appel d’offre fictif. Plus précisément, le mandat implique une organisation en sous-groupes de travail. Chacun de ces groupes est en charge d’une partie de la requête. Les enseignants, dans cet exercice, jouent un rôle de facilitation. Ils conseillent et orientent les étudiants, et assurent un travail de médiation entre les différents participants. En outre, ils favorisent les prises de contact avec les représentants des instances administratives et politiques. Les assistants sont impliqués à titre de mandant. Ils formulent leur demande et s’assurent que la réponse du mandataire est concordante.

Fonctionnement de IguL Concept S.A.

 

Des terrains d’étude variés

  • 2009: Les quartiers (secteurs) de Lausanne; les sous-quartiers de Lausanne situés sur le parcours du M2
  • 2010: Les communes de l’agglomération de Lausanne; les communes de l’agglomération situées sur le parcours du M1
  • 2011: Les communes de l’agglomération de Neuchâtel; la commune de Corcelles
  • 2012 (études urbaines): Les communes du canton de Genève; les zones « villas » des communes genevoises
  • 2012 (études en développement): au choix des étudiants: en Bolivie, au Maroc, en Inde, au Vietnam, en Namibie, au Sénégal

Une démarche professionnalisante à encourager

De par sa vocation d’accompagner les étudiants dans la mise en œuvre d’un corpus de connaissance dans un contexte professionnalisant, le projet IguL S.A. est susceptible d’être transféré à d’autres Facultés et/ou École de l’Université de Lausanne. De même, la démarche proposée par ce projet pourrait être élargie par l’intégration d’étudiants provenant d’autres formations (environnementalistes FGSE, mais aussi étudiants en sociologie ou en sciences politiques, voire en économie et en droit). Une telle ouverture offrirait pour les étudiants une opportunité de découvrir, dans une démarche concrète, les apports de l’interdisciplinarité. Ce prolongement semble particulièrement pertinent en regard du marché du travail qui, bien souvent, implique de collaborer avec des partenaires d’horizons professionnels hétérogènes.

Personnes de contact

Antonio da Cunha

Christophe Mager

 

Collecte d’informations: Guillaume Curchod

Relecture: Quentin Martinez

Collaborateurs RISET

 

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912_fr.html

Publier ses fichiers vidéos et les mettre à disposition dans moodle

mardi, 8 janvier 2013

De plus en plus souvent chacun d’entre nous est amené à devoir mettre des ressources vidéos à disposition des étudiants. Trouver le bon moyen de diffuser ces vidéos relève souvent du parcours du combattant.  L’environnement Moodle n’est pas approprié pour stocker et diffuser ce type de fichier. Aussi il est fortement conseillé de le faire via un autre système, et de ne publier dans Moodle que le lien (intégré ou non) vers la ressource.

L’unil  met différents moyens à disposition des enseignants pour le faire.

  • La première solution consiste à se connecter au serveur hva.unil.ch avec un logiciel client permettant de faire du ftp si l’on travaille avec une machine Windows ou Linux, ou en utilisant le protocole AFP si l’on possède un macintosh. Pour avoir les codes d’accès au serveur « hva », prenez contact avec votre Ingénieur pédagogique. Ensuite il vous suffit de télécharger votre fichier vidéo sur le serveur puis de lancer l’encodage vers les formats cibles que vous souhaitez. Une fois cette encodage terminé vous pourrez avoir accès au système de diffusion . Une vidéo illustrant le processus de publication dans moodle une fois la vidéo prête sur hva est disponible sur le site : Appui Statistique Interactif

 

  • la deuxième solution consiste à publier sa vidéo sur le site de switchcast (voir la notice switchcast)
  • finalement vous avez encore la possibilité d’utiliser vimeo, youtube, dailymotion, ou encore wat, mais dans tous les cas soyez bien attentifs aux conditions d’utilisations, de diffusion et d’accès.

Pour conclure vous pouvez contacter l’ingénieur pédagogique de votre Faculté afin d’avoir plus d’informations et choisir avec lui la solution la mieux adaptée à votre situation.

Emmanuel Fernandes

Documentation des scénarios techno-pédagogiques de l’Unil: un exemple

lundi, 23 avril 2012

Depuis plusieurs années, le site du RISET propose des exemples de scénarios pédagogiques reposant sur l’usage de technologies. Cette partie du site a récemment subi une cure de rajeunissement et continuera à s’enrichir au fil du temps. Si la base de la documentation reste la même, présentant notamment une marche à suivre pour l’élaboration d’une séquence d’activités d’apprentissage et une typologie des scénarios par intentions pédagogiques, les exemples eux-mêmes s’enrichissent au fil du temps.

Les pages consacrées au scénario pédagogique

En voici un nouvel exemple:

Scénario :

Intégrer des connaissances et des compétences métier (Faculté des lettres)

Point de départ :

Les étudiants de ce cours/TP doivent à la fois prendre connaissance d’enjeux théoriques et sociaux liés à la matière, apprendre les bases de la modélisation à l’aide d’un langage visuel formel et se former aux pratiques de travail individuel et collectif de leur futur champ professionnel. L’enseignant a une préférence marquée pour la pédagogie active. Le nombre d’étudiants n’excède pas 15 personnes par classe.

L’une des difficultés réside dans le fait que le niveau de connaissances préalables des étudiants est peu homogène, avec risque d’ennui pour les étudiants les plus avancés et d’une courbe d’apprentissage trop exigente pour les autres. Un autre défi provient du fait qu’aucun outil informatique actuellement disponible ne permet la réalisation de l’entier du scénario pédagogique.

Suggestion(s) de démarche :

La solution mise en oeuvre pour ce cours/TP consiste en l’utilisation conjointe de plusieurs logiciels permettant aux étudiants de réaliser les divers travaux qu’il leur est demandé de produire, notamment en groupe, et à l’enseignant d’en suivre les étapes.

  1. Communication des consignes, délais, questions de réflexion et matériel: espace de travail Moodle, structure en cinq sections thématiques alimentées en parallèle, avec point bi-mensuel par message notifié, pour que les étudiants gardent une vision claire de ce qui est attendu d’eux.
  2. Publication des travaux successifs par les étudiants sur le blog de la classe: création d’un blog externe accessible via un lien dans Moodle.
  3. Organisation du travail de groupe et rédaction collective de documents: utilisation d’un wiki externe, également accessible via un lien dans Moodle.
  4. Soumission, à la fin de chaque semestre, d’un ePortfolio personnel composé d’une part d’éléments de documentation des compétences développées et des travaux réalisés et, d’autre part, d’une réflexion personnelle reprenant les thématiques théoriques traitées en cours et leur compréhension en rapport avec les travaux pratiques. Cette partie du scénario est réalisée à l’aide de l’outil Mahara. La soumission pour évaluation se fait à l’aide d’un rendu de travail de type ePortfolio dans Moodle.

Apport pédagogique des technologies :

La plupart des activités d’apprentissage réalisées dans ce cours ne seraient pas possibles sans l’aide de l’informatique. En effet, pour libérer du temps en classe pour les besoins d’élaboration, de présentation et de discussion autour des activités réalisées par les étudiants, une partie importante du transfert de connaissances se fait grâce au partage fréquent et à l’amélioration en continu des travaux en dehors du temps de présence, ce qui nécessite que les étudiants eux-mêmes aient la possibilité de publier et de modifier leurs travaux, et de signaler les ajouts à leurs pairs.

Le développement des compétences métiers, quant à lui, repose largement sur l’acquisition et l’entraînement en autonomie guidée, puis sur l’analyse et le commentaire des travaux des autres étudiants, l’enseignant intervenant comme à la fois comme maître du savoir-faire à acquérir et comme arbitre-expert dans les échanges.

Dans un second temps, la réalisation d’un travail complexe requérant successivement des opérations de conceptualisation collective et une répartition des tâches sur le mode coopératif exige que le groupe dispose d’un outil d’organisation et de rédaction collective efficace. Le principal apport de la technologie dans cet aspect-là réside dans la facilité d’élaboration de textes et diagrammes communs, et d’historique des décisions.

Parallèlement à ces activités, il est demandé aux étudiants de poursuivre une réflexion personnelle sur ce qu’ils apprennent. Celle-ci se constitute progressivement, au fil des expériences réalisées, et les résultats produits dépendent des intérêts et connaissances préalables des étudiants. Il ne s’agit pas d’un texte linéaire construit à la manière d’un discours académique, mais d’un document modulaire structuré par les liens construits par les étudiants entre les diverses thématiques et activités réalisées. La construction non linéaire permise par l’outil de type ePortfolio se prête bien à ce type d’exercice qui relève de la rédaction d’un journal de bord, et permet aux étudiants qui le souhaitent de rendre public tout ou partie de leur travail. Le contenu du ePortfolio reste propriété de l’étudiant, qui choisit en fin de semestre les éléments qu’il soumet à évaluation.

Astuces :

Le blog et le wiki utilisés dans cet exemple offrent des fonctionnalités plus élaborées et un fonctionnement plus intuitif que leurs équivalents internes à Moodle (version 1.9). Quant au ePortfolio, il est réalisé dans un outil lié à Moodle mais qui a sa propre logique. La difficulté supplémentaire découlant d’interfaces et de fonctionnement différents pour chaque outil a été relevée par les étudiants, mais elle a été considérée comme acceptable car la capacité à se familiariser avec plusieurs logiques d’outils informatiques était en cohérence avec les objectifs du cours.

Procédant de la sorte, l’évaluation des acquis de formation se fait progressivement, lors de chaque activité, puis lors du rendu du ePortfolio, à l’aide d’une grille critériée reprenant chacun des éléments du scénario pédagogique. L’avantage de cette solution tient en ce que l’essentiel des corrections a lieu en cours d’année sur des travaux de relativement faible envergure, l’évaluation finale ne portant que sur l’aspect de réflexion personnelle d’intégration.

Dimension(s) pédagogique(s) :

Comprendre
Analyser
Evaluer
Créer

Personne(s) de contact :

 

Archives