Articles avec le tag ‘images’

E Bib-Alpin

L’importance du terrain

Une des principales difficultés rencontrées durant la première année d’un cursus « Bachelors » d’un enseignement de géosciences et de sciences de l’environnement consiste dans l’impossibilité, au vu du nombre d’étudiant-e-s, d’utiliser le terrain pour enseigner. Or, l’étude des géosciences est fortement liée à l’étude du territoire et ce dernier devrait faire partie intégrante de ce type d’études. Non seulement la capacité de travailler sur le terrain est un important objectif de formation mais il est également, d’un point de vue pédagogique, un important moyen pour amener les étudiant-e-s à dépasser l’apparente simplicité des savoirs théoriques des manuels. Ainsi l’objectif est de passer d’un enseignement factuel à un enseignement problématisé auquel correspond un mode d’évaluation spécifique. De nombreux étudiant-e-s de première année de Bachelor ont encore de la peine à répondre à ce type d’évaluation, tellement elles et ils semblent « formatés » par un enseignement de type factuel. Malheureusement, comme il est presque impossible d’organiser des travaux de terrain avec plus de 200 étudiant-e-s, nous perdons ainsi un très intéressant moyen pour motiver et amener les étudiant-e-s à développer leur compréhension de la complexité des objets naturels: par l’association du terrain à des lectures d’articles scientifiques dans lesquels, à la différence des manuels, les savoirs sont mis en perspective et critiqués. Ainsi, le terrain devient un moyen de développer auprès des étudiant-e-s de Bachelor la capacité de consulter la littérature scientifique, ce qui pour l’instant reste un objectif largement non atteint.

Un terrain virtuel

L’objectif de ce projet est de développer un nouveau type de « terrain virtuel » en utilisant les technologies de visualisation (surtout Google Earth) et de gestion des données. Il est ainsi possible d’engager les étudiant-e-s dans un espace où se trouvent des données virtuelles (par exemple des cartes géomorphologiques), des liens vers la littérature scientifique, ainsi que des méthodes permettant de rechercher ces données et des liens permettant de créer les ressources nécessaires pour traiter un thème ou une question proposée par l’enseignant-e.

E-Bib-Alpin permet aux étudiants d’effectuer une recherche à partir de mots-clés dans un nuage de mots (la taille de chaque mot est proportionnelle aux nombre de ressources disponibles). Lorsque les étudiants effectuent une recherche sur un mot ou une expression, une nouvelle fenêtre s’ouvre montrant les ressources disponibles. La recherche peut ensuite être affinée pour rechercher spécifiquement des publications scientifiques, une thèse de doctorat ou de master, un fichier de données, des cartes ou des photos.

Ces ressources sont présentées de deux manières:

(1) à travers Google Earth, sur la gauche de l’interface, en montrant les parties du paysage auxquelles les ressources sont liées. Selon le type de ressource, il peut y avoir des données ou des photos à télécharger, ou les liens vers les publications si elles sont disponibles en ligne.

(2) à travers une liste, à droite de l’interface, qui permet de dérouler l’ensemble des publications.

Vitrine image

Un lien vers la littérature scientifique

Ce projet devrait:

- établir un meilleur lien entre les publications scientifiques et le contexte réel du problème étudié.

- permettre aux étudiants de trouver de la littérature pertinente relative aux processus de surface et d’autres domaines à caractère géographique.

 

 

Personne de contact

Lane, Stuart

Consulter la fiche du projet sur la vitrine du site du RISET: http://www.unil.ch/riset/page68912.html

DILPS et son outil «lecture d’œuvres»

«Assimiler» des œuvres

Les étudiant-e-s en histoire de l’art passent un examen oral de 30 min intitulé « lecture d’œuvres », généralement à la fin de la 3e année du Bachelor. Cet examen porte sur l’ensemble de l’art médiéval, moderne et contemporain, en majeure partie occidental. Afin d’obtenir les connaissances nécessaires à la réussite de cet examen, les étudiants se doivent d’ « assimiler » une grande quantité d’œuvres, c’est-à-dire être capable de les attribuer à un artiste (s’il y en a un), les dater, les placer dans leur contexte historico-artistique, fournir une analyse iconographique, stylistique, etc. Cette « assimilation » d’œuvres se fait par le biais de cours, de séminaires et surtout de lectures individuelles. Avant la réalisation de ce projet, les étudiant-e-s ne disposaient pas d’outils pour tester leurs connaissances en la matière. Ils étaient difficilement en mesure d’estimer si leur niveau était à la hauteur des exigences requises pour l’examen. Il s’agit donc de fournir un outil aux étudiant-e-s leur permettant d’évaluer leur degré de connaissances et par la même occasion exposer un ensemble d’œuvres qu’ils se doivent au moins de connaître pour prétendre à la réussite de l’examen.

«Lecture d’œuvres»

Intégré à la base de données DILPS, l’outil « lecture d’œuvres » permet de tester ses connaissances sur différents groupes d’œuvres :

  • « Des morceaux choisis », soit un ensemble d’œuvres jugées « majeures » par les enseignants et par la discipline (en général). Les œuvres sont divisées par période : médiéval, moderne, contemporain qui sont elles-mêmes subdivisées par technique (peinture, sculpture, etc.) en fonction de la période choisie
  • Un panier d’images constitué préalablement par l’utilisateur dans la base de données
  • L’entier de la base de données avec possibilité de filtre par technique

L’utilisateur peut ainsi tester ses connaissances dans un domaine précis (ex. : la mosaïque médiévale) ou dans un domaine plus large (ex. : toute la peinture). Lorsque l’utilisateur a choisi son groupe d’images et le nombre d’images à afficher (5, 10, 15, 20, 25 ou 50), le test peut commencer.
L’utilisateur possède un champ d’écriture libre où il doit saisir les éléments suivants :

  • Datation
  • Artiste(s)
  • Titre
  • Lieu

Lorsqu’un élément saisi est correct, il est validé par le programme en vert. A noter qu’il est possible à tout moment de consulter la notice complète de l’œuvre.


A l’issue du test, l’étudiant est en mesure d’identifier ses lacunes dans le domaine qu’il a choisi. L’outil « lecture d’œuvres » ne prévoit pas de renvoi direct vers des ouvrages de référence pour combler ses lacunes. En revanche la notice de chaque image, consultable à tout moment, mentionne la source de l’image, et généralement un lien direct vers sa fiche sur le site de la BCU.

Pratique et ludique

L’outil « lecture d’œuvres » permet de tester ses connaissances de manière ludique. Avec sa partie « morceaux choisis », elle permet aux étudiants d’acquérir une base de connaissance minimale sur les œuvres dites « majeures ». Un tel outil pourrait s’appliquer à toutes les disciplines qui nécessitent la compétence d’identification d’image. On pourrait ainsi transposer l’outil, par exemple, à « l’Histoire et Esthétique du cinéma ». Il s’agirait d’identifier, sur la  base de séquences de film, les éléments suivants : datation, réalisateur, acteurs-trices, titre, origine, etc.

Personnes de contact

Nathalie Blancardi & Adrien Bürki (responsables de la base de données)
Yannick Fuchs (chargé de mission informatique)

L’accès à la base de donnée DILPS est ouvert à tout membre de la communauté universitaire.

Rédaction: Guillaume Curchod

Microscopie virtuelle

L’enseignement s’appuie régulièrement sur l’utilisation d’images de haute résolution. Dans le domaine de la médecine, la mise à disposition d’images digitales qui sont zoomables et survolables est particulièrement intéressante pour l’enseignement de l’histologie.  

Il existe différentes solutions techniques, qui permettent non seulement d’intégrer une image zoomable sur un site web (dans le cas de l’histologie, il pourrait s’agir d’une coupe virtuelle), mais aussi de définir des zones d’intérêt, d’ajouter des annotations et de faire des comparaisons d’images.

Exemple d'un coupe histologique virtuelle, visionnée avec agrandissemente différents

 

Le but de cette microscopie virtuelle n’est pas de remplacer les vraies lames histologiques, mais de les rendre accessibles d’une façon plus simple et plus variée. L’intégration d’une coupe virtuelle dans une plateforme comme Moodle permet à l’enseignant de combiner cet outil avec les autres activités disponibles dans Moodle, et d’enrichir les ressources pédagogiques avec des données cliniques authentiques.

La solution technologique souvent utilisée par les scientifiques (voir aussi l’image ci-dessus), est relativement complexe est coûteuse. Par contre, il existe des solutions très performantes et plus abordables (voir gratuites pour les fonctionnalités de base), comme par exemple le logiciel « Zoomify » (http://www.zoomify.com).

Marc Sohrmann

Des milliers d’images…

Au fil des années, des projets de recherche et des enseignements, la Faculté des Lettres s’est dotée d’un imposant patrimoine de collections d’images. En voici un bref survol.

———————————————————————————————

 

Dilps

http://www3.unil.ch/dilps/

Banque d’image constituée à partir du fonds de diapositives de la section d’histoire de l’art, d’images scannées à partir d’ouvrages, et de photographies d’œuvres. On y trouve principalement des peintures, des gravures, des sculptures, ou encore des architectures. L’interface utilisateurs est très agréable et permet même de créer un panier et de l’exporter sous forme d’un fichier pptx.

Contenu 

  • Diapositives
  • Photographies
  • Scan d’ouvrages
Quantité 

  • 65’000 images

 

Personnes ayant accès 

  • Immatriculés à l’Unil
  • Utilisateurs externes (demander accès)

———————————————————————————————

 

Tiresias

http://tiresias.unil.ch/

Base de données de la section d’archéologie qui entend préserver et indexer les fonds des professeurs, les relevés des différents chantiers archéologiques, et enfin numériser toutes images portant sur l’Antiquité. La visite de Tiresias permet d’accéder à des plans des sites, aux prises de vue des chantiers archéologiques, à des monuments ou à des objets. Par ailleurs, Tiresias est équipée d’un outil de géo-localisation qui permet, en plus de la recherche, d’avoir une vue globale des zones des sites archéologiques et de les explorer.

Contenu 

  • Diapositives
  • Photographies
  • Scan d’ouvrages
Quantité 

  • 35’000 images
Personnes ayant accès 

  • Immatriculés à l’Unil
  • Utilisateurs externes (demander accès)

———————————————————————————————

 

Viatimages

http://www3.unil.ch/viatimages/

Base de données qui recense l’iconographie viatique associée aux territoires alpins et à leur découverte par les voyageurs des siècles passés. Elle décrit et connecte, en formant des liens, les illustrations avec les extraits de textes. Viatimages offre ainsi une véritable plateforme de connaissances bien plus qu’un simple stock documentaire. Elle possède, notamment, des liens vers les dictionnaires biographiques des auteurs et des illustrateurs, ainsi que vers les ouvrages numérisés disponible en ligne. Les multiples possibilités de recherche (par domaine, par ouvrages, par mot-clé, par géo-localisation) rendent l’exploration des données très agréable.

Contenu 

  • Images numérisées à partir d’ouvrages
  • Extraits de textes en format pdf
  • Hyperliens
Quantité 

  • 1’800 images
  • 1’000 extraits de textes
Personnes ayant accès 

  • Universel

———————————————————————————————

A l’échelle de l’institution, l’Unil possède en outre une base d’images à visée plus générale:

 

Unimedia

http://unimedia.unil.ch/unimedia/

Médiathèque virtuelle qui recense les collections photographiques, audio et vidéo de l’Université de Lausanne. Les documents recensés peuvent être à la fois consultés et téléchargés. On y trouve principalement des images diverses du campus vu de l’extérieur comme de l’intérieur, des photos, des conférences filmées et des fichiers audio. De plus, Unimedia offre aussi la possibilité de constituer un panier personnel avec le contenu de la base.

Contenu 

  • Images de l’Unil
  • Collection de fonds photographiques
  • Vidéos
  • Audio
Quantité 

  • 13‘000 fichiers multimédias
Personnes ayant accès 

  • Universel (niveau de restriction élevé)
  • Unil (peu ou pas de restriction)

Informations réunies par Martin Des Crescenzio